Société | Créteil | 12/12/2018
Réagir Par

En rétention administrative à Lille, un étudiant de l’Upec risque l’expulsion en Guinée

En rétention administrative à Lille, un étudiant de l’Upec risque l’expulsion en Guinée
Publicité

En licence professionnelle gestion patrimoniale immobilière à l'IUT de Fontainebleau et élu au Conseil d'administration de l'Université Paris Est Créteil (Upec), Faya est un bon étudiant, motivé pour travailler dans l'immobilier après une première expérience dans la banque en Guinée Conacry. 

Mais ce lundi, Faya a été arrêté à Lille en sortant du bus. « Il avait bien son titre de transport, il a été arrêté par contrôle au faciès« , dénonce sa camarade d’université Sonia Mouloudi, présidente de l’Unef. N’ayant pas de titre de séjour mais seulement une carte d’étudiant, il a été conduit au Centre de rétention administrative (CRA) de Lesquin. Ce mercredi matin, il a comparu au Tribunal de Lille mais, par manque de chance, son avocat commis d’office ne s’est pas présenté en raison de la grève du barreau. « A 14 heures, la nouvelle est tombée. Il reste en rétention et devrait recevoir une OQTF (Obligation de quitter le territoire français) d’ici 28 jours », se désole Sonia Mouloudi.

A Créteil, les étudiants se sont mobilisés, sollicitant la vice-présidente du Conseil départemental Fatiha Aggoune, en charge notamment de la jeunesse et des droits de migrants. « Je vais intervenir auprès de la préfecture du Nord en rappelant que le droit à étudier est un droit fondamental« , défend l’élue. De son côté, le président de l’Université de Créteil, Jean-Luc Dubois-Randé, a signé un courrier de soutien, rappelant le sérieux et l’assiduité de l’étudiant. « C’est aussi un étudiant engagé dans la vie de l’université en tant qu’administrateur« , insiste le président de l’Upec. Le jeune homme, qui vit, étudie et travaille en France depuis deux ans, avait reçu un premier avis d’expulsion et était en cours de régularisation pour obtenir un titre de séjour.

Les étudiants ont également informé leurs camarades de Lille pour qu’ils aillent voir leur ami et, sur place, le jeune homme est également accompagné par l’Ordre de Malte, association référente pour l’aide aux droits des retenus dans le CRA de Lesquin. « Nous allons faire appel et cherchons un avocat qui sera présent à l’audience« , indique Sonia Mouloudi. « L’expulser maintenant signifierait sacrifier le diplôme de licence professionnelle gestion patrimoniale de l’immobilier qu’il allait obtenir à la fin de l’année universitaire », pointe l’étudiante.

 

 

A lire aussi : 

Centre de rétention des étrangers de Vincennes : un lieu de transit en débat

 

Télécharger l'article au format PDF :
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

5 commentaires pour En rétention administrative à Lille, un étudiant de l’Upec risque l’expulsion en Guinée
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi