Environnement | Ivry-sur-Seine | 24/05/2018
Réagir Par

La fermeture de la déchetterie d’Ivry génère des dépôts sauvages

La fermeture de la déchetterie d’Ivry génère des dépôts sauvages
Publicité

Implantée sur le site de la future usine d'incinération, la déchetterie d'Ivry-sur-Seine a été définitivement fermée fin janvier par le Syctom (syndicat en charge de la gestion des déchets ménagers de 84 communes de l’agglomération parisienne). Depuis, les usagers sont invités à se rendre à Romainville, en Seine-Saint-Denis, pour jeter leurs déblais et autres déchets non collectés.

« C’est trop loin, pourquoi perdre deux heures quand on peut aller dans la ville voisine comme à Alfortville ? », déplore un habitant de Maisons-Alfort. Résultat : certains n’hésitent pas à jeter sur la voie publique leurs déchets. « Ces derniers mois, nous avons relevé des tonnages hallucinants de dépôts sauvages notamment au bord de la Marne ou autour du Bois de Vincennes. Ce sont principalement des artisans qui, une fois leur chantier terminé, jettent leurs gravats n’importe où », déplore François Roussel-Devaux, directeur général des services du territoire Paris Est Marne et Bois.

« Nous avons informé les services des communes et des territoires l’été dernier parce que nous savions depuis un certain temps que cette parcelle servirait d’assise à la future unité de valorisation énergétique. Certes, je reconnais que la déchetterie de Romainville n’est pas tout près, mais c’était notre seule alternative puisque depuis la loi NOTRe et le transfert de la compétence du traitement des déchets aux territoires métropolitain, nous avons fermé nos déchetteries », réagit-on au cabinet de la présidence du Syctom.

Sur les 13 villes que comptent le territoire, deux disposent de déchetteries mobiles (Saint-Mandé et Vincennes), et cinq disposent d’un site propre (Champigny, Fontenay, Saint-Maur, Nogent-Le Perreux). Paris Est Marne Bois est donc en pleine tractation avec ces villes ainsi que les territoires limitrophes pour élaborer d’ici la fin du mois de juin des solutions pérennes en proximité pour les habitants et les artisans. « Nous avons voté pour notre budget annuel une enveloppe de 800 000 euros pour augmenter la capacité d’accueil des sites existants et favoriser ainsi la mise en place d’un véritable réseau de déchetterie. Nous ne restons pas les bras croisés. Cependant, nous faisons appel au civisme des habitants du territoires et ceux qui s’y déplacent », enjoint François Roussel-Devaux.

 

 

 A lire aussi : 

Usine d’incinération d’Ivry: l’enquête publique commence

Télécharger l'article au format PDF :
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

6 commentaires pour La fermeture de la déchetterie d’Ivry génère des dépôts sauvages
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi