Politique locale | Le Kremlin-Bicêtre | 12/04
Réagir Par

Affaire Nicolle: Le MRC s’interroge sur le rôle du 1er adjoint du Kremlin-Bicêtre

Affaire Nicolle: Le MRC s’interroge sur le rôle du 1er adjoint du Kremlin-Bicêtre © Election de JM Nicolle en janvier 2016

Entre le MRC et ses anciens élus, le maire du Kremlin-Bicêtre Jean-Marc Nicolle et son premier adjoint Jean-François Banbuck, le long compagnonnage a fait place à l’affrontement. Après avoir indiqué être sur le point de porter plainte contre le maire pour deux affaires distinctes de sa mise en examen pour corruption, le MRC s’interroge aujourd’hui sur le rôle de son premier adjoint dans l’une d’elles.

Ce dernier atteste en effet les comptes de l’association FRE (Formation républicaine des élus, dédiée aux membres du MRC) depuis 2015, en tant qu’expert comptable, directeur général de la société Fidugec. Or, c’est cette association qui a été perquisitionnée fin octobre 2017 dans le cadre de l’enquête préliminaire sur le maire, déclenchant alors une enquête interne au sein du parti. En regardant de près les comptes de son association de formation des élus, le MRC s’est rendu compte que Jean-Marc Nicolle avait facturé à l’association 12 notes de 5 000 euros chacune, soit un total de 60 000 euros, entre 2013 et 2015, alors que la règle tacite veut que les membres du parti ne se rétribuent pas. Surtout, ces notes d’une vingtaine de pages se sont avérées en grande partie composées de passages d’autres publications.  Des emprunts repérés par le porte-parole du parti, Bastien Faudot. « J’avais une partie de ces notes regroupées dans un guide de l’élu mais n’y avais guère prêté attention. Lorsque l’on a découvert qu’elles avaient été facturées, je les ai lues avec attention et l’écriture ne me semblait pas être celle d’un élu. Je les googlisées et trouvé des passages complets dans plusieurs publications« , détaille-t-il. « Il y a deux aspects dans cette affaire, l’un moral car cela est contraire aux pratiques du mouvement de se faire rétribuer, l’autre concerne les soupçons de plagiat et donc d’un contrat non honoré« , poursuit le porte-parole. L’association FRE, qui était présidée jusqu’à peu par Béatrice Desmartin, employée de la ville, qui en a démissionné il y a quelques semaines, doit réunir son Conseil d’administration ce jour pour décider de porter l’affaire en justice.

Au-delà de la personne de Jean-Marc Nicolle, le MRC s’interroge également sur le rôle éventuellement joué par Jean-François Banbuck, lequel a attesté les comptes depuis 2015. « J’ai été estomaqué par le fait que Jean-François Banbuck, que je connais depuis longtemps et dont je connais les principes, quitte le mouvement en même temps que Jean-Marc Nicolle, pour des raisons qui semblaient insuffisantes pour un compagnon de route de trente ans. Lorsque, en épluchant les comptes de la FRE, nous avons remarqué que c’était la Fidugec, sa société, qui attestait les comptes, cela a fait tilt« , indique le porte-parole qui s’interroge sur cette coïncidence. Cette implication de l’adjoint dans l’attestation des comptes de la FRE fait-elle de lui un complice ? L’intéressé dément, rappelant qu’il n’atteste les comptes de la FRE que depuis 2015. Or, en 2015, seulement 5 000 euros de notes ont été facturées à l’association, contre 35 000 euros en 2014 et 20 000 euros en 2013. Et le premier adjoint de contre-attaquer. « Je me demande pourquoi le MRC distille ces informations le jour même où se tenait la réunion fédérale PS-PCF-PRG-MRC. Je me demande aussi ce que font encore les élus MRC dans notre groupe de la majorité municipale » lâche l’élu qui précise n’avoir jamais été entendu par la justice concernant la FRE.

Reste à comprendre pourquoi l’association, dont le budget tourne selon les années autour de 30 000 à 40 000 euros, n’a pas réagi plus tôt, par exemple au moment de la présentation des comptes 2013, puis de 2014 par le trésorier, comme cela doit se faire à chaque assemblée générale annuelle. Une confiance totale envers des amis de trente ans et le faible budget de l’association expliqueraient que rien n’ait affleuré avant la perquisition de fin 2017. Peut-être aussi une gêne et un souhait de faire cesser un problème sans déclencher la tempête. L’ancienne présidente de l’association, également ancienne élue de la ville du Kremlin et actuellement employée de la commune, après avoir accepté les premières notes sur demande de l’élu, a en effet refusé d’en financer d’autres à partir de 2015. (Voir article précédent sur ce sujet) Au MRC, on reconnaît qu’il y a possiblement eu un manque de rigueur.

Pour rappel, le maire du Kremlin-Bicêtre, Jean-Marc Nicolle, a été mis en examen il y a deux semaines pour abus de confiance,  favoritisme,  trafic d’influence et  corruption active. Sa collaboratrice a pour sa part été mise en examen pour complicité de corruption passive, complicité d’abus de confiance et complicité de trafic d’influence. L’élu est soupçonné d’avoir touché de l’argent d’entreprises désireuses de travailler avec la ville, par l’intermédiaire d’une association oenologique dont il est le président, ceci afin de financer sa passion du jeu. En parallèle, le MRC a annoncé la semaine dernière son intention de porter plainte contre l’élu dans le cadre de deux affaires annexes, celle de la FRE ci-dessus évoquée et une autre qui concerne le MRC 94, à propos de notes de restauration, payées avec le compte bancaire de la fédération du MRC du Val-de-Marne pour un montant de 4500 euros, sans justification.

Au sein du principal groupe de la majorité municipale, l’affaire a déclenché une crise politique d’ampleur avec une dizaines d’adjoints qui défendent le maintien du maire et ont démissionné du MRC tandis que les élus restés au MRC, dont l’ancien député-maire Jean-Luc Laurent et le premier fédéral Esteban Piard, se sont retrouvés mis en minorité. Les formations de gauche alliées, ont commencé, elles, à prendre du recul. Le PS puis l’UDE ont d’ores et déjà annoncé demander le retrait du maire.

Pour l’heure, le principal intéressé, le maire Jean-Marc Nicolle, reste hospitalisé. Le Conseil municipal qui devait se tenir ce jeudi 12 avril à 18h30 a été annulé. Le prochain Conseil municipal est en principe programmé le 31 mai. Une manifestation contre l’annulation du Conseil municipal se tient ce jour à l’heure où il était programmé.

Voir tout le dossier sur cette affaire

 

Merci de votre lecture !

Nous mettons nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez contribuer à notre développement et notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

2 commentaires pour Affaire Nicolle: Le MRC s’interroge sur le rôle du 1er adjoint du Kremlin-Bicêtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *