Publicité
Education | Val de Marne | 29/06
Réagir Par

Rythmes scolaires : le décret paru, les villes vont se positionner

Rythmes scolaires : le décret paru, les villes vont se positionner © Ville de Saint-Maur

Le décret permettant aux villes de déroger aux nouveaux rythmes scolaires qui avaient réinstauré la semaine de 5 jours, est paru ce 27 juin au Journal officiel,

malgré l’avis négatif du Conseil supérieur de l’Education. Les communes doivent désormais se dépêcher de prévenir la Direction départementale de l’Education nationale afin que la nouvelle organisation du temps scolaire soit actée en CDEN (Conseil départemental de l’Education nationale), après présentation aux représentants du personnel en Comité technique,  le tout avant la trêve estivale donc d’ici la fin de la semaine prochaine.

Télécharger le décret.

Dans le Val-de-Marne, plusieurs villes ont déjà décidé de revenir à la semaine de 4 jours. « L’intégralité des conseils d’écoles de la ville, le Conseil municipal qui a émis un vœu hier soir mais aussi 77,5% des parents qui ont répondu au sondage lancé par la ville réclame un retour à la semaine des 4 jours », motive Olivier Dosne, maire LR de Joinville-le-Pont, qui vient de saisir la balle au bond et a déjà écrit à la Dasen pour faire part de son choix, précisant que la ville conservera son Projet éducatif territorial avec l’ouverture des centre de loisirs,  les ateliers périscolaires en complément de l’étude, le goûter… A Saint-Maur-des-Fossés, le maire LR Sylvain Berrios est lui dans les starting-blocks depuis début juin, avec un texte qu’il va soumettre aux Conseils d’école pour valider le choix d’un retour à la semaine de 4 jours.

Du côté des parents d’élèves, les fédérations sont partagées. La Peep Val de Marne estime que « le retour à la semaine de 4 jours dès la rentrée de septembre 2017 ne pose aucun problème tant que les consultations et la concertation dans la commune ont lieu normalement dans le cadre d’une réflexion commencée bien avant les projets de décret du nouveau ministre. »  « Si nous n’avons jamais cru dans l’efficacité de la réforme des rythmes scolaires proposée comme favorisant de meilleures conditions d’apprentissage, nous reconnaissons le mérite à cette réforme d’avoir instauré un débat dans de nombreuses communes en obligeant à réfléchir à l’organisation des temps scolaires et périscolaires« , insiste néanmoins Myriam Menez, présidente de la Peep 94, qui souhaite une poursuite de ce travail ainsi que des activités développées durant ces trois années.

La Fcpe Val-de-Marne a pour sa part décidé en congrès de recommander « qu’aucune mesure ne soit prise pour la rentrée de septembre 2017, qu’un cadre national de l’organisation des temps scolaires soit rétabli pour septembre 2018 en prenant en compte les bilans réalisés » et que soit mises en place des instances locales et départementales pour faire « un bilan qualitatif des rythmes scolaires depuis la dernière réforme« . La fédération du Val-de-Marne s’est déclarée plutôt favorable à un retour à 26 heures de classe hebdomadaires et une semaine répartie sur neuf demi-journées.

12 commentaires pour Rythmes scolaires : le décret paru, les villes vont se positionner
  • J’aime bien le  » nous n’avons jamais cru » de la peep alors qu’il y a des travaux scientifiques derrière la semaine de 4,5 jours. C’est un peu comme Trump quand il dit qu’il ne croît pas au réchauffement climatique …

    • Les travaux scientifiques ne peuvent pas tenir compte de la mauvaise volonté des personnes à appliquer la réforme. C’est malheureusement en l’état un échec absolu incontestable et pourtant j’y croyais, probablement une meilleure réussite sur paris et dans certaines villes.

      • Mauvaise volonté ou réforme inadaptée parce qu’elle impose un modèle unique qui ne correspond pas aux réalités de terrain très divers, comment comparer Paris et ses ressources tant financières qu’humaines avec nos communes parfois isolées, mal desservies par les transports. Et surtout une réforme inutile tant que l’on ne prend pas en compte les autres facteurs d’échec de l’école

        • Oui c’est vrai ça réforme inutile … tout le monde sait que les élèves apprennent mieux le vendredi après midi que le mercredi matin …

          • On sait aussi qu’elle a eu pour conséquence d’alourdir la journée des enfants, de renforcer les inégalités en fonction de la commune où l’on habite. Si le programme officiel n’était pas calculé sur un temps de présence théorique qui ne tient pas compte des heures de récréation, on gérerait par exemple plus intelligemment.

    • Bertrand devrait lire complètement le texte et toutes nos publications depuis de nombreuses années sur ce sujet. Nous sommes en priorité des élus de terrain qui partageons avec les parents et les enseignants au quotidien sur ce qu’ils constatent. Que Bertrand nous explique pourquoi dans certaines communes l’unanimité se fait dans les conseils d’écoles, il pense peut être que nous n’avons que des parents indignes qui ne se préoccupent pas de leurs enfants et des enseignants qui ne pensent qu’à eux. Ce n’est pas en tout cas ce que nous constatons. Et nous rappelons à Bertrand que notre position est avant tout de s’adapter aux conditions locales qui sont très différentes d’une commune à l’autre.

      • Donc vos constats de terrain vous permettent de conclure que les élèves aprennent mieux le vendredi après midi que le mercredi matin ?

        • Non tout est une question de répartition, de méthode et de programme. Une étude de l’IGEN faite au début des années 2000 (rappel 1/3 des écoles était en semaine de 4 jours avant la réforme de 2008) n’a pas montré de différences sur les niveaux d’apprentissage acquis en semaine de 4 jours et de 4 jours et demi, et pourtant les auteurs auraient bien aimé démontrer le contraire. Encore une fois cessons d’appliquer des modèles uniques pensés par ceux qui savent parce qu’ils ont la science infuse.

          • Étrange, un bon nombre de publication françaises et étrangères montre que l’attention des enfants et l’apprentissage sont bien meilleurs le matin que l’après midi.

  • Sur une semaine de 4 jours, l’organisation des apprentissages tient compte aussi des phénomènes d’attention en fonction des heures. Puisque vous tenez aux études scientifiques, on peut aussi noter que le pic de vigilance remonte après 15 heures. Mais peut être ne voulez-vous pas faire confiance aux enseignants pour organiser au mieux ces horaires. Quand à la comparaison avec l’étranger elle doit tenir compte d’organisations sociales très différentes de la France.

  • Il faut ne pas avoir vu les élèves zombies du vendredi matin pour continuer à croire que la semaine de 5 matins consécutifs était une bonne idée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *