Publicité
Publicité : WELCOME 94 - l'évènement 2019 pour les entrepreneurs du Val-de-Marne
Education | Val de Marne | 31/08/2018
Réagir Par

De la maternelle au bac, ce qui change à la rentrée 2018

De la maternelle au bac, ce qui change à la rentrée 2018
Publicité

(Erratum, deux villes restent à la semaine de 4,5 jours en Val-de-Marne cette année : Vincennes et Maisons-Alfort) Classes dédoublées, plan mercredi, évolution des programmes de maths et de Français, évaluations, réforme du bac, dispositif devoirs faits au collège, point sur Parcoursup, orientation… L’Education nationale a dévoilé les nouveautés de rentrée. Le ministre donnait sa conférence de presse ce mercredi et le recteur de Créteil, Daniel Auverlot, en a décliné les grandes lignes ce jeudi, entouré des directeurs académiques départementaux de Seine-et-Marne, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne.

 

CP et CE1 dédoublés

L’an dernier, seuls les CP en réseau d’éducation très prioritaire (REP +) avaient été dédoublés, ce qui concernait 22 classes  à dédoubler et 44 enseignants en Val-de-Marne. Cette année, tous les élèves de CP situés en REP ainsi que les  élèves de CE1 situés en REP + ont été répartis dans des classes de 12 élèves maximum. En Val-de-Marne, cela correspond ainsi à 435 classes de CP et 37 classes de CE1. L’an prochain, seront également concernés tous les CE1 de REP. Dans la moitié des cas environ, les professeurs  disposent de leur propre salle de classe. Dans l’autre moitié, ils partagent cette salle avec un autre enseignant et un autre groupe classe. Pour mettre des enseignants en face des élèves, 176 professeurs supplémentaires ont été recrutés dans le Val-de-Marne et les PDMQC (enseignants qui étaient dédiés au dispositif Plus de maîtres que de classes) qui étaient situés dans les écoles de réseau prioritaire ont fourni le reste du bataillon.

Evolution des programmes de mathématiques et de Français

Mettre le paquet sur le Français et les maths fait partie des objectifs de rentrée 2018 avec au passage une évolution des programmes parue durant l’été. En Français par exemple, la notion de prédicat (sous-groupe d’une phrase relatif à ce que l’on dit sur le sujet) disparaît au profit d’un retour aux compléments classiques. En mathématiques, les changements de méthode s‘inspirent des 21 mesures préconisées par le rapport du député LREM et mathématicien Eric Villani, avec notamment plus de calcul mental et l’enseignement des quatre opérations dès le CP.

Plus d’évaluations nationales

Les évaluations nationales se tiendront deux fois par an en CP, puis une fois en CE1, une fois en sixième et une fois en seconde. « Mais les écoles ne seront pas évaluées entre elles et il n’y aura pas de palmarès des meilleures écoles », a insisté le recteur de Créteil.

Plan mercredi, un nouveau dispositif pour les villes

Alors que le retour à la semaine de 4 jours et demi a été enterré dans 80% des communes du pays, et 45 commune sur 47 en Val-de-Marne (toutes sauf Vincennes et Maisons-Alfort), place au plan Mercredi qui entend labelliser l’offre d’activités périscolaires proposées par les communes volontaires, en contrepartie d’aides financières notamment d’une plus grande participation de la CAF (Caisse d’allocations familiales).

Les chiffres du premier degré

138 360 élèves doivent faire leur rentrée en primaire à partir du 3 septembre, sous réserve des derniers ajustements, en progression de 0,04% par rapport à l’an dernier (138 303).

Plan devoirs faits au collège

Alors que les devoirs obligatoires écrits commencent au collège, le plan « Devoirs faits », testé depuis novembre 2017, doit être généralisé dès cette année et proposé à tous les collégiens volontaires. « L’enveloppe financière est prête« , a indiqué le recteur. L’encadrement sera effectué par des professeurs, des assistants d’éducation, des services civiques ou d’autres membres de la communauté éducative, sur la base du volontariat. Chaque établissement doit nommer un coordonnateur sur ce sujet. Le recteur a indiqué que ce dispositif visait à réduire les inégalités entre les élèves et aussi à éviter que des associations porteuses d’idéologie exercent ce rôle, citant les écoles coraniques.

Chorale et culture de l’antiquité au collège

Côté programme, le chant choral doit faire son entrée en sixième et l’enseignement des langues et cultures de l’antiquité (latin-grec) revient à raison de 1 heure par semaine en 5ème et 3 heures en 4ème et 3ème.

Laïcité

Le recteur de Créteil a insisté sur l’importance du respect de la laïcité dans le milieu éducatif, évoquant le hors-série de Charlie Hebdo paru au printemps 2018 et faisant état de nombreux témoignages de professeurs confrontés à des difficultés au quotidien pour enseigner certains sujets. Parmi les nouveaux outils mis en place, le renforcement du contrôle des établissements hors contrat, grâce à la loi Gatel votée en avril 2018.  Autre dispositif : des équipes mobiles laïcité et faits religieux.

Réforme du bac

La réforme du bac va commencer dès la rentrée en seconde 2018 avec la fin des séries S, ES… dès la fin de cette année scolaire, remplacée par des « enseignements de spécialité » choisis en plus d’un tronc commun. Les élèves qui entrent en seconde cette année et passeront en principe le bac en 2020 auront désormais une partie d’épreuves en contrôle continu ainsi qu’un renforcement des épreuves orales.

Orientation, les CIO restent en place cette année

Pas de changement de la carte des CIO (Centres d’information et d’orientation) cette année. « La question sera posée l’année prochaine ou la suivante » a laissé entendre le recteur, citant un département où il n’y a que quatre CIO pour 800 000 habitants et où cela se passe « très bien »‘. A terme, les conseillers  d’orientation psychologue (Copsy) seront directement dans les collèges et les lycées. « La place des Copsy est celle de conseiller technique auprès du chef d’établissement« , insiste le recteur.

Parcoursup : toujours pas de données locales

Concernant l’orientation après le bac, les données resteront nationales jusqu’à la fin du processus début septembre et il sera donc impossible d’objectiver les disparités d’un département à l’autre et d’un lycée à l’autre au cours de la procédure. (voir article détaillé sur ce sujet) Ce 30 août au niveau national, 584 447 élèves ont accepté une proposition sur 812 000 inscrits sur la plate-forme, dont 504 600 de manière définitive. 171 584 élèves ont quitté la procédure (un certain nombre de cursus ne sont pas en effet sur la plate-forme) et 56 016 attendent toujours une proposition, dont 12 398 ont choisi d’être accompagnés par le rectorat pour trouver une solution, les autres étant considérés comme « inactifs ». 60% des jeunes toujours en attente de proposition sont des bacheliers, les autres sont en phase de réorientation. Le recteur a insisté sur le fait qu’il n’y avait aucune remontée du terrain témoignant d’un affolement d’élèves qui seraient sans solution. Il a par ailleurs insisté sur l’enjeu des nouvelles modalités d’orientation pour éviter le trop plein d’élèves dans les filières les plus plébiscitées (droit, staps, médecine, psycho) et l’échec important qui en découle en fin de première année.

Une manifestation avec préavis de grève déjà prévue le 6 septembre

Du côté syndical, une manifestation avec préavis de grève est déjà prévue en amont du CTSD (Comité technique spécial départemental) du 6 septembre pour réclamer des ouvertures de classes. « Plusieurs écoles maternelles et primaires ont des effectifs d’élèves qui dépassent les seuils ou qui sont limite mais avec des conditions particulières comme la présence de classes Ulis », motive Luc Bénizeau, du syndicat SnudiFo, citant Belle image à Cachan , Georges Sand et Joliot Curie à Villejuif  et encore Pasteur à Chevilly, Romain Gary à Thiais ou La Bruyères à Sucy.

 

 

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi