Publicité
Publicité: Fête des Solidarités 2017
Education | Boissy-Saint-Léger | 19/11
Réagir Par

Tensions sur la suppression d’emplois aidés au collège Dunois de Boissy-Saint-Léger

Au collège Amédée Dunois de Boissy-Saingt-Léger, les personnels, avec les sections SNES et FO, et les parents, avec les organisations FCPE et « Liste indépendante », se mobilisent contre le départ de trois personnels en contrats aidés. Une réunion de parents est prévue ainsi qu’une demande d’audience au préfet et à l’inspectrice d’académie .

Selon les représentants du personnel et des parents d’élèves, cette suppression de trois contrats aidés « place le fonctionnement de l’établissement au bord de la rupture ».

« D’ores et déjà, l’hygiène et la sécurité sont mises en cause. Les salles ne peuvent être balayées et lessivées régulièrement, pas même le réfectoire. Les personnels de maintenance, au mépris de leur qualification, sont systématiquement appelés à tenir la plonge ou à intervenir pour que puisse être assurée la restauration scolaire. Depuis la semaine dernière, date de fin de contrat d’un des postes de CUI, il n’y a plus personne à la loge à l’entrée le midi donc plus de contrôle efficace possible. Il en découle une impossibilité d’assurer un contrôle et une maintenance indispensables des installations du collège et une impossibilité de garantir aux élèves le respect des normes d’hygiène et de sécurité aussi bien dans la préparation des repas que dans l’entretien quotidien des locaux. Les personnels de cuisine et d’entretien sont surchargés : la fatigue gagne. Il suffirait que l’un d’eux soit contraint de se mettre en arrêt-maladie, pour que le collège ne puisse plus accueillir enfants et adultes », alertent les représentants.

Une réunion de parents est prévue pour le jeudi 30 novembre au collège à 18h et une demande d’audience au préfet et à l’inspectrice d’académie est en cours.

Cet article est publié dans avec comme tags Boissy-Saint-Léger, Emploi, Parents d'élève,
3 commentaires pour Tensions sur la suppression d’emplois aidés au collège Dunois de Boissy-Saint-Léger
  • Toute ma solidarité avec le personnel municipal, les enseignants, les parents d’élèves et les élèves. Cette mesure purement comptable du gouvernement Macron de supprimer de nombreux contrats aidés a donc dans notre commune aussi des conséquences graves. C’est insupportable que le gouvernement étrangle ainsi les communes, jette comme des objets à usage unique des jeunes brutalement privés de revenus et dont la mission était pourtant tellement utile.
    Je suis scandalisé, et de tout cœur avec celles et ceux qui se battent contre cette profonde injustice et exigent une solution.

  • Je corrige mon précédent commentaire : pour ce cas précis, c’est au personnel départemental que va ma solidarité, les collèges n’étant bien sûr pas gérés par les communes mais par les départements.

  • Oui un contrat aidé est un contrat précaire mais c’est pourtant ce type d’emploi visant l’ubérisation de l’économie que Mr Macron préconise…son discours est schizophrénique car il demande de la souplesse et de la flexibilité aux salariés mais veut financer des formations pour des emplois dits « stables »…si c’est d’être formé pour faire un boulot pour 3 ou 4 ans et ensuite pour être jeté comme un kleenex et recommencer le cycle…ou est la pérennité et la sécurité de l’emploi pour se projeter dans l’avenir…nulle part même pour un bac+5. De plus l’état désire des emplois pour le secteur social mais ne veut pas les payer correctement Alors que les besoins sont réels dans la population comme pour l’accompagnement des personnes âgées, quartiers défavorisés, enfants et adultes handicapés…Mr Macron qui brade un modèle social pour un modèle libéral d’actionnaires heureux, fera de la France un monde de mini-jobs pour tous comme en Allemagne son modèle chéri ou seul les riches retraités et les élites s’en sortent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *