Société | Villeneuve-le-Roi | 03/05
Réagir Par

19 mars 1962 vs Arnaud Beltrame: guerre des mémoires à Villeneuve-le-Roi

L’héroïsme du gendarme Arnaud Beltrame, qui a pris la place d’un otage du Super U de Trèves lors de l’attaque du terroriste Redouane Lakdim, et est mort des suites de l’attentat le 24 mars dernier, commence déjà à s’inscrire au fronton des rues et bâtiments publics. Rien que dans le Val-de-Marne, Créteil, L’Haÿ-Les-Roses et Villeneuve-le-Roi ont décidé d’ancrer la mémoire de ce héros dans l’espace public.

C’est d’abord à Créteil, lors du Conseil municipal du lundi 9 avril, que le maire PS de la ville a annoncé qu’une rue ou un équipement porterait le nom du gendarme, accédant à un voeu en ce sens déposé par le FN. A L’Haÿ-les-Roses, c’est ce vendredi 4 mai que sera inauguré le poste de police municipale Arnaud Beltrame. Et à Villeneuve-le-Roi, le Conseil Municipal du 12 avril a voté le changement de dénomination de la place du 19 mars 1962 en place Arnaud Beltrame à l’unanimité moins une abstention, celle du PS Eric Chamault, qui proposait plutôt de renommer la place de la gare.

Depuis, ce changement de plaque a toutefois fait des vagues en ville, au sein des certains adhérents de la Fnaca (Fédération nationale des anciens combattants d’Algérie, du Maroc et de Tunisie) et de l’élu Front de Gauche Joël Josso, lequel était absent du Conseil municipal le jour du vote. Ce dernier a interpellé le maire LR de la ville, Didier Gonzales, devant le Monument aux Morts, à l’occasion d’une cérémonie en souvenir de la déportation le 29 avril dernier. « Le colonel Arnaud Beltrame est un héros pour avoir sacrifié sa vie pour sauver l’otage d’un terroriste. Nous sommes tous d’accord pour qu’un lieu de mémoire lui soit dédié sur Villeneuve-le-Roi mais il mérite un lieu qui fasse consensus, un lieu qui permette la communion entre tous les Villeneuvois. Au lieu de cela le maire de Villeneuve le Roi vient opposer une mémoire à une autre mémoire. Les dizaines de milliers de morts et de blessés, les centaines de milliers d’appelés traumatisés de la guerre d’Algérie méritent que l’on se souvienne.  Cette date fait aujourd’hui largement consensus parmi les Français, l’Etat français a reconnu cette date par l’intermédiaire de son Président de la République en 2016. L’heure est au souvenir et à la réconciliation », a interpellé l’élu, qui a également demandé au préfet du Val de Marne de suspendre cette décision qu’il considère comme « prise dans l’illégalité » et qui « trouble l’ordre public ».

« Le 19 mars est désormais une date de célébration officielle et les commémorations se tiennent donc au monument aux morts, réagit le maire. A titre personnel,
je fais partie de ceux qui pensent que cette date pose un problème car il ne s’agit pas d’une armistice mais d’un cessez-le-feu unilatéral. Cette date ne marque pas la fin de la guerre mais le début des massacres des Harkis. François Mitterrand avait du reste refusé de fêter cette date et son successeur Jacques Chirac avait choisi le 5 décembre, date de l’inauguration du Mémorial national de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie  sur le quai Branly. Aujourd’hui nous avons deux date officielles, qui peuvent être célébrées au monument aux morts. Nous n’avons pas non plus de place du 11 novembre ou de la déportation », poursuit Didier Gonzales.

La date de cérémonie de pose de plaque n’a pas encore été fixée. Elle devrait s’effectuer en présence du frère d’Arnaud Beltrame, qui réside à Maisons-Alfort.

En 2015, c’est au contraire la création d’une place du cessez-le-feu en Algérie au Perreux-sur-Marne qui avait suscité une manif du FN et des certains représentants d’anciens combattants. Lire ci-dessous :

Manif à l’inauguration de la place du Cessez-le-feu en Algérie au Perreux

 

Merci de votre lecture !

Nous mettons nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez contribuer à notre développement et notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *