Environnement | Villiers-sur-Marne | 13/11/2018
Réagir Par

Le Bois de Saint-Martin, futur maillon de la ceinture verte régionale

Publicité

Massif forestier impénétrable à cheval sur les communes de Noisy-le-Grand, de Villiers-sur-Marne et du Plessis-Trévise, le bois de Saint-Martin pourrait être rendu accessible au public dans le cadre d'un projet d’acquisition par la région Île-de-France.

Batraciens, lézards, oiseaux et plusieurs centaines d’espèces végétales ont trouvé refuge dans cet espace naturel de 285 hectares à l’ouest de Marne-la-Vallée. Le bois de Saint-Martin fait l’objet depuis 2006 d’un arrêté préfectoral de protection de son biotope définissant une zone d’accès interdit ainsi qu’une zone strictement limitée à des groupes encadrés par des associations de protection de l’environnement. La majorité du bois appartient aux barons Petiet depuis l’Ancien régime et la commune Plessis-Trévise possède également plusieurs dizaines d’hectares de cet espace naturel.

Un poumon vert qui pourrait pallier la raréfaction des espaces verts en zone urbaine dense. Dans les années 2000, la mairie de Noisy-le-Grand s’était lancée dans un projet d’acquisition du bois pour l’ouvrir aux habitants. Malgré l’obtention d’une arrêté de déclaration d’utilité publique, l’initiative avait finalement avorté à la suite d’un recours administratif des propriétaires.

Les descendants des barons Petiet semblent toutefois davantage disposés à se séparer de leur bois et Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, s’est rendue sur place samedi dernier.  Le Conseil régional souhaite acquérir, par l’intermédiaire de l’Agence des espaces verts d’Île-de-France (AEV), les parcelles naturelles du bois, soit une surface de 270 ha, dans le cadre de son plan vert. La commune de Noisy-le-Grand se porterait pour sa part acquéreur des parcelles bâties et des parcelles naturelles immédiatement attenantes (12 ha).  « Ce sont 363 ha d’espaces verts qui auront été créés ou rendus accessibles au public depuis 2016, soit les 3/4 de notre engagement de 500 ha à horizon 2020. Grâce au Plan vert, tous les Franciliens pourront accéder à un espace vert de proximité à moins de 15 minutes à pied de chez eux », promet la patronne de la région.

Les collectivités devront ensuite assurer la sauvegarde et la mise en valeur des boisements, de la prairie ainsi que des milieux humides et la préservation des espèces animales et végétales légalement protégées. Pour la région, qui possède déjà les bois de Célie (117ha) et de la Grange (153ha) situés contre le bois de Saint-Martin, cette acquisition s’inscrirait dans la réalisation de la trame verte de Marne-la-Vallée et de la ceinture verte régionale.

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Un commentaire pour Le Bois de Saint-Martin, futur maillon de la ceinture verte régionale
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi