Justice | Accueil Val de Marne (94) Champigny-sur-Marne | 31/05/2017
Réagir Par

Une expropriation liée à la gare Grand Paris Express de Bry-Villiers-Champigny au TGI de Paris

Une expropriation liée à la gare Grand Paris Express de Bry-Villiers-Champigny au TGI de Paris © Fb

Le juge du TGI de Paris examine ce matin l’expropriation, dans le cadre des travaux du Grand Paris Express, du couple D-T qui vit depuis plusieurs décennies un terrain situé à quelques mètres de la future gare Bry-Villiers-Champigny. 

Au bout de la rue des Hauts bonnes eaux, entre l’ancien practice de golf de Villiers-sur-Marne et la ligne de chemin de fer du RER E, vit une famille installée sur place depuis une quarantaine d’années. C’est le grand-père qui, au sortir de la première guerre mondiale, a posé une cahute sur ce terrain, sans l’avoir acheté. Petit à petit, la famille s’est agrandie, et des caravanes se sont ajoutées pour loger tout le monde. La famille a également fait clôturer le terrain et l’a relié au réseau d’eau et d’électricité. Vendeur ambulant, ferrailleur, exposant, forain, Henri D a fait tout les métiers, avant de tomber malade et de stopper toute activité. Dans le quartier, les D-T sont respectés du voisinage et reconnus pour l’entretien de l’impasse, souvent victime de dépôts sauvages.

Occupant le terrain de fait, sans titre de propriété, la famille ne s’était pas préoccupée de ce détail jusqu’au jour où des géomètres de la SGP sont venus lui expliquer qu’ils allaient entamer des travaux sur ce terrain. Affolé, le couple contacte alors un avocat. «Le terrain appartient en partie à Réseau Ferré de France et à la mairie de Champigny-sur-Marne, j’ai écrit à toutes les parties pour leur expliquer la situation et leur demander de faire quelque chose pour trouver une issue, mais me suis heurté  à un silence radio. Nous avons donc assigné la mairie de Champigny et la SNCF au tribunal pour que mes clients soient reconnus propriétaires du terrain par prescription acquisitive (ndlr, en raison du nombre d’années d’occupation sur ce terrain n’ayant jamais été revendiqué). Mais pour le moment, cette action est bloquée car le juge administratif de Melun doit apprécier si le terrain en question est considéré comme relevant du domaine public ou pas», expose l’avocat de la famille, Dominique Mathonnet.

Alors que le chantier du Grand Paris Express doit débuter sans plus tarder, La SGP engage en parallèle une procédure d’expropriation de la famille qui se dit prête à coopérer. «Nous savions qu’un jour où l’autre, quelque chose comme cela arriverait car nous avons vu notre environnement changer. Dans un premier temps, cet espace boisé s’est transformé en une immense décharge à ciel ouvert. Puis nous avons vu poser le golf, un tapis sur un tas d’ordure. Nous avons réussi à conserver un peu de nature autour de nous et cela fait plaisir d’entendre encore des oiseaux chanter, de voir des hérissons, un renard, des papillons…», regrette déjà Evelyne T. Mais la proposition de rachat de la parcelle et la proposition de relogement de la famille ne convient pas aux résidents qui espèrent obtenir autant que leurs voisins. «Les parcelles alentours ont été acquises pour des montants entre 600 et 1000 € du mètre carré et ils disent à mes clients que leur terrain ne vaut rien, proposant pour leur 100 mètres carrés une somme entre 35 000 et 45 000 €. En plus de cela, ils veulent laisser cette somme à la Caisse des Dépôts et Consignation en attendant que de savoir qui est le propriétaire de la parcelle. Ils leur ont également proposé une solution de relogement dans un HLM… à Châteauroux! Nous avons dit dès le début que nous ne voulions pas nous mettre en travers de ce projet d’intérêt national et que la famille allait partir, mais pas à coup de pied au derrière! J’ai l’impression que l’on traite cette famille comme des moins que rien, des péquenauds de province dont on n’accepte pas le mode de vie», s’indigne Me Mathonnet.

Alors que le père d’Henri est récemment décédé, le juge de l’expropriation doit aujourd’hui se prononcer sur le déclenchement ou non d’un délai de six mois au profit du couple T-D. L’issue de ce dossier ne remet en aucun cas en cause le calendrier de construction de la gare du Grand Paris Express de Bry-Villiers-Champigny, indique-t-on du côté de la SGP qui ne souhaite pas commenter ce dossier mais rappelle que 95% des acquisitions foncières liées au projet de métro dans le Val-de-Marne ont été conclues à l’amiable.

Le couple vit au bout d’une impasse à Champigny-sur-Marne, entre le golf de Villiers, la voie de RER E et le Bricorama.

Les palissades du terrain de la future gare Bry-Villiers-Champigny qui doit accueillir le Grand Paris Express débutent juste à côté de leur domicile.

Les travaux qui se déroulent derrière leur terrain ont engendré la destruction du pylône qui alimente la famille en électricité.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Cet article est publié dans avec comme tags , , , ,
3 commentaires pour Une expropriation liée à la gare Grand Paris Express de Bry-Villiers-Champigny au TGI de Paris
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi