Publicité
Publicité: Forfait améthyste Val-de-Marne
Service public | Territoire T12 | 20/12/2017
Réagir Par

Eau potable : 9 villes du 94 se préparent à quitter le Sedif

Sur les 18 villes concernées par une ré-adhésion au Sedif, parmi les 24 que compte le Grand Orly Seine Bièvre (Gosb), 9 ont choisi de reprendre leur adhésion dès janvier 2018 par l’intermédiaire du territoire, 

et 9 d’en différer la décision de deux ans, passant en attendant une convention temporaire avec le syndicat intercommunal qui gère l’eau potable de 150 communes. Les 6 autres communes du territoire n’étaient pas concernées, étant soit en délégation de service public avec Suez, soit en régie publique directe. Au total, le territoire du Gosb consomme environ 40 millions de m3 d’eau potable par an.

Dans le détail, les 8 communes de droite (Ablon-sur-Seine, Athis-Mons, Juvisy-sur-Orge, L’Haÿ-les-Roses, Rungis, Thiais, Villejuif et Villeneuve-le-Roi) ont décidé de ré-adhérer tout de suite, ainsi que  Choisy-le-Roi, dont le maire PCF Didier Guillaume plaide pour une régie publique mais via le Sedif, espérant peser de l’intérieur pour que le syndicat ne renouvelle pas son mode de gestion en délégation de service public une fois que le contrat en cours avec Véolia sera arrivé à échéance, c’est-à-dire en 2022.

9 communes de gauche ont choisi de passer en convention temporaire de deux ans, le temps de poursuivre les études pour décider ou non d’un départ définitif pour créer une régie publique de l’eau. Il s’agit des communes d’Arcueil, Cachan, Chevilly-Larue, Fresnes, Gentilly, Ivry-sur-Seine, Le Kremlin-Bicêtre, Orly et Vitry-sur-Seine.

«De cette manière, nous respections le choix de chacun, dans la logique de la coopérative des villes», se félicite Michel Leprêtre, président du Conseil de territoire. «Le dernier rapport de la Chambre Régionale des Comptes a été discuté. Il formule une conclusion : le changement de niveau pour la compétence eau vers la métropole. Avec toutes les incertitudes rencontrées, cette question renvoie aux évolutions de la loi NOTRe relatives, notamment aux souhaits des EPT sur l’évolution de leurs statuts et de leurs fiscalités», pointe un communiqué du Gosb.

Voir ci-dessous article plus détaillé sur les enjeux chiffrés de ce débat :

Débat sur la gestion de l’eau potable en Grand Orly Seine Bièvre

 

8 commentaires pour Eau potable : 9 villes du 94 se préparent à quitter le Sedif
  • Il est dommage qu’il n’y ait pas eu de journaliste au Conseil municipal de Choisy-le-roi réuni le 20 décembre et délocalisé au Royal par crainte de contestation, semble-t-il. Il est vrai que l’ordre du jour ne contenait aucun point sur la gestion de l’eau et que le vote du T12 avait eu lieu la veille. Ou le maire de Choisy s’est illustré comme le seul maire communiste a voté avec la droite pour rester dans le SEDIF et sans mener aucune étude sur la gestion publique de l’eau. Quelque personnes du Collectif choisyen pour la défense des services publics et des droits sociaux, étaient présentes pour défendre le voeu de l’élu EELV à sortir du SEDIF. Devant la droite qui n’a pas pris part au vote et la gauche soumise qui a soutenu veulement le maire et son organisation stalinienne, le voeu EELV a obtenu trois votes !!!!

    • C’est quoi ces arguments à 2 balles. Vous n’êtes pas honnête. J’ai assisté au Conseil Municipal. Le lieu a été modifié parce que la salle du conseil municipal est en travaux. Là, pour vous, c’est zéro pointé.

      Vous vivez dans un autre monde, digne de celui de Monsieur Lipietz, ça veut dire quoi une organisation stalinienne….

      N’est-pas EELV qui s’allie avec la droite à Villejuif.

      Décidémment à Choisy ou à Villejuif, les soi-disants EELV n’ont de leçon à donner à personne. Les places sont bonnes….

      Un peu décence dans vos propos

      • Pourriez vous préciser « les places sont bonnes « ? Nous les avions quittées il y a deux ans (et plusieurs personnes se sont retrouvées au chômage) dès que nous avons constaté un délit de favoritisme, et l’avons signalé au Procureur de la République. On aimerait que tous élus aient le même sens de la probité. cf : http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article489

  • Madame, je ne sais pas qui vous êtes ni d’où vous parlez. Je me bas depuis 2010 pour une destion publique et municipale de l’eau, j’ai fais partie de tous les collectifs de l’eau où je ne vous ai jamais vu, donc je crois savoir ce dont je parle. Vous croyez que c’est par magie que la sortie du SEDIF vient en débat dans certaines communes et aux différents Conseils territoriaux ? Il a fallu des années de lutte de plein de gens motivés pour cela.
    Concernant le maire de Choisy, je trouve que convier à un conseil municipal le lendemain d’un vote du T12 sans en avoir délibéré avant avec les élus et même les citoyens est une marque de méfiance envers sa population. On peut même parler de démocrature à l’échelle du pouvoir d’un maire qui est aussi vice-président du SEDIF, vice-président du Conseil de territoire et vice-président du Conseil départemental, etc.
    Pour finir et pour votre gouverne, j’ai fondé EELV à Choisy-le-Roi et j’en suis sortie en 2014. Mais le combat pour quitter le SEDIF qui s’est aliéné à la multinationale VEOLIA est mon combat.

  • Quelle que soit les étiquettes, bravo aux élus écologistes et de gauche qui portent ce combat pour une meilleure qualité de l’eau et une gestion transparente de l’eau qui doit redevenir un bien commun.

  • Tout à fait d’accord avec le commentaire de Joelle Grille. Au dela du problème du Sedif, il y a le problème de l’EPT 12 – GOSB . La séance de cette semaine l’a encore montré : quoique majoritaire, la « gauche  » se couche devant la droite en ne votant pas, de façon à laisser les maires de droite faire ce qu’ils veulent chez eux, sans même consulter leur conseil municipal, et je ne parle pas de la population. C’est ce qu’on appelle pudiquement : « le principe de la coopérative de maires ».
    cf mon compte rendu de cette séance ici : http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article840

  • « Démocrature » ?
    Vos néologismes me font frémir. Du Orwell en puissance.

  • Dans le texte des communistes et autres soumis de Choisy-le-Roi intitulé  » Pour une régie publique de l’eau », ceux-ci demande au Président du T12, Michel Lepretre, sans jamais le nommer le droit de jouer sur les deux tableaux. De rester dans le SEDIF et donc dans VEOLIA mais de participer à toutes les études de scénario de sortie du SEDIF !!!!!En quelque sorte d’être pour Pétain mais de siéger à la table des négociations alliées

    Il me vient une question évidente : pourquoi ce voeu bel et bon n’était pas à l’ordre du jour du Conseil municipal du 20/12/17 ? Ni le vote qui a suivi d’ailleurs…A Choisy, on inaugure la post-démocratie . Le conseil municipal vote pour l’adhésion au SEDIF quand le maire a déjà voté la veille la réadhésion au SEDIF au Conseil de territoire !!!!
    Mais attends, attends, c’est pas fini, regardons le point 4 de ce magnifique voeu :
    « Considérant que le conseil territorial [du T12, ndr] n’a pas le temps de délibérer sereinement et efficacement. »
    C’est quand même assez embêtant d’avoir un Conseil territorial qui sert à rien, Michel Leprètre, le Président du T12, va sûrement apprécier.
    Il nous appartient donc en tant que contribuables de saisir Michel Leprètre (Vitry-sur-seine), Président du T12, d’annuler cette élection car les conditions n’étaient pas réunies pour un vote serein et efficace. Toutefois, il faut noter que la lecture des délibérations du Conseil territorial T12 depuis le 1er janvier 2017, indiquent comme vous pouvez le voir dans les comptes rendus sur le site (http://www.seine-amont.fr/deliberations) que pour les 8 délibérations du 17 janvier 2017 et pour les 71 délibérations du 26 septembre 2017, Didier Guillaume et Patrice Diguet étaient absents et se sont faits représenter par Catherine Desprès ou Philippe Buyssou. Les autres délibérations ne figurant pas j’attends leur mise en ligne pour juger du manque de temps de délibération.
    C’est vrai que par leur absence systématique, les deux édiles de Choisy font gagner du temps aux débats. Michel Leprètre aura certainement des choses à leur répondre.
    Alain Lipietz, si jamais Jacques Perreux peut demander l’annulation du vote car les communistes choisyens trouvent que les débats sont pipés, ce serait super!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *