Politique locale | Le Kremlin-Bicêtre | 29/06
Réagir Par

Le Conseil municipal du Kremlin-Bicêtre vire à l’émeute

«Nicolle, démission !» Entendait-on scander ce jeudi soir depuis le hall de l’hôtel de ville du Kremlin-Bicêtre, par des citoyens ne pouvant monter assister à la séance du Conseil municipal. Un chaos tel que la séance a été close par Jean-Marc Nicolle sans qu’aucune affaire n’ait pu être votée, reportée à ce samedi matin 8 heures…

La scène s’est reproduite à la quasi identique des fois précédentes. A 20h30 dans la mairie du  Kremlin-Bicêtre, un regroupement d’habitants était passé dans le hall, retenu par un groupe de policiers municipaux bloquant l’accès à l’étage où une petite trentaine de place étaient réservées à quelques uns.

Début de séance. La formation d’un nouveau groupe nommé «Citoyens !» est annoncée, composé de Sarah Benbelkacem et Vincent Rousseau (voir article d’hier). «Ce soir, je fais le choix d’une abstention méthodique, sur l’ensemble des délibérations à l’ordre du jour du Conseil municipal de ce soir», annonce Vincent Rousseau.

Le conseil municipal démarre. Mais les affaires courantes deviennent vite un sujet secondaire. Le bras de fer entre les derniers soutiens du maire Jean-Marc Nicolle, mis en examen pour corruption, et les anciens alliés de la majorité municipale, mais aussi l’opposition, reprend. Les groupes politiques annoncent tour à tour leur intention de voter contre toutes les propositions de la soirée tandis que le maire et ses derniers soutiens appellent à reprendre le cours normal des choses.

Mais dans le hall, les esprits s’échauffent. Alors que l’ancien député-maire MRC Jean-Luc Laurent prend la parole, une alarme incendie est déclenchée, interrompant le conseil pendant quelques minutes. Puis lorsque vient le tour de parole de Jean-François Banbuck, le premier adjoint,  les cris des manifestants redoublent.  Jean-Marc Nicolle décide alors d’interrompre la séance pour la reporter ce samedi à 8h, et de faire évacuer la mairie par les forces de l’ordre. En bas,   soutiens du maire et leurs opposants en viennent quasiment aux mains.

«Aujourd’hui, on tape le Kremlin-Bicêtre sur Internet et ce ne sont que des articles autour de l’affaire qui apparaissent, voilà l’image de la ville que les gens  ont»,  déplore une habitante venue protester. Brandissant des feuilles avec simplement marqué «démission», les citoyens donnent de la voix. «Nous on trime tous les jours avec notre Smic et on voit apparaître des sommes immenses de jeux dans la presse, ça parait complètement déconnecté des réalités», témoigne un habitant. Pour certains, cette crise est aussi le moment d’exprimer d’autres mécontentements. «Il y a des choses qui nous déplaisaient déjà. Alors qu’on manque d’argent public, des caméras ont été mises en place partout, et puis tout le stationnement est devenu payant autour de la mairie, cette affaire c’est vraiment la goutte d’eau qui fait déborder le vase!»

 

Merci de votre lecture !

Nous mettons nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez contribuer à notre développement et notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

7 commentaires pour Le Conseil municipal du Kremlin-Bicêtre vire à l’émeute

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *