Education | Villeneuve-le-Roi | 21/01
Réagir Par

Amiante au lycée: les Brassens déménagent à Vitry-sur-Seine

Amiante au lycée: les Brassens déménagent à Vitry-sur-Seine © Alex Bonnemaison

Voilà qui a un air de déjà vu… C’est finalement l’ancien collège désaffecté Monod de Vitry-sur-Seine, qui avait accueilli un temps les écoliers de Makarenko (une école de Vitry) ravagée par un incendie, et qui avait été proposé pour accueillir les collégiens de Saint-Exupéry de Vincennes suite à la découverte d’une pollution aux solvants chlorés dans l’établissement fin 2017, qui abritera les élèves de la partie enseignement général et technique du lycée Georges Brassens de Villeneuve-le-Roi d’ici quelques jours, en pleine crise suite à une découverte de pollution à l’amiante.

Ce déménagement, annoncé par le Conseil régional en fin de semaine dernière, doit mettre un terme à une crise qui a démarré avant les vacances de Noël. Suite à la découverte d’une pollution à l’amiante supérieure à la norme après la chute d’un morceau du flocage du plafond, enseignants et lycéens avaient réagi, les premiers en exerçant leur droit de retrait, les seconds en organisant un blocus. Les personnels étaient d’autant plus en colère que la pollution découverte contredisait des expertises certifiant qu’il n’y avait pas de problème. Suite à cet incident amiante, le rectorat a suspendu les cours durant les derniers jours avant les congés de Noël, tandis que le Conseil régional lançait des travaux de réparation et une série de tests pendant les congés.

A lire : Amiante à Brassens, le Rectorat suspend les cours

Une situation bloquée depuis la mi-décembre

Alors que la région pensait apaiser la situation en faisant réaliser une contre-expertise durant les vacances de Noël, il n’en fut rien car celle-ci constatait bien la présence d’amiante dans les flocages des salles de classe, mais  estimait que « cet amiante a été évalué en bon état de conservation » et que donc « la réglementation n’impose pas la fermeture mais un contrôle périodique dans 3 ans. »  Des résultats que les enseignants estimaient incompatibles avec l’analyse du morceau de plafond tombé avant les vacances. En outre, ces derniers relevaient que ’entreprise qui avait réalisé la contre-expertise durant les vacances de Noël, était déjà liée à la région par un contrat de 600 000 euros pour évaluer la présence de plomb dans les lycées, et donc pas complètement indépendante.

A lire : Amiante à Brassens: situation bloquée et CA exceptionnel et L’arbitrage de l’Etat se fait attendre

Loin d’être apaisée, la situation s’est donc enlisée avec un droit de retrait exercé par la très grande majorité des professeurs du lycée depuis la reprise des cours du 8 janvier. Un Conseil d’administration exceptionnel le 10 janvier n’a pas réglé la situation. Finalement, le rectorat a convoqué un CHSCTA (Comité hygiène et sécurité académique) qui a évalué la situation en fin de semaine dernière tandis que parents, élèves et enseignants amplifiaient la mobilisation, avec deux rassemblements, l’un devant la mairie mercredi soir, et un second devant la salle où se tenaient les voeux de la ville ce samedi.  En parallèle, la région a saisi  l’Agence Régionale de Santé Île-de-France (ARS) pour avis, s’engageant à le « respecter strictement ».

Nouvelle expertise indépendante par la région

Dans cet avis, rend compte le Conseil régional dans un communiqué, « l’ARS indique que les mesures de l’air sont bonnes et demande des précisions sur l’origine de l’incident survenu en salle 320 (chute de matériaux)« . Et le région de préciser qu’elle « diligentera donc une expertise sur le bâti, comme suggéré par l’ARS, afin de s’assurer que toutes les mesures nécessaires pour éviter un nouvel incident soient prises« .  Afin d’éviter toute polémique sur l’indépendance de l’expert, le Conseil régional précise avoir choisi le CSTB, « organisme étatique indépendant, pour réaliser cette expertise dans les meilleurs délais ».

Des cours à distance en attendant l’emménagement à Vitry-sur-Seine

En attendant la fin des évaluations, et au cas où les résultats ne seraient pas compatibles avec une reprise des cours sur place, les cours des lycéens en enseignement général et technique se tiendront dans l’ancien collège Monod désaffecté de Vitry-sur-Seine, tandis que les cours des élèves de l’enseignement professionnel seront relocalisés dans des « lycées à proximité de Villeneuve-le-Roi », indique la région. Des navettes dédiées seront mises en place pour faciliter le transport des lycéens à Vitry-sur-Seine.

Enseignement à distance en attendant

La date d’emménagement n’est pas encore précisée et la région indique donc que les cours « devraient être assurés de manière dématérialisée via un lycée virtuel mis en place par le rectorat en lien avec le CNED », en attendant… Tout comme cela avait été organisé pour les collégiens de Vincennes durant le mois de décembre.

A lire : Le grand saut numérique pour les élèves de Saint-Ex

A Vincennes, les collégiens, qui s’étaient vus proposer initialement une relocalisation dans le collège Monod de Vitry, avaient protesté avec véhémence contre un tel déménagement, évoquant la distance, et ont finalement rejoint l’ancien collège Pissarro de Saint-Maur-des-Fossés en janvier, à peine le nouveau achevé. Un refus d’aller à Vitry-sur-Seine qui devrait finalement sauver la situation à Villeneuve-le-Roi, beaucoup plus proche géographiquement.

Lycée Brassens : une reconstruction aux airs d’Arlésienne

Entre murs et plafonds qui s’affritent, affaissements de terrains, marches usées…  le lycée Georges Brassens tombe en petits morceaux  depuis des années, faisant régulièrement l’objet de droits de retrait, blocus, protestations politiques. Sa reconstruction, planifiée par le Conseil régional, a d’abord été prévue à Orly par l’ancienne majorité régionale, mais ce transfert faisait polémique auprès des élus de Villeneuve-le-Roi. Finalement, la région a définitivement voté la reconstruction du lycée sur place, en mars 2017. Un investissement de 60 millions d’euros qui devrait permettre de passer de 33 à 36 classes et qui passera par la construction de bâtiments provisoires sur place en attendant la reconstruction. Reste à savoir quand précisément…

Voir le dossier sur le transfert des Saint-Exupéry suite à la pollution aux solvants chlorés

Voir tous les articles sur la situation au lycée Georges Brassens de Villeneuve-le-Roi

A lire aussi :

Les diagnostics des établissement sensibles potentiellement pollués interrompus

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement
et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *