Politique | Créteil | 26/03
Réagir Par

Christian Favier serein après la perquisition au Conseil départemental du Val-de-Marne

Une semaine après la perquisition dans une trentaine de bureaux de collaborateurs d’élus de la majorité départementale dans le cadre d’une enquête du Parquet national financier, Christian Favier, président PCF du Conseil départemental du Val-de-Marne, est revenu sur cet événement à l’occasion de la séance plénière de ce lundi 26 mars.

Pour le moment, le Parquet national financier n’a pas communiqué sur les résultats de la perquisition ordonnée mardi dernier dans le cadre d’une enquête préliminaire pour soupçons de détournement de fonds publics, faisant suite au rapport de la Chambre régional de la Cour des comptes. Le président a toutefois souhaité évoquer cet événement en commission permanente auprès de l’ensemble des élus du département ainsi que lors du point à la presse précédant la séance plénière.

« Pour l’instant, nous ne disposons que de très peu d’informations. Les gendarmes nous ont signifié oralement mardi qu’il s’agissait d’une enquête préliminaire relative à des soupçons de détournement de fonds publics. Aucun procès verbal ne nous a été remis et nous n’avons pas accès au dossier. Je n’ai pas, moi-même, été approché de quelque manière que ce soit. J’ai cependant pris attache auprès d’un avocat pour être conseillé.

Les perquisitions dans 33 bureaux se sont déroulées au sein du cabinet et de la direction générale, dans le calme, en parfaite collaboration avec les enquêteurs. Cette procédure a suscité beaucoup d’émotion parmi les agents concernés et j’ai tenu à les assurer de mon soutien ainsi que de celui de l’ensemble de la majorité départementale.

Un des éléments faisant l’objet de remarques concernait le nombre de collaborateurs d’élus supérieur au seuil légal. Nous avions pris cela en compte après le rapport de la Chambre régionale de la Cour des comptes. Depuis, ils n’avaient plus le statut de collaborateur d’élus. Ils étaient devenus coordinateurs de secteur travaillant sous la responsabilité de l’administration et non plus du cabinet.

Ces contrats de collaborateurs d’élus ont été soumis au préfet dans le cadre du contrôle de légalité et n’ont jamais été contestés. Je n’ai aucune inquiétude, je connais bien les personne concernées, leur contribution auprès des élus est effective. Au sein du département du Val-de-Marne que je préside depuis 2001, nous avons un mode de fonctionnement très collectif et nos élus ont des délégations fortes nécessitant ce personnel et leurs compétences », a expliqué Christian Favier.

« Le fait qu’un rapport de la chambre régionale des comptes débouche sur une enquête préliminaire et une perquisition est tout sauf anodin. Nous allons rester attentifs et demandons au président du conseil départemental de nous tenir informés de la suite de cette enquête », a réagi pour sa part Olivier Capitanio, au nom du groupe d’opposition LR et apparentés.

A lire aussi  :

Perquisition du Parquet financier au Conseil départemental du Val-de-Marne

 

Merci de votre lecture !

Nous mettons nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez contribuer à notre développement et notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Un commentaire pour Christian Favier serein après la perquisition au Conseil départemental du Val-de-Marne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *