Publicité
Publicité: Forfait améthyste Val-de-Marne
Politique | Grand Paris | 09/01
Réagir Par

Grand Paris: les départements écrivent à Macron pour être reçus

A l’avant-veille de leur conférence de presse commune, les présidents des sept départements franciliens hors Paris, qui reste le grand de ce mouvement d’élus, viennent de cosigner un courrier au président de la République pour lui dire tout le bien qu’ils pensent du rapport du préfet Cadot qui a fuité dans le Monde à la fin décembre,

privilégiant la suppression des trois départements de petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne), le maintien de la Métropole du Grand Paris (MGP) dans son périmètre actuel et actuelles et  un renforcement de la région. Les présidents des départements demandent au président de les recevoir.

« A l’occasion de la première Conférence nationale des territoires, le 17 juillet dernier, vous avez exprimé le souhait « d’un projet ambitieux de développement de la première métropole française », pour« aboutir à une organisation institutionnelle stabilisée et efficace ». Depuis, le Préfet Cadot nous a fait parvenir un questionnaire auquel nous avons répondu de façon concertée ; nous faisions part de notre vision d’une métropole régionale efficace, économe des deniers publics et compétitive sur le plan international. Nous n’en avons eu aucun retour. Le mercredi 25 octobre 2017, le Préfet Cadot a indiqué à plusieurs d’entre nous avoir reçu la consigne d’instruire la future métropole sur le périmètre de la grande couronne, son idée de se limiter à tout ou partie de l’unité urbaine étant définitivement abandonnée. Or, si l’on se réfère aux révélations d’un article paru dans Le Monde daté du 24 décembre, il apparaît que les instructions données au Préfet Cadot sur le périmètre à étudier n’auraient pas été respectées. De plus, les « fuites » relayées par le journal Le Monde brossent un schéma d’organisation de la Métropole francilienne en complète contradiction avec ce que nous, acteurs de terrain, observons et attendons d’une réforme nécessaire pour nos communes, nos départements et notre région. Cet article très inquiétant quant à son contenu l’est plus encore par l’absence totale de dialogue entre les plus hautes autorités de l’Etat et les élus que nous sommes. Nous considérons que si une réforme territoriale doit intervenir en Île-de-France, elle doit se faire avec les élus locaux et non pas contre eux, comme les lois NOTRe et MAPTAM précédemment, avec les blocages qui en découlent« , exigent les élus qui dénoncent  des menées « technocratiques » et réclament une audience pour engager un « dialogue constructif dans la perspective de la conférence territoriale à venir sur l’Île-de-France. »  

A lire aussi 

Les départements franciliens s’allient au Rhône pour dénoncer la mode métropole

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *