Politique locale | Le Kremlin-Bicêtre | 04/04
Réagir Par

Dix élus défendent le maire du Kremlin et virent leur président de groupe

Dix élus défendent le maire du Kremlin et virent leur président de groupe © Election de JM Nicolle en janvier 2016

Dix des quinze élus du principal groupe de la majorité municipale du Kremlin-Bicêtre ont signé hier soir une tribune commune pour apporter leur soutien à Jean-Marc Nicolle, maire de la ville mis en examen notamment pour corruption, et remplacé leur président de groupe. Ces élus souhaitent que la ville se porte partie civile, à la demande du maire.

Ce mardi soir, la réunion du principal groupe politique de la majorité municipale du Kremlin-Bicêtre n’a pas permis de retrouver l’union sacrée. Présent à la réunion, le maire est revenu en préambule sur sa garde à vue et rappelé les éléments indiqués dans le communiqué de ses avocats ce weekend, à savoir qu’il reconnaissait avoir été victime d’une addiction au jeu dont il était guéri. Pour faire la lumière sur les préjudices subis ou non par la ville, l’élu a proposé qu’elle se porte partie civile dans cette affaire. La réunion qui a duré deux heures a ensuite scellé la fracture entre les soutiens de Jean-Marc Nicolle et les élus restés au MRC.

Les huit élus qui avaient déjà démissionné du MRC en même temps que le maire, début février, (voir article détaillé) ont réaffirmé leur soutien envers l’édile, et même rallié dans leur cause un 9e élu MRC et un élu PRG. Malgré la mise en examen pour corruption, abus de confiance, favoritisme et trafic d’influence de Jean-Marc Nicolle, et malgré la plainte au pénal que le MRC a indiqué déposer contre ce dernier, ils défendent la présomption d’innocence.

« Comme beaucoup de Kremlinois, nous avons appris vendredi la mise en examen de Jean-Marc Nicolle, maire du Kremlin-Bicêtre. L’emballement médiatique de ces derniers jours ne doit pas faire oublier le respect de la présomption d’innocence qui s’impose dans toute procédure judiciaire en cours. Une mise en examen ne signifie en aucun cas une quelconque culpabilité. Parce que nous sommes dans un Etat de droit, nous tenons à réaffirmer ce principe républicain, garantie d’une justice impartiale et équitable pour tous les citoyens« , posent les dix signataires Jean-François Banbuck, Zohra Sougmi, Sarah Benbelkacem, Didier Roussel, Carole Poisat, Ghania Lateb, Jean-Pierre Petit, Cécile Boucher et Monique Rafaëlli, tous ex MRC, et Rose Alessandrini (PRG). « Nous souhaitons donc réaffirmer notre volonté de poursuivre, avec Jean-Marc Nicolle, le travail engagé pour la ville du Kremlin-Bicêtre et les Kremlinois« , affirment les 10 élus. « Nous respectons parfaitement la présomption d’innocence sur le plan judiciaire, mais nous ne pouvons pas pour autant apporter un soutien politique à Jean-Marc Nicolle dans ce contexte, alors même que notre formation politique porte plainte contre lui », réagit Esteban Piard, premier fédéral du MRC Val-de-Marne.

Les élus indiquent que la ville va se porter partie civile

« De plus, à la demande de Jean-Marc Nicolle, la ville du Kremlin-Bicêtre va se porter partie civile, ce qui confirmera que les procédures d’attribution des marchés publics ont toujours été respectées et, si préjudice il y avait, d’obtenir réparation », indiquent également les signataires.

Jean-François Banbuck élu président à la place d’Esteban Piard

Alors que le groupe était présidé par Estéban Piard, lequel ne souhaitait pas signer cet appel à soutien, les 10 élus ont démis ce dernier de ces fonctions et élu à sa place Jean-François Banbuck, premier adjoint de la ville. « Je me suis retrouvé évincé sans sommation en 45 secondes à la fin de la réunion. Jean-François Banbuck a mis mon exclusion aux voix et s’est présenté dans la foulée, puis la séance a été levée », raconte Esteban Piard.

Les élus MRC mis en minorité dans le groupe

Alors que le groupe compte 15 élus, seuls les 3 élus restés au MRC (Jean-Luc Laurent, Esteban Piard et Vincent Rousseau) et Ludwig Loison-Robert (qui n’était pas présent hier), n’ont pas signé l’appel, et se retrouvent donc marginalisés.

Une scission qui risque de mener à une crise de gouvernance municipale

Reste désormais à savoir comment vont réagir les autres groupes de la majorité, le groupe de 5 PS, le groupe de 5 PCF-FG et le groupe de 2 UDE, qui représentent au total 12 élus. S’ils se rangent comme un seul homme du côté des soutiens de Jean-Marc Nicolle, une majorité absolue se reconstituera à 23 élus. S’ils soutiennent les positions de l’ancien député-maire, ils ne seront que 16 élus, ce qui ne constitue pas une majorité absolue car il y a 35 élus au total, en comptant les 8 conseillers municipaux de droite et du centre. « Pour l’heure, nous n’en sommes pas au calcul de voix. Nous souhaitons désormais rencontrer les autres formations politiques avec lesquelles nous avons porté la liste en 2014, non pas en tant que groupes politiques mais formations politiques, et réfléchir ensemble, de manière collective, contrairement à ce qui s’est passé hier« , insiste Esteban Piard.

Contexte

Pour rappel, Jean-Marc Nicolle a été mis en examen la semaine dernière, soupçonné d’avoir demandé à des entreprises qui voulaient travailler avec la ville de verser de l’argent à l’association d’oenologie dont il est le président, Au Sergent du Kremlin, et récupéré l’argent à des fins personnelles, pour jouer notamment au tiercé. L’élu aurait joué parfois jusqu’à 2000 ou 3000 euros par jour et les sommes en jeu sont de plusieurs centaines de milliers d’euros. (Voir article détaillé) Par ailleurs, le MRC a annoncé qu’il allait déposer plainte au pénal contre l’édile suite à des contrats passés avec l’association de formation des élus du MRC, (la FRE) considérés comme surfacturés par rapport à la production réalisée. Le MRC évoque également des notes de frais de restauration non justifiées au sein du MRC 94. Le MRC a diligenté sa propre enquête interne à la suite de perquisitions au sein de la FRE à l’automne 2017. (Voir article détaillé sur ce volet de l’affaire)

Voir tout notre dossier sur cette affaire

Merci de votre lecture !

Nous mettons nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez contribuer à notre développement et notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

9 commentaires pour Dix élus défendent le maire du Kremlin et virent leur président de groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *