Grève | Villeneuve-Saint-Georges | 13/02
Réagir Par

Grève à l’EDS de Villeneuve-Saint-Georges

Les personnels de l’EDS (Espace départemental des solidarités) de Villeneuve Saint Georges sont en grève reconductible à compter de ce mardi 13 février, à l’appel de l’intersyndicale FSU Territoriale et UGICT CGT.

Les revendications des personnels concernent plusieurs services à commencer par l’équipe d’accueil et les secrétaires de l’EDS qui réclament des travaux, l’installation d’une borne d’accueil (tickets et écran lumineux) « pour permettre aux usagers de patienter avec un minimum d’information sur le délai d’attente et éviter ainsi toute situation tendue avec les usagers« , divers matériels comme une deuxième imprimante-photocopieuse « afin d’éviter des attentes interminables des professionnels faisant des copies des documents des usagers« ,  « la pérennisation d’une façon ou d’une autre du collègue accueil hôte qui fait un travail reconnu et essentiel au sein de cet EDS qui accueille un public particulièrement précaire » ou encore le remplacement d’un poste de secrétaire vacant depuis un an. De son côté, l’équipe de PMI (Protection maternelle infantile) réclame des véhicules de service et la revalorisation de la grille de remboursement des indemnités kilométriques . L’équipe DPEJ (Direction de la Protection de l’Enfance et de la Jeunesse) dénoncent « la pression intenable des cadres du territoire pour les échéances des rapports enfance », font état de « situations enfance de plus en plus complexes et violentes » qui nécessitent de « travailler dans un cadre serein et bienveillant »,  s’interrogent sur les commandes de la CRIP (cellule de recueil des informations préoccupantes) de modification des conclusions sur le travail des écrits professionnels issu des informations préoccupantes et réclament le recrutement d’un renfort pour la seule collaboratrice enfance. L’équipe DASo (Direction de l’action sociale) fait pour sa part état « d’une souffrance liée à la charge de leur travail« , rappelant « l’extrême précarité de sa population« , citant notamment « le taux très élevé de rupture d’hébergement qui amène les collègues à être très régulièrement sous tension devant des situations humaines complexes et graves sans avoir de réponses institutionnelles particulièrement adaptées » et indiquent ne pouvoir « absorber » en plus les situations renvoyées par le CCAS  « et gérer les suites des inondations sans renforts en nombre suffisant« . Ils réclament « une réflexion globale » par la DASo et la collectivité pour créer un réseau partenarial.

Au niveau des ressources humaines, les personnels réclament notamment un bilan des arrêts maladies et une information du service de médecine préventive sur le nombre de visite à la demande des agents sur les dernières années, ainsi que la communication du nombre de départ d’agents ces dernières années. Concernant le bâtiment enfin, les agents grévistes exigent des travaux de cloisonnement pour travailler dans le calme.

 

Merci de votre lecture !

Nous mettons nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez contribuer à notre développement et notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *