Publicité
Publicité: Entrepreneur#Leader CCI Ile-de-France
Education | Val de Marne | 01/02
Réagir Par

Carte scolaire 2018 sous haute tension en Val-de-Marne

Publicité

Les blocages d'écoles ont déjà commencé, avec la maternelle Jules Grévy d'Alfortville hier, qui refuse la fermeture d'une classe et sa perte de décharge de direction. Et ce matin, le CTSD, réunion lors de laquelle la direction académique doit discuter de la carte scolaire 2018 avec les représentants du personnel, sera boycotté par les syndicats SNUDI-FO, SNUipp-FSU et CGT. 

Comme il y a deux ans, les mesures d’ouvertures et fermetures de classes pour la prochaine rentrée s’annoncent particulièrement tendues malgré les 176 postes supplémentaires, alors que le dédoublement des CP dans l’ensemble des écoles en REP (Réseau d’éducation prioritaire) contre seulement celles de REP + cette année, ainsi que celui des CE1 en REP + (encore plus prioritaire) entre en vigueur. En élémentaire, ce dédoublement contribue à la forte augmentation du nombre de classes,  représentant 124 supplémentaires (solde fermetures/ouvertures) au total. En maternelle en revanche, le solde fermetures/ouvertures est de 60 classes en moins à la rentrée, entraînant des suppressions de décharges en cascade, d’autant plus que le seuil de classes pour obtenir des décharges augmente. De quoi susciter la colère des enseignants qui dénoncent également la suppression des postes PDMQDC (Plus de maîtres que de classes) ou encore la fusion des brigades de remplacement de court et long, terme. Ce matin, ce n’est pas à l’intérieur de l’Inspection académique que siégeront les représentants des enseignants mais à l’extérieur qu’ils feront entendre leur voix.

A lire aussi :

Ouvertures et fermetures de classes pressenties à la rentrée 2018 en Val-de-Marne

Colère des enseignants du Val-de-Marne contre les suppressions de classes

 

 

 

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi