Politique locale | Le Kremlin-Bicêtre | 01/07/2018
Réagir Par

Le Conseil municipal du Kremlin abrégé faute de quorum

Publicité

Cette fois, ce-sont les soutiens du maire Jean-Marc Nicolle qui ont provoqué le report du Conseil municipal ce jeudi 30 juin, en quittant la salle pour que le quorum ne soit pas atteint. Auparavant, les communistes avaient appelé à une démission collective pour provoquer des élections anticipées tandis que le groupe Citoyens! annonçait son intention de s'abstenir sur toutes les délibérations.

« Nous avons ainsi démontré qu’un agrégat de groupes minoritaires ne fait pas une majorité. En effet, suite à cela, l’absence de quorum a obligé la levée de la séance. Notre décision s’est faite en prenant acte de la posture irresponsable de cette coalition de partis, qui est artificielle et sans cohérence. Il n’est pas acceptable de chercher une nouvelle fois à bloquer l’ensemble des délibérations au détriment du projet de ville et de l’intérêt général. Nous continuons à appeler les autres élus à prendre leurs responsabilités, à la hauteur du mandat qui leur a été confié par la population« , défend Jean-François Banbuck, premier adjoint au maire et président du groupe  Le KB en avant, PRG, et apparentés. Son groupe a quitté la séance, suivi du groupe UDE. « Nous avions appelé à la démission de Jean-Marc Nicolle pour lui permettre de préparer sa défense, pas pour l’assassiner, motive pour sa part Bernard Chappellier, président du groupe UDE. Je rappelle que nous avons été élus sur la base d’un accord programmatique de second tour, et nous comptons l’honorer jusqu’au bout. Il ne s’agit pas de signer un chèque en blanc à Jean-Marc Nicolle mais de tenir nos engagements. Bloquer le conseil en prétendant vouloir le bien des Kremlinois relève de la schizophrénie!

De leur côté, les élus PCF ont appelé à une démission collective pour sortir du blocage. « Pour la seconde fois en quelques semaines, notre conseil municipal est réuni en urgence, après une séance avortée faute de quorum -ou de majorité- pour adopter les nombreuses délibérations de l’ordre du jour. C’est à l’évidence la manifestation d’un blocage total du fonctionnement de notre assemblée, et de son déroulement démocratique. Bien évidemment Mr le maire vous en rejetez la responsabilité sur votre ex majorité et sur l’opposition. A vous écouter, tout le monde s’acharnerait contre vous. Vos pauvres manœuvres politiciennes, votre persistance à refuser de démissionner, votre décision de quitter votre ancien groupe, pour créer une sorte « d’Objet Politique Non Identifié », vous a conduit à quitter la majorité de gauche qui vous a élu maire, et à rompre le contrat que nous avions signé ensemble. Il est quand même sidérant, alors que vous portez l’entière responsabilité de cette situation suite à votre mise en examen, d’accuser les autres d’être les responsables de l’impasse dans laquelle se trouve notre assemblée municipale. C’est vous, et personne d’autre, qui portez la responsabilité de cette situation« , a déclaré le groupe communiste, appelant à une démission en bloc.

Semaine chargée en perspective

Le Conseil municipal va donc devoir être reconvoqué dans les jours qui viennent. Deux autres rendez-vous politiques sont aussi déjà prévus cette semaine. Mardi 3 juillet, le groupe des soutiens du maire Jean-Marc Nicolle, organise une réunion publique pot amical à 20 heures salle Maigné. De son côté, le Forum citoyen, un collectif qui appelle à la démission du maire et défend le blocage du Conseil municipal en attendant, appelle à un rassemblement le jeudi 5 juillet à 19 heures place de la République, face à l’hôpital.

 

 

Pour rappel, l’origine de la crise politique kremlinoise vient de la mise en examen pour corruption et trafic d’influence du maire, soupçonné d’avoir utilisé à son profit de l’argent versé par des entreprises à l’association d’oenologie dont il était président, pour jouer au tiercé. Ces mêmes entreprises étaient par ailleurs en affaires avec la ville. Le maire s’est en partie expliqué sur son affaire lors d’un point presse précédant son retour en mairie après l’hospitalisation qui a suivi son placement en garde à vue.

Lire à ce sujet :

En examen pour corruption, J-M Nicolle s’explique et défie son Conseil municipal

Voir tout notre dossier sur l’affaire Nicolle et la crise politique kremlinoise

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi