Service public | Accueil Val de Marne (94) Grand Paris | 22/01/2018
Réagir Par

Délai pour repasser le permis: C. Procaccia interpelle le gouvernement

Délai pour repasser le permis: C. Procaccia interpelle le gouvernement
Publicité

Si les délais d’attente pour repasser son permis de conduire sont passés à Paris et proche couronne de 150 jours environ à moins de 100 depuis la réforme du permis de conduire de 2014, les délais d’attente restent longs dans l’agglomération parisienne.

Selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, diffusés lors d’une annonce de l’ancien ministre Bruno Le Roux en février 2017, la Seine-Saint-Denis était en effet passée de 161 à 80 jours entre 2014 et 2016, le Val-de-Marne de 151 à 87, Paris de 138 à 85 et les Hauts-de-Seine de 142 à 98. Des délais améliorés mais qui restent largement au-dessus des départements les moins denses comme par exemple la Haute-Marne (40 jours).

C’est dans ce contexte que la sénatrice LR Catherine Procaccia, qui était déjà intervenue sur la question il y a cinq ans, posera à nouveau la question au ministre de l’Intérieur Gérard Collomb à l’occasion d’une prochaine séance publique de questions au gouvernement. « Le permis représente un outil indispensable à l’emploi et est tout aussi important pour la mobilité dans un département comme le Val-de-Marne où les transports en commun ne sont pas assez denses », motive la parlementaire.

En 2014, les mesures qui avaient permis de commencer à réduire les délais consistaient en la réduction de la durée de l’épreuve de 35 à 32 minutes (ce qui représente 110 000 examens supplémentaires par an), l’externalisation de l’épreuve du code à des opérateurs agréés par l’Etat, le recrutement de nouveaux  inspecteurs en Ile-de-France et encore le recours à des réservistes de la police, de gendarmerie et d’agents publics pour le code.

 

 

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi