Politique locale | Val de Marne | 12/09/2017
Réagir Par

Sénatoriale: Pascale Luciani (LREM) défend une campagne pragmatique

« Jamais je n’ai eu un coup de main d’un sénateur dans ma pratique d’élue, en dehors d’une invitation au Sénat une fois par an pour manger des petits fours! »  A défaut de taper sur la droite ou sur la gauche et de s’en prendre aux mesures du gouvernement, c’est au mode d’emploi du bon sénateur que Pascale Luciani, tête de liste LREM en Val-de-Marne, s’est attaquée à l’occasion de la présentation de sa liste vendredi dernier.

« Je veux accompagner, former et aider les élus de toute tendance en s’inspirant des bonnes pratiques de chacun et en développant l’intelligence pragmatique », promet la conseillère d’opposition de Saint-Maur-des-Fossés.

Voir la composition détaillée de la liste

Entrée en politique locale « par hasard » en cherchant une crèche pour ses enfants, Pascale Luciani a été maire-adjointe, membre de l’Alliance centriste (une composante de l’UDI) dans l’ancienne mandature avant de présenter sa propre liste en 2014, essentiellement composée de sans étiquette. Devenue membre de Nous Citoyens puis Génération Citoyens (qui soutient En Marche) dont elle est toujours vice-présidente, l’élue s’est entourée de plusieurs élus ayant eux aussi monté une liste à forte composante société civile en 2014. Ainsi en est-il de Marco Pisanu à Orly et Danielle Verchère-Molinier à La Queue-en-Brie, soutiens LREM de la première heure. Membres du PS jusqu’en 2014, ils ont tous les deux choisi de quitter le parti pour monter leur propre liste divers-gauche à l’occasion des dernières municipales. (Pour rappel, le nouveau maire LR Jean-Paul Faure-Soulet a pris la ville à la gauche à 8 voix près au second tour grâce au maintien de la liste DVG de l’ancienne élue PS face à la liste PCF-PS-EELV du maire sortant Jean-Jacques Darves).

Autre soutien précoce de LREM, Laurinda Da Silva, ancienne première adjointe de Jean-Jacques Bridey à Fresnes. « J’ai fait partie des marcheurs qui ont fait du porte-à-porte pour élaborer le diagnostic à l’été dernier. A l’époque, je n’osais pas trop en parler. J’ai été soulagée lorsque j’ai constaté que le maire était un soutien d’Emmanuel Macron! » raconte l’élue, entrée en politique locale après s’être investie dans une amicale de locataires et une association franco-portugaise. En juin dernier, l’ex-première adjointe qui devait être élue à la place de Jean-Jacques Bridey a finalement été devancée par une élue PS, Marie Chavanon.

A droite, Christophe Ippolito, 2e de liste, rappelle avoir été un RPR (ancêtre de l’UMP et de LR) canal historique, engagé en politique dès 1991 en parallèle de ses activités de soutien scolaire au Bois l’Abbé en tant qu’étudiant. Soutien de Bruno Le Maire aux primaires, c’est assez logiquement qu’il a rejoint LREM « pour laisser place à de nouveaux visages et de nouvelles idées« . Même envie encore de dépasser les clivages chez Vincent Giaccobi, ex UMP tendance Michèle Alliot-Marie, qui est conseiller délégué au sein de la majorité de Marie-Carole Ciuntu (LR) à Sucy-en-Brie.

La liste espère 1 ou 2 sièges

Si la liste n’attend pas de réserve de voix du côté des parlementaires et élus départementaux et régionaux, elle espère séduire au moyenne une dizaine d’élus municipaux par ville, notamment parmi les sans-étiquette. De quoi s’offrir un ou deux sièges se projette Pascale Luciani.

Une union avec le Modem n’aurait-elle pas été opportune ?

« Nous avons réservé la deuxième place de la liste au Modem, mais il voulait être en première position sur la liste », indique Pascale Luciani.

A lire aussi 

Sénatoriale: liste de Pascale Luciani (LREM)

 

Merci de votre lecture !

Nous mettons nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez contribuer à notre développement et notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

9 commentaires pour Sénatoriale: Pascale Luciani (LREM) défend une campagne pragmatique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *