Manifestation | Choisy-le-Roi | 20/12/2018
Réagir Par

Choisy-le-Roi : manif de gilets bleus contre l’exclusion d’Est Ensemble par le Sedif

Choisy-le-Roi : manif de gilets bleus contre l’exclusion d’Est Ensemble par le Sedif © FB
Publicité

Quelques dizaines de gilets bleus se sont rassemblés ce jeudi matin devant l'usine des eaux de Choisy-le-Roi, où était convoqué le comité syndical du Sedif (Syndicat des eaux d'Ile-de-France) qui gère actuellement l’eau  potable de 150 villes de la région en délégation de service avec Véolia, pour protester contre l'exclusion du territoire Est Ensemble qui était à son ordre du jour.

La situation s’était pourtant apaisée entre les trois territoires de la métropole du Grand paris qui ont décidé de ne pas ré-adhérer au Sedif, souhaitant évaluer la faisabilité d’une gestion de leur eau potable dans le cadre d’une régie publique directe et non par l’intermédiaire d’une délégation de service public à un opérateur privé. Après un bras de fer à l’automne 2017, un accord avait été trouvé, laissant le choix aux communes de ces trois territoires que sont Est Ensemble, Plaine Commune et Grand Orly Seine Bièvre, de ré-adhérer définitivement ou pas. Dans ces conditions, les trois territoires ont signé avec le Sedif une convention de coopération pour bénéficier de l’approvisionnement en eau par le syndicat dans les mêmes conditions pendant deux ans, le temps de finaliser leur Sedif-xit ou de revenir en arrière définitivement. Mais en matière de réseau, difficile de raisonner complètement à la carte car les logiques de tuyauterie créent des interdépendances d’un lieu à l’autre. Ainsi, alors que Noisy-le-Sec souhaitait rester dans le Sedif, son territoire Est Ensemble a refusé la ré-adhésion de cette commune au syndicat au motif que cela aurait également obligé Bondy, qui se trouve au bout du réseau, à ré-adhérer. Or, Bondy ne le souhaitait pas. En réaction, le Sedif a décidé de rompre la convention de coopération avec le territoire Est Ensemble dès maintenant, considérant que le territoire a manqué à ses engagements de laisser le libre choix aux communes de partir ou de rester dans le Sedif. Ce sujet était à l’ordre du jour du Comité de surveillance de ce jeudi 20 décembre. Du côté d’Est ensemble, 100 élus ont écrit au président du Sedif, André Santini, pour défendre la position du territoire, compétent en matière de gestion de l’eau. « Dans ce cas où deux villes expriment des intérêts divergents, il est tout à fait légitime que le choix se fasse au niveau du territoire. En outre, nous vous rappelons que la loi de réforme territoriale a donné la compétence de la gestion de l’eau aux territoires et non plus aux villes. Le choix du conseil de territoire doit être respecté. Et la convention n’a pas valeur de loi, elle doit au contraire respecter la loi », font valoir les élus.

C’est dans ce contexte de nouveau bras de fer que  la coordination Eau Ile-de-France, un collectif qui défend une régie publique de l’eau, appelait au rassemblement ce matin, en gilet bleu pour symboliser l’eau.

A lire aussi  :

Débat sur la gestion de l’eau potable en Grand Orly Seine Bièvre

 

 

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi