Publicité
Politique | Val de Marne | 12/09
Réagir Par

Sénatoriales : la gauche unie espère garder ses sièges

Sénatoriales : la gauche unie espère garder ses sièges © Fb

Qu’importe le temps qu’il aura fallu pour les réunir, les huit membres de la liste d’union de la gauche à la Sénatroriale du 24 septembre en Val-de-Marne étaient réunies à Champigny-sur-Marne ce lundi pour lancer leur campagne, issus du PS, EELV, PCF et Gauche citoyenne. 

«Pour défendre la transition énergétique, le droit au logement décent, à des transports publics et à des services hospitaliers de qualité ainsi que la participation citoyenne, nous devons former un pôle de riposte au Sénat pour ne pas laisser Macron les mains libres et mener sa politique libérale», entame  la sénatrice sortante et tête de liste Laurence Cohen. «En tant que parlementaires, nous aurons la responsabilité de redonner confiance aux plus faibles et aux forces vives, partis politiques, syndicats, associations, citoyens, qui proposent des alternatives à la situation dans laquelle nous sommes aujourd’hui», prolonge Pascal Savoldelli, numéro deux de la liste, vice-président du Conseil départemental.

Voir la composition détaillée de la liste

Le ton est donné. Cohérente dans son positionnement clairement à gauche, avec du côté PS deux proches de Hamon, Sophie Taillé-Polian et Bruno Hélin, la liste développe ses points de convergence sur la défense des services publics locaux et la crainte de perte de pouvoir des collectivités locales.  «Malgré nos divergences sur l’architecture institutionnelle, nous nous nous accordons tous sur un seul et même constat, les réformes consistant à changer tous les deux ans les collectivités ne laissent pas le temps de vérifier leur efficacité et elles contribuent à affaiblir les échelons les plus décentralisés. Nous sommes tous au sein de cette liste pour la subsidiarité au profit des pouvoirs locaux dans les domaines où ils sont les mieux placés», développe Daniel Breuiller (EELV), l’ancien maire d’Arcueil.

Si le quatrième siège obtenu en 2011 dans un contexte de grands électeurs plus favorables à la gauche, n’est pas assuré cette fois, et que certains s’interrogent même sur la pérennité du troisième,  la désunion de la droite et du centre, qui avait déjà fait perdre un poste à la droite en 2011, reste de mise cette année. Et alors que Didier Gonzales, maire LR de Villeneuve-le-Roi, figure en 3e place sur la liste des Républicains, Christian Favier, sénateur sortant qui ferme cette fois la marche en 8e position -ne pouvant cumuler cette fonction de parlementaire avec celle de président du Conseil départemental, y voit un signe de radicalité à droite de nature à resserrer le socle électoral de la droite.

Quid de la présence du MRC ou du PRG sur la liste ? «Les discussions n’ont pas abouti avec ces partis politiques, mais le but n’était pas d’aligner les logos les uns derrières les autres, d’autant que nous proposons sur notre liste des élus issus de la composante citoyenne», souligne Laurence Cohen. «Pour autant, nous avons déjà reçu le soutien de l’ensemble des maires du Val-de-Marne, y compris celui de Jean-Marc Nicolle», ajoute Christian Favier.

 «La voie des socialistes s’inscrit dans cette volonté de rassemblement comme ce fut le cas à Fresnes où les différentes forces politiques se sont entendues pour garder la ville ancrée à gauche. Même chose cet été avec les socialistes, les communistes, les députés de la France Insoumise qui ont fait ensemble une saisine du conseil constitutionnel contre la loi habilitant à réformer le code du travail par ordonnance. Nous devons montrer qu’on peut aller au-delà de nos différences pour préserver les valeurs que nous partageons», insiste Sophie Taillié-Polian, conseillère municipale d’opposition à Villejuif et conseillère régionale.

A lire aussi 

Sénatoriale Val-de-Marne: liste détaillée d’union de la gauche

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *