Formation | Val de Marne | 25/06
Réagir Par

Election à la présidence de l’Upec: trois candidats en quête de voix

Arnaud Thauvron, directeur de l’IAE Gustave Eiffel (école de management), Jean-Luc Dubois-Randé, doyen de la fac de médecine, et Vérène Chevalier, responsable du M2 Management du sport… Alors que se tiennent ces 27 et 28 juin les élections générales des conseils centraux de l’université Paris Est Créteil (Upec), les trois candidats à la présidence n’ont pas changé par rapport à la dernière tentative infructueuse d’élire une présidence au sein du Conseil d’administration.

C’est à la suite de cet échec, qui succédait à d’autres séances électorales internes infructueuses au sein du Conseil d’administration, qu’une majorité de ses membres avaient démissionné pour provoquer les élections générales. L’enjeu : donner une majorité claire à l’un des candidats, qui se traduise par sa représentativité au sein du Conseil d’administration. Car pour être élu président du CA et donc de l’université, il faut une majorité stricte de tous les administrateurs et chaque candidat peut se maintenir à chacun des quatre tours. Sans consensus fort au sein des membres du CA, il est donc impossible d’aboutir. Pour cette université de 32 000 étudiants qui doit se positionner par rapport à ses partenaires et non moins concurrentes, et porter des projets de recherche, l’enjeu est stratégique.

Du côté des étudiants, qui présentent cette fois 4 listes, toutes ne défendent pas spécifiquement un candidat. Voir article dédié aux élections étudiantes avec les programmes de chaque liste. Au sein des personnels, trois listes, défendant chacune les couleurs d’un des candidats, vont s’affronter, complétées de quelques listes de syndicats dans les collèges des personnels non enseignants ou autres enseignants. Quelques points font consensus, comme la nécessité de développer davantage la vie de campus, de fédérer ce grand ensemble disparate, de se doter de l’ingénierie suffisante pour porter ses projets de recherche, de développer des partenariats structurants. Dans le détail, des divergences importantes subsistent néanmoins concernant la stratégie de positionnement mais aussi certains aspects pédagogiques. Tour d’horizon des listes qui portent les trois candidats à l’élection de la présidence de l’Upec. Pour rappel, cette élection présidentielle ne pourra se tenir qu’à la rentrée de septembre, une fois les conseils centraux élus (Conseil d’administration mais aussi Commission de la formation et la vie universitaire et Commission recherche) et une fois que le CA aura élu ses personnalités extérieures. Voir le mode d’emploi complet.

Liste 1 – Pour une université publique, éthique et collégiale – Pour l’Upec  : soutien de Vérène Chevalier

Vérène Chevalier était tête de la liste Stoppons la fusion lors des élections générales de 2016. A l’époque, l’enjeu principal du scrutin était en effet la fusion Upec-Upem qui avait été engagée par l’ancien président Luc Hittinger, mais qui ne faisait pas l’unanimité. Cet enjeu n’est plus car la fusion a été arrêtée mais la question du devenir de l’Upec dans le paysage universitaire grand-parisien demeure. La nouvelle liste de Vérène Chevalier, Pour une université publique, éthique et collégiale, défend résolument le positionnement pluri-disciplinaire de l’Upec et le maintien de toutes ses composantes, dénonçant d’avance tout projet de démembrement de l’université qui passerait par le détachement de certaines composantes. La liste prône des « collaborations souples ». En termes de pédagogie, la liste est aussi assez critique vis-à-vis de « l’approche par compétences » qu’elle considère comme la « porte ouverte à la transformation de l’UPEC en
collège universitaire« . En matière de recherche, la liste défend la transparence dans les critères d’attribution, appelle à un travail sur la visibilité des projets et propose une réflexion sur des financements complémentaires, notamment participatifs, et propose de renforcer les fonctions support pour répondre aux appels à projets externes.
Voir toutes les propositions de la profession de foi.
Site Internet de la liste

Liste 2 – Ensemble pour l’Upec : soutien de Jean-Luc Dubois-Randé

S’il ne figure pas dans les candidats aux conseils centraux en raison de son statut de doyen de la fac de médecine, Jean-Luc Dubois-Randé, qui soutenait Olivier Montagne, l’ex-président qui a démissionné, lors des dernières élections générales, est toujours en lice pour candidater à la présidence de l’Upec et sa liste de soutien est Ensemble pour l’Upec, menée par Marie-Albane de Suremain. La liste veut « réaffirmer » le lien entre formation et recherche, valoriser la recherche en se dotant notamment des moyens pour gagner les appels d’offre, et travailler au positionnement de l’Upec parmi les grandes universités européennes. Il prévoit des séminaires de travail thématiques pour « préciser le positionnement de chacun de nos axes dans un contexte francilien ». En termes de pédagogie, Ensemble pour l’Upec propose de travailler davanatge à la remédiation et l’orientation des étudiants. « Il ne s’agit pas de créer des “filières de relégation” mais plutôt d’expérimenter et de créer des voies de réussite pour ces nouveaux étudiants, en s’appuyant sur leurs acquis pour leur offrir un accompagnement et des progressions répondant au mieux à leurs besoins de formation, débouchant sur des poursuites d’étude ou une insertion professionnelle », défend le programme qui veut aussi renforcer la formation tout au long de la vie, ainsi que l’apprentissage – dans le cadre de son ancrage territorial. La liste propose aussi des journées scientifiques de l’Upec pour « dynamiser l’interdisciplinarité ».
Télécharger le programme
Site Internet de la liste

Liste 3 – Pour une université de projets : soutien d’Arnaud Thauvron

C’est la seule liste officiellement soutenue par des organisations syndicales : SNPTES et SGEN CFDT. Elle porte la candidature à la présidence d’Arnaud Thauvron, qui figure parmi les candidats du collège B.  Directeur de l’IAE Gustave Eiffel, ce dernier s’inscrit dans la lignée de l’ancien président d’université Luc Hittinger et de Caroline Ollivier-Yanniv, candidate lors des premiers scrutins du CA pour élire un président. Il était déjà candidat contre J-L Dubois-Randé et V Chevalier lors de la dernière tentative d’élection du CA du printemps. Alors que l’une des difficultés de la campagne est de mobiliser les foules très dispersées, le candidat a décidé de jouer numérique et collaboratif en s’appuyant sur une plate-forme Internet participative développée selon les principes de la démocratie ouverte pour mettre en débat l’ensemble de ses propositions comme par exemple celle de relancer l’axe «Santé–Société–Environnement» avec les établissements de la Comue et en articulation avec l’I-site Future et avec le pôle «Ville, Environnement et leurs Ingénieries» de la Comue « pour asseoir le rôle de l’UPEC en tant que partenaire extérieur essentiel de l’I-site« .  Les propositions développées s’articulent autour de cinq axes : l’accompagnement des étudiants (personnalisation des parcours, observatoire de la loi Orientation et réussite des étudiants Ore), développer les parcours professionnalisants, la formation continue à la demande…),   le rayonnement de l’UPEC « par un positionnement scientifique fort » . Et la liste de préciser que cela « signifie tout à la fois qu’il n’y aura pas de nouveau projet de fusion avec l’UPEM, mais que la stratégie de notre université doit être de nous réinscrire, sans états d’âme, au sein de la COMUE Paris-Est, tout en restant ouverts à d’autres partenariats structurants constitués ou en émergence », le soutien à la recherche en développant la culture de projets, l’ingénierie pour monter les dossiers et en priorisant les projets les plus structurants,  l’accompagnement des personnels et l’organisation.
Voir le le programme et les contributions sur la plate-forme Upec Cap Collectif

D’autres listes, portées par des syndicats et plus orientées vers les personnels, complètent l’offre électorale dans les collèges B et C :  Agir ensemble pour une UPEC ouverte, humaniste et démocratique (CGT), SGEN- CFDT Sympathisantes – sympathisants,  Horizon 2024 pour les personnels de l’Upec (SNASUB FSU), la liste du SNPTES et la liste d’union des BIATSS pour l’UPEC (pas de syndicat en particulier).

Voir toutes les listes avec toutes les professions de foi

Voir le site dédié aux élections

A lire aussi :

Epicerie sociale, toilettes non-genrées, vie de campus… programmes des étudiants de l’Upec aux élections

Elections à l’université de Créteil (Upec) mode d’emploi

Merci de votre lecture !

Nous mettons nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez contribuer à notre développement et notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Un commentaire pour Election à la présidence de l’Upec: trois candidats en quête de voix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *