Publicité
Publicité: Fête des Solidarités 2017
Politique locale | Val de Marne | 24/09
Réagir Par

Sénatoriale en Val-de-Marne : résultats, analyse et réactions

Christian Cambon (LR), Laurence Cohen (PCF), Laurent Lafon (UDI), Catherine Procaccia (LR), Pascal Savoldelli (PCF), Sophie Taillé-Polian (PS), ont été élus ou réélus ce jour pour 6 ans au Sénat.

2149 grands électeurs étaient appelés aux urnes ce dimanche 24 septembre pour élire les 6 nouveaux sénateurs du Val-de-Marne et 2112 ont répondu à l’appel. Si quelques absents étaient malades, les autres abstentionnistes seront redevables d’une amende de 100 euros, prévoit la loi.

Sur les 2112 votants, 52 ont voté blanc et 38 ont voté nul. Au total, 2022 voix étaient donc exprimées, qui se sont réparties comme suit, par ordre décroissant des suffrages obtenus

Tête de Liste Siège Voix
Laurence Cohen 3 780 38,58
Christian Cambon 2 661 32,69
Laurent Lafon 1 279 13,8
Pascale Luciani 0 126 6,23
Didier Dousset 0 89 4,4
François Paradol 0 48 2,37
Bernard Chappellier 0 17 0,84
Maryse Michel 0 12 0,59
Tony Renault 0 10 0,49
Total Val-de-Marne 6 2022 100

La gauche savoure le score de sa liste et le maintien de 3 sièges sur 4

La gauche, qui avait raflé un 4e siège en 2011, et contribué à la bascule du Sénat à gauche pour quelques années, a ainsi réussi à maintenir 3 sièges malgré des élections intermédiaires qui lui ont retiré beaucoup de grands électeurs, notamment les municipales de 2014 lors desquelles la droite a remporté 6 villes. « Je suis très contente parce que cette élection était loin d’être jouée d’avance« , se réjouit Laurence Cohen, tête de la liste d’union, réélue pour un second mandat. « Nous avons réussi un vrai travail d’engagement pour faire le rassemblement face à une droite divisée. Chacun s’est senti à sa place et a pu porter les combats qui lui étaient chers« , poursuit la sénatrice. « Nous étions sûrs de ne pas avoir de sénateur en Val-de-Marne lors de ce scrutin et nous n’avons aucun regret car nous avons contribué à garantir le troisième siège à la gauche, avec 119 voix d’avance sur la liste de droite. Etre en tête en cette période est assez atypique« , se félicite pour sa part l’ex-maire EELV d’Arcueil, Daniel Breuiller, qui était 4e de la liste. Consolation pour les écologistes, Esther Benbassa, élue EELV en Val-de-Marne en 2011, a été réélue à Paris. « La Fédération PS du Val-de-Marne invite toutes les forces politiques, locales et nationales, à tenir compte de ces éléments pour préparer l’avenir« , conclut pour sa part Jonathan Kienzlen, premier secrétaire du PS 94 dans un communiqué se félicitant du succès de l’union à gauche.

« Le grand perdant à cette élection reste l’écologie », a réagi pour sa part Bernard Chappelier (ex EELV passé à l’UDE) qui menait une liste no logo.

Laurence Cohen (PCF), Pascal Savoldelli (PCF) et Sophie Taillé-Polian (PS)

La droite se félicite d’avoir reconquis son troisième siège

A droite, Christian Cambon, qui menait la liste des Républicains, se réjouit que la droite ait retrouvé son troisième siège, même si ce n’est pas le candidat qu’il escomptait qui s’y assiéra. « La majorité se renforce d’une voix et cela est très positif, car je ne doute pas que Laurent Lafon rejoindra la majorité« , indique le sénateur-maire de Saint-Maurice pour qui un quatrième siège était de toutes façons « inatteignable du fait de l’union de la gauche« . « Bien sûr qu’il y a une forme de déception pour notre troisième de liste et je veux saluer l’engagement de Didier Gonzales, reconnaît le président des LR 94, remarquant au passage le « soutien tardif » de certains élus (ndlr : Sylvain Berrios, maire de la plus grande ville LR du département, a été le dernier édile à soutenir la liste, la veille du scrutin), ainsi que le nombre non négligeable de blancs-nuls (90) et d’abstentions (37).

Christian Cambon (LR) et Catherine Procaccia (LR)

Catherine Procaccia, pas sûre de laisser son siège dans 3 ans

Laisser son siège à mi-mandat à une jeune élue minoritaire, qui devrait être incarnée par la conseillère d’opposition UDI d’Ivry-sur-Seine, Aurélie Philippe, (en 4e position sur la liste LR), tel était l’engagement de Catherine Procaccia, dans la mesure où sa liste remportait trois sièges. Alors que le prochain sur la liste est désormais Didier Gonzales, maire LR de Villeneuve-le-Roi, et non plus Aurélie Philippe, les choses ne sont plus aussi simples. « Je voulais laisser mon siège à une élue femme, minoritaire« , rappelle la sénatrice réélue qui indique désormais ne pas savoir ce qu’elle fera dans trois ans. En attendant, il y aura donc deux sénateurs issus de la même ville, Vincennes, dans le département.

Laurent Lafon, serein dans sa victoire

Alors que régnait en préfecture une ambiance électorale plutôt bon enfant, où chacun venait féliciter les élus concurrents avec une courtoisie non feinte, Laurent Lafon a pour sa part préféré célébrer sa victoire entre amis. « Je n’aime pas trop l’ambiance de la préfecture », confie le nouveau sénateur, qui va devoir laisser sa mairie de Vincennes.  Serein dans sa victoire, l’élu se réjouit de sa stratégie de long terme. « La Sénatoriale est une élection qui se construit dans le temps. Je m’y suis préparé il y a 6 ans et la municipale de 2014 a été déterminante », indique le nouveau sénateur. « Bien sûr que je siégerai dans la majorité du Sénat« , ajoute-t-il.

Modem et LREM repartent bredouilles

Avec respectivement 126 et 89 voix, Modem et LREM n’ont pas à regretter, sur le papier, de n’avoir pas fait l’union, car 215 voix ne leur auraient pas suffi à attraper un siège. Au-delà de l’arithmétique, qui ne vaut guère en matière électorale, les deux mouvements centristes sont en revanche passés à côté d’une dynamique susceptible d’aller au-delà de leurs voix acquises. « Je pense que nous aurions fait davantage de voix« , estime ainsi Pascale Luciani, tête de la liste LREM. « On se félicite d’avoir mobilisé près de 130 grands électeurs, ce n’était pas gagné d’avance », ajoute néanmoins la conseillère d’opposition saint-maurienne.  « Nous sommes aussi un peu déçus par rapport aux engagements qui nous avaient été donnés. Je pense que des élus ont eu peur des sanctions. Nous avions senti cette frilosité durant toute la campagne. Nous avons par exemple du faire un certain nombre de réunions d’appartement pour nous cacher », ajoute l’élue qui évalue le manque à gagner des voix plutôt du côté gauche. « Pendant le scrutin, un certain nombre d’électeurs sont arrivés en car et repartis tout de suite après avoir voté, comme cela m’était arrivé lorsque j’étais jeune élue dans la majorité municipale de Saint-Maur-des-Fossés. A l’époque, on m’avait demandé mes bulletins non utilisés au sortir du vote« , témoigne l’élue.  Didier Dousset, lui,  a félicité les nouveaux sénateurs élus du Val-de-Marne dans un communiqué et remercié les grands électeurs « qui lui ont fait confiance ».

Le FN fait le plein de ses voix potentielles

De son côté, le FN se réjouit de ses 48 voix et se projette déjà aux prochaines municipales. « Avec 48 suffrages, nous réalisons plus du double de voix par rapport à 2011, et près du double du nombre de nos élus, rassemblant au-delà du nombre théorique de nos grands électeurs« , commente ainsi François Paradol, secrétaire du FN94, dans un communiqué.

90 grands électeurs ont voté blanc ou nul

Parmi les quelques 2149 grands électeurs, 90 ont tenu à exprimer un non-choix, en votant blanc ou nul, tandis que 37 n’ont pas été voter (certains étaient malades, les autres devront payer une amende de 100 euros). Un score important pour ce type d’élection. Alors que LFI avait indiqué ne pas donner de consignes de vote, certains grands électeurs de ce mouvement ont peut-être décidé de ne pas soutenir la liste d’union de la gauche, certains élus de droite ont au contraire peut-être été agacés par la division dans leur camp, tandis que d’autres ont aussi pu en avoir ras-le-bol d’être courtisés au quotidien avec l’ensemble des listes…

Pas de sénateur dans le territoire préfecture

Alors que les trois sénateurs de droite sont issus du territoire Paris Est Marne et Bois, dont deux de Vincennes et un de Saint-Maurice, et que les trois sénateurs de gauche sont issus du territoire Grand Orly Seine Bièvre (Gentilly, Ivry-sur-Seine et Villejuif), aucun parlementaire de la haute chambre ne représentera le territoire central, celui du Grand Paris Sud Est Avenir, celui de la ville préfecture de Créteil. Bien sûr, on ne sait pas trop ce que deviendront les territoires. Bien sûr, les sénateurs ne représentent pas que leur commune et leur territoire. Mais comme les candidats l’ont martelé durant la campagne, ils représentent les élus locaux, donc aussi les élus métropolitains et il y aura donc un grand absent parmi les territoires du Val-de-Marne représentés au Sénat.

Deux nouveaux maires et un nouveau vice-président du département

En raison de l’application de la loi sur le non cumul des mandats, trois des 6 sénateurs devront quitter leurs fonction dans un exécutif municipal ou départemental. A Saint-Maurice, Christian Cambon a déjà prévu de longue date de confier la ville à son premier adjoint, Igor Sémo. A Vincennes, Laurent Lafon devra aussi laisser son siège. S’il le laisse également à sa première adjointe,  Dominique Le Bideau, il y aura une femme de plus parmi les maires du département. Enfin, Pascal Savoldelli devra laisser son mandat de vice-président en charge des finances au sein du Conseil départemental. A noter que l’élu est aussi actuellement président du groupe PCF Front de Gauche, poste qu’il a le droit de conserver s’il le souhaite. « Je suis favorable à la loi sur le non cumul des mandats et l’appliquerai bien évidemment. En revanche, je pense que je continuerai de siéger au sein du Conseil départemental pour pouvoir me battre contre les tentatives de recentralisation« , indique l’élu.

Quelles priorités pour les nouveaux sénateurs ? Quelle commission choisiront-ils ?

 « J’aborderai mon mandat avec humilité et travail, et avec pour principe de ne penser aucune réforme sans et contre les communes », indique en préambule Pascal Savoldelli (PCF), qui indique avoir une préférence pour les questions institutionnelles et liées aux collectivités. Même penchant pour les collectivités locales et leurs finances du côté de Laurent Lafon (UDI), qui rappelle qu’il a été consultant et enseigne toujours au CNAM sur ces sujets. « Pour ce qui est des commissions en revanche, j’ai cru comprendre que ce n’étaient pas les nouveaux arrivants qui décidaient« , note l’élu. Sophie Taillé Polian (PS), elle aussi, souhaite se pencher sur « l’architecture institutionnelle de notre région« , pour s’assurer que restent « des espaces démocratiques pour gérer les services publics ». La nouvelle sénatrice s’apprête également à se plonger dans le projet de loi de finances. Membre de la Commission des affaires sociales depuis 12 ans, Catherine Procaccia (LR) souhaite désormais rejoindre l’économie, déjà impliquée sur les sujets liés au droit à la consommation.

Annonce des résultats ce dimanche 24 septembre en préfecture

58 commentaires pour Sénatoriale en Val-de-Marne : résultats, analyse et réactions
  • Bravo à C. Cambon et C. Procaccia pour cette belle campagne.
    Mr. Lafon a quand même réussi à se faire élire avec l’aide de certains LR cornaqués par un maire qui ne sert que ses intérêts personnels .

    • cela interroge puisque la liste avait un maire avec une mise en examen pour faux et usage de faux – Bien joué pour la 1er adjointe sur la liste Modem afin de récupérer l’investiture pour 2020 – mais cela ne pouvais être très porteur pour le patron du Modem. Il lui appartient de faire des adhésions au Modem puis de placer des soldats pour 2020.

  • Bravo à nos candidats M CAMBON et Mme PROCACCIA

  • Sophie Taillé-Polian est une élue PS, l’union à gauche conserve donc 3 sièges, ce qui est un bon résultat.
    Bravo donc à Laurence Cohen, Pascal Savoldelli et donc Sophie Taillé-Polian.

  • Le maire de Villeneuve le roi Didier Gonzales,puni de ses trahisons envers ses amis des républicains.
    Assoiffé de pouvoir et carriériste,la droite Val de marnaise à compris qu’avec celui qui laisse mourir Villeneuve le roi,elle n’aurait eu que des coups bas.
    Bravo à monsieur Lafon à monsieur Cambon et madame Procaccia.
    Il ne reste plus qu’à sanctionner Didier Gonzales en 2020 et le renvoyer aux douanes.
    Gonzales et sa 5ème défaite consécutive la 6ème arrive.

  • La sénatrice EELV Esther Benbassa, élue du Val-de-Marne en 2011, est réélue au Sénat. Oui, mais à Paris… Ce qui confirme à quel point elle ne s’est jamais soucié du Val de Marne, où elle n’a d’ailleurs jamais habité.
    Au moins, les élu(e)s cette fois-ci sont présumés avoir un ancrage local. Le 94 comme piste de parachutage, sans s’engager à y résider, ça suffit.

    Pour cause de loi limitant le cumul des mandats, il reste à préciser qui va devenir maire de Saint-Maurice (à la place de C. Cambon) et maire de Vincennes (à la place de L. Lafon).
    Et autres menus détails comme vice-président départemental (aux finances), a priori incompatible avec un mandat de sénateur, sauf erreur.

  • Quelle tristesse de voir que le maire de Vincennes aura réussi de justesse, mais il est élu sénateur, au moment où au sein de sa ville il aura réussi à diviser les vincennois, sectoriser les quartiers et surtout à abîmer cette ville à coups de travaux autant pharaoniques, coûteux qu’inutiles ! C’est une honte de prendre conscience que toutes les manipulations (dont la dernière lettre adressée à un grand électeur hésitant et publié dans le Parisien, considérant la gestion saine et remarquable de Vincennes par ce maire) auront également leurré certains de ceux qui ont la responsabilité de défendre au mieux nos intérêts…

    Les seuls intérêts que ce maire aura défendus tout au long de ses mandats auront été EXCLUSIVEMENT les siens ! Sans grand diplôme, ni réel bagage, ni culture seuls son carrièrisme et les chiffres qu’il manie admirablement l’ont amené là où il est…

    La bonne nouvelle est qu’il ne sera plus notre maire ! Désolée de ne pas trouvé de terme plus châtié mais BON DEBARRAS monsieur laurent lafon .

  • En aparté, concernant le vote blanc ou nul = ne pas soutenir une liste d’union de la gauche, ou pour certains élus de droite agacés par la division dans leur camp,

    Je regrette qu’un électeur se déplace et ne vote pas pour une liste écologiste ni de droite ni de gauche n’ayant pas courtisée au quotidien les électeurs ni les mairies…..

    Je remercie les 10 votes pour ma liste et souhaite poursuivre avec respect, réalisme et Ethique pour l’Alliance Ecologiste Indépendante.

  • Ces victoires ne sont que la vitrine des résultats largement obtenus lors des élections de 2014 et 2015. Le renouvellement de cette vieille (utile ?) Institution n’est pas une surprise, donc.
    Est-ce une victoire de la Droite et du soit-disant Centre ? Non, à en juger par le total de leurs voix qui n’atteint même pas 50% des inscrits (2149) et encore moins celui des exprimés…
    Le « reconstruction » ne se refait et ne se refera pas avec les même sempiternels visages…et méthodes.

  • Pour le Val de Marne cela n’a rien d’anormal de voir la gauche en tête, ce département et en voie de paupérisation depuis des années ou les classes moyenne sont matraquer, en ce qui concerne le modem il était difficile à Mr Dousset d’accepter la 2e place sachant que Mad Luciani n’était pas crédible.

  • Comme je l’ai déjà écrit sur ce site, c’est la reconduction des ex-sénateurs qui a remporté cette élection. La majorité des grands électeurs, au demeurant honnête et intègre, a préféré opté pour l’ancienne représentativité du Val-de-Marne plutôt que de voter en faveur d’une palanquée de listes plus ou moins bricolées, qui ne représentaient rien, qui n’avaient rien à proposer et qui attendaient que le résultat tant convoité lui tombe du Ciel. Face à la couleur politique du département, on s’aperçoit également que ceux qui ont gagné sont ceux qui ont réellement travaillé leur campagne électorale et les grands électeurs ne l’ont pas oublié. Le grand perdant est celui qui se glorifiait d’être devenu le premier parti de France : pour cette élection dans laquelle il a été totalement absent, il a réussi à convaincre à peine 2 grands électeurs par commune du Val de Marne alors que sa tête de liste se gargarisait de pouvoir en mobiliser 10…

    • Mon pauvre robert ,les sénateurs Jeunes ou vieux ne sont que des profiteurs
      d’un système qui a été voté par eux-mêmes au détriment des Français. Une assemblée nullissime vouée à préserver leurs privilèges.Ce n’est qu’une maison de retraite où d’énormes sommes d’argent sont dépensées au détriment du peuple. Toutefois il est bon d’être introduit dans ce Sénat pour constater et témoigner de cette énorme gabegie financière .peu importe le nombre d’élus de la Droite Nationale.

    • Ce FN qui a été complément absent durant la campagne ne pouvait pas en mobiliser 10.

      • Le FN a des choses plus importantes à faire : il doit gérer une nouvelle gueguerre interne.

        • Derf votre « gueguerre » des droites LRM UDI et Modem n’a pas empêché de faire campagne pour Lafon, Dousset et Luciani.

          Dès lors comment le journaliste peut-il affirmer dans son article que « Le FN fait le plein de ses voix potentielle » dans la mesure ou le FN était absent durant la campagne ? Comment convaincre les grands électeurs indécis sans faire campagne ?

        • C’est bien derf de prendre vos désirs pour des réalités. Toujours aussi aveugle sur tous les sujets que vous commentez. En conclusion derf et la voix de son maitre.

  • Et bien ça y est, le père Savoldelli a réussi à se recaser !!! Il fuit le département où, lucide, il sait que 2021 va être fatal aux communistes. Bravo à lui, c’est un homme politique comme on en rêverait !
    Blague à part, je regrette que les Insoumis n’aient pu constituer une liste. Le travail de Mathilde Panot sur la 10e est en train de payer, elle démontre tout son potentiel et ses qualités. Ils auraient mérité un sénateur pour accomplir le même travail au Sénat.

    Sinon, rien de choquant :
    – les renouveaux n’ont guère percé #EnMarcheArrière, vivement qu’ils se ramassent aux prochaines élections ;
    – le FN ne prend pas pour les gens de bon sens ;
    – les socialistes arrivent à caser une personne inconnue à Villejuif et vont vouloir sûrement reprendre la ville ;
    – le baron Carvounas a réussi sa stratégie pour reprendre le PS : 1. sauver son siège à l’assemblée dans la 9e grâce aux cocos, 2. élections des cocos au Sénat sous prétexte #VertRoseRouge pour « ouvrir » en oubliant le PG, Ensemble!, PRG, MRC, => On revient aux bonnes vieilles méthodes de copinage
    – la droite sauve les meubles avec 2 retraités (vive les jeunes LR) mais sur le département ils ne pèsent pas grand chose ;
    – un élu de terrain est élu (même si de gauche , je suis très contente pour lui !!).

    & Contente aussi pour Mme Cohen qui a fait le travail notamment sur le droit des femmes. Que cela dure !!

  • Espérons que Emmanuel Macron mènera jusqu’à son terme son projet de supprimer un certain nombre de parlementaires (députés et sénateurs). Quand on voit des rentiers de la politique comme Cambon, c’est vraiment écoeurant….. Quant à Laurent Lafon qui piaffait d’impatience de pouvoir entrer au Palais du Luxembourg ? il doit jubiler.. Pour reprendre la phrase du Général de Gaulle, il va pouvoir « faire sa petite cuisine sur son petit réchaud » ».. Et les Vincennois vont pouvoir souffler de se savoir provisoirement débarrassés de lui. La loi contre le non-cumul des mandats a du bon !!!!!!!

    • Je suis en parfait accord avec vous. Mais on peut rêver, car au regard de sa cour et des sous fifres qui la composent, il gardera toujours « son oeil de moscou » Vincennes est SON JOUET !!!!!

    • Le nouveau sénateur L. Lafon doit quitter son mandat de maire, et ne peut passer à maire-adjoint, mais la loi actuelle (sur le cumul des mandats) l’autorise à garder un mandat de simple conseiller municipal. A Vincennes forcément, et au nom de l’ancrage local disons.

      Pour ce qui est du projet de diminution du nombre de parlementaires, d’un tiers dit-on, espérons que E. Macron le poursuive, mais il faut vérifier la majorité nécessaire coté parlementaires, pour une telle réforme, ou sinon la possibilité de référendum.
      Et en plus, réduction veut dire redécoupage des circonscriptions… Et là, le plus facile sera de faire le plein de mécontents. Ce sera une question de priorités, dans les réformes utiles mais désagréables à court terme.

  • Le probable prochain Maire de Vincennes sera Mme Charlotte Libert-Albanel, actuelle adjointe aux finances.
    Espérons qu’elle fera dans cette fonction , davantage place au débat interne, qu’elle respectera davantage les salariés de la mairie, et surtout qu’elle n’aura pas la folie des grandeurs en se lançant comme son prédécesseur dans des travaux pharaoniques.
    Bonne chance Mr le nouveau sénateur, vous allez disparaitre sous les ors de la République, vous n’allez plus régner en monarque absolu dans votre petit royaume Vincennois (tant mieux pour le « royaume »), vous avez décrochez le Graal!

    • J’adore !!!Quelle acuité. malheureusement celle qui lui succèdera est aussi glaciale que l l était froid J’avoue me demander si Alexis de Tocqueville avait vraiment raison : « a-t-on vraiment les politiques que l’on mérite  » ? Moi, en toute humilité je ne méritais ni lafon ni celle qui lui succèdera ALORS ??

    • Folie des grandeurs ? Jugez vous-même, la dette (annuité) par habitant à Vincennes est de 108 euros, VS 123 euros (moyenne nationale) et 173 euros pour les villes de la même superficie. Qu’en est-il des villes alentours ? On en reparle.
      Et quel cadre de vie que Vincennes… alors arrêtez de cracher sur un maire qui a fait ce pourquoi il était élu. Maîtriser l’emprunt, la dette et embellir réellement la ville.

      • Youpi il se tire de la ville de Vincennes – faut penser à le pousser vers la sortie du parti UDI en adhérent en masse sinon il recommencera en 2020 à placer les « godillots » pour sa réélection.

      • Déception Vincennoise says:

        Je ne sais pas d’où vous sortez vos chiffres sur la dette de la ville de Vincennes. Les miens sont très différents, ont pour origine « lejournalduweb » et datent de 2015. La dette de la ville par habitant est au niveau national à 944€
        La dette de la ville s’établit fin 2015 à 47.3 millions contre 23.1 millions en 2001 quand Mr Lafon est arrivé
        La mise à jour des données pour 2016 et 2017 risque de montrer une croissance très forte compte tenu des nombreux grands travaux entrepris ces deux dernières années
        Mr Lafon parti reste à payer ses grands travaux
        Moi je dis à « Merci pour ce moment »

        • Sur le site journaldunet : en 2015 la dette de Vincennes est bien 47,3 M€. Pour la ville à coté (du 94), Fontenay-sous-Bois, la dette 2015 est 99,6 M€… Ces deux villes sont proches de 50 000 habitants. Bien sûr, il faudra voir l’évolution 2016 et 2017.
          Mais l’une (Vincennes est nettement moins endettée que la moyenne des « villes de 50 000 à 100 000 habitants », l’autre nettement plus. Ils est classique de comparer par strates (taille selon population).
          Concernant la valeur 2001, il faudrait a minima tenir compte de l’inflation (cumul pendant ces 15 ans) pour comparer à la valeur 2015.

          • Déception Vincennoise says:

            Certes mais Vincennes occupe 1.91km2 quand Fontenay 5.58km2 soit 3 fois plus grande (source ci dessous).
            Il y aura toujours plus à investir dans une ville plus étendue

            Les investissements pharaoniques réalisés ces derniers temps à Vincennes l’ont été essentiellement dans le centre ville et y compris sur le cours Marigny (entre la mairie et le bois, tous les arbres centenaires qui ne demandaient rien à personne ont été coupé) qui appartient à Paris. Les quartiers Est et Ouest de la ville sont laissés pour compte de la vitrine réalisée par L Lafon

            http://www.toutes-les-villes.com/94/fontenay-sous-bois.html

      • Beaucoup de vincennois mécontents ne « crachent » pas sur le Maire mais plus poliment se plaignent du bruit,de la pollution , des embouteillages monstrueux (20 mn pour remonter l’avenue du Château, idem rue de Fontenay maintenant), oui Vincennes fut une belle ville avec une âme village, maintenant ce sont les travaux pharaoniques (avait on besoin d’élargir encore des trottoirs ? Cela permet au passage d’abattre des arbres) et va recréer rue de Fontenay et rue Defrance, les embouteillages de l ‘avenue du Château. Complètement tombé sur la tête notre ex maire et son équipe toujours en place bien sur pour parfaire le massacre.
        Savez vous le nombre de personnes expropriées ? Connaissez vous le bruit et les vibrations subis par des vincennois du fait des pavés ? Il faut parler aux gens pur juger. Cldt

      • pavés polémique indiscutablement : http://www.leparisien.fr/espace-premium/val-de-marne-94/a-vincennes-polemique-autour-des-paves-du-centre-28-08-2014-4091309.php

        Une dette qui augmente : http://www.leparisien.fr/espace-premium/val-de-marne-94/vincennes-la-dette-augmente-l-opposition-s-inquiete-27-06-2014-3958525.php – et l’embellissement est discutable. Mais il a un look de gendre idéal « jeune » qui fait mouche.

        puis une église de Saint-Louis qu’il doit entretenir : http://www.narthex.fr/blogs/leglise-saint-louis-de-vincennes-entre-tradition-et-modernite/restauration-de-l2019eglise-saint-louis-de-vincennes-les-premieres-realisations

  • Le probable prochain Maire de Vincennes laisse malheureusement supposer qu’il n’y aura pas de changement de politique dans notre ville. Et pourtant c’est indispensable !

    La seule chose que l’on peut espérer, si L. Lafon ne continue pas de tirer les ficelles en arrière boutique, c’est que son départ libère le conseil municipal et que ses petits soldats lâcherons enfin la couture du pantalon pour délibérer plus sereinement en leur âmes et consciences.
    Certains sont peut être récupérables … on va y croire !

    Bon vent au nouveau sénateur pour apprendre l’humilité dans ce nouvel environnement ou il va disparaître dans la masse .

  • ouai voila les elus….. https://www.mediapart.fr/journal/france/220917/je-redigeais-les-cheques-les-senateurs-venaient-dans-mon-bureau une belle brochette de profiteurs de la République. Le sénat doit disparaître ou être soumis aux votes des citoyens

  • très choquée par la photo de famille des quatre sénateurs du Val-de-Marne au coude à coude alors que leurs opinions – du moins je l’espère – sont totalement différentes c’est aberrant de les voir sourire aux lèvres « et solidaires »….comment voulez-vous que les pauvres gens puissent espérer quelque chose de la politique devant un tel tableau. Je vois avec plaisir que M. Savoldelli après avoir pris une déculottée en tant que député dans la circonscription 94-10 a réussi à trouver un strapontin bien confortable, espérons qu’il pourra être efficace ce qui reste à prouver !

  • Bravo à Laurence Cohen pour sa campagne auprès des élus et son élection.
    Bon retour à la maison de retraite pour Christian Cambon et Catherine Procaccia.
    La ville de Vincennes sort gagnante en se débarrassant de son bulot
    La liste LREM s’est posée en oubliant de sortir le train d’atterrissage, à quand le prochain retournement de veste ?

    • Bravo ! En même temps si lafon n’avait pas ENFIN réussi à se caser, il aurait été encore plus exécrable avec ceux qui OSENT s’opposer à sa personne et son autorité, il y a toujours un bien à un mal, enfin…. S’il est toujours conseiller municipal de notre ville, avec tous ses mandats déjà, c’est que dans sa vie, LA VRAIE, il doit se faire c—- !

  • Malheureusement, c’est à cause de personnes comme vous que ce maire en a bien profité…Au sujet des chiffres, pas de soucis, mais si vous regardiez vraiment notre ville, vous verriez que chaque habitant ne coûte pas le même montant, certains 73 euros et d’autres 170 euros. Quant à faire ce pourquoi il était élu…..embellir réellement la ville !!!! Décidément tous les goûts sont dans la nature mais les places vous plaisent toutes minérales, le cours Marigny est joli, les arbres dans les pots c’est beau et la circulation : toujours rien à redire ? Quant à « cracher » sur notre maire, quelle vulgarité ! Restez surtout comme vous êtes bien heureux sans savoir le pourquoi du comment ?

    • Bah, Marianne, laissez tomber…. Quand on voit cette avalanche de commentaires de gens exaspérés et en colère contre Laurent Lafon et sa politique, on se dit que ce n’est pas un hasard ; et ce n’est pas le message d’Eprard, sans doute membre de la cellule ‘riposte » du nouveau sénateur pour prendre sa défense qui masquera la réalité, criante, de ce qu’est Laurent Lafon. Et oser parler d’embellissement, alors que cela fait plusieurs années que le spectacle de Vincennes, éventré, fait penser à Stalingrad……

      • Juste pour rappel… La liste conduite par Mr Lafon… élue dès le 1er tour avec plus de 66% des voix aux municipales 2014… À méditer !

        • Justement à vos calculettes Eprard 66% des voix mais sur 37 % de participation….

          Et puis nous étions en 2014, le maire lui même n’était pas tout à fait sur de sa réelection et c’est à partir de là qu’il a révélé sa véritable nature et montré TOUTES SES DENTS !!!!

          A méditer mais je crains malheureusement pour nous tous que vous n’en soyez pas tout à fait apte, tant pis .

  • Vive le Vincennes libre !

  • LREM a loupé la marche. Pourtant avec leurs vestes tourbillonnantes, ils pourraient faire des jeux de manches et de capes, pour finir comme toréadors professionnels.
    Allons-y pour la marche funèbre et à bientôt pour des retournements liftés !
    Ah Ah Ah Aaaaaaah….

  • Pas de quoi pavoiser, l’« ancien monde » , baronnie et ses fiefs balayés par la vague Macroniste, ont résisté au Sénat avec 90 blanc ou nul.

    Et l’ancien maire de Vincennes avec sa liste plurielle dont un maire Modem aimerait passer pour un grand démocrate, et sa cote a peut-être remonté depuis qu’il est Sénateur. Il n’en figure pas moins, parmi les « maires » et chef de parti les plus contestés .

    On peut y voir une sorte d’exploit : après tout, il a été au pouvoir que 15 ans , là où les autres ont eu trois décennies pour se mettre leur opinion à dos.

    Curieux mélange de ce centre de vrais démocrates et de « despotes », qui amène à se demander si toutes les grands électeurs ont voté – sans peur d’éventuelles représailles pour les prochaines élections municipales. Un biais qui rend encore plus impressionnante la cote d’impopularité de ces maires centristes contestés.

  • Le grand prix de l’humour (involontaire) est décerné à Laurent Lafon, pour son article dans le journal municipal de Vincennes. Tout gonflé de fausse modestie et de suffisance, il se félicite pour son élection comme sénateur. Bien entendu, tout cela sous couvert de beaucoup d’hypocrisie et de prétendue volonté de servir…….

    • Déception Vincennoise says:

      A l’article du Vincennes INFO, on peut ajouter le mot reçu dans nos boites ou il dit je cite :
      « les missions qui m’incombaient m’ont permis au fil des années, de nouer avec vous une relation personnelle à laquelle je suis très attaché »
      De qui se moque t-il quand on sait que par deux fois en 2007 puis il modifie le PLU (plan local d’urbanisme) pour faire main basse sur les propriétés de plus de 150 personnes sans même les prévenir ?

      Plus loin il écrit « je me réjouis de nos réussites » de quoi parle t-il quand on voit qu’il engage des travaux pharaoniques mettant des pavés bruyants sur des chaussées trop étroites pour la circulation des bus, des pavés glissants sur les trottoirs et n’écoutant pas du tout les gens qui lui remontent ces dysfonctionnements ?

      Enfin « ce travail est le fruit d’une confiance établie entre nous » une chose est sûre, il doit revoir la définition du mot confiance

  • Sur la manière de servir :
    « Dans l’entourage de Laurent Lafon, on ne souhaite pas commenter cette missive. « Réagir donnerait trop de crédit à la personne de Michel Gilles », indique un des proches collaborateurs du maire de Vincennes. »

    Exclu du Nouveau Centre, Michel Gilles solde ses comptes

  • La féodalité de Gauche indéboulonnable dans le VDM. C’est consternant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *