Publicité
Publicité : Ordival 94
Education | Val de Marne | 03/09/2018
Réagir Par

Handicap à l’école: des postes d’AESH pour remplacer les contrats aidés

Handicap à l’école: des postes d’AESH pour remplacer les contrats aidés
Publicité

6200 élèves en situation de handicap sont scolarisés dans le département du Val-de-Marne, dont  3812 dans le premier degré et 2388 dans le second degré.

Alors que les contrats aidés liés à l’aide administrative ont été supprimés l’an dernier, le ministère de l’Education nationale a décidé cette année de s’attaquer à ceux qui étaient dédiés à l’accompagnement du handicap (les AVS, assistants vie scolaire), tout en créant plus de postes d’AESH (Accompagnants des Élevés en Situation de Handicap) grâce à un assouplissement des conditions pour y postuler. Ces postes correspondent à des CDD de droit public de trois ans, renouvelables une fois et pouvant ensuite donner lieu à un CDI. Dans l’Académie de Créteil (qui compte les trois départements de Seine-et-Marne, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne et accueille près de 20 000 élèves en situation de handicap), sont maintenus 1618 contrats aidés en parallèle de 3160 postes d’AESH (dont 777 nouveaux postes d’AESH).

A noter également, la création de 5 nouvelles classes ULIS (Unités localisées pour l’inclusion scolaire) en Val-de-Marne, dont 3 dans le premier degré (Rousseau A à Chennevières-sur-Marne, Romain Gary à Thiais, Jean Vilar à Villejuif) en parallèle du transfert de 2 ULIS (de Doumer Cachan à Bruyères Sucy-en-Brie et de Doumer Cachan à Simone Veil Champigny). Le département compte ainsi 89 classes ULIS à l’école primaire. Dans le second degré, 2 classes ULIS ont été créées  au collège de la Cerisaie à Charenton-le-Pont et au collège Albert Camus de Thiais. Au total, le Val-de-Marne compte ainsi 41 classes ULIS en collège
et 8 classes ULIS en lycée.
 

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi