Santé | Créteil | 20/09/2018
Réagir Par

La difficulté de recruter des médecins anesthésistes se ressent à Mondor

La difficulté de recruter des médecins anesthésistes se ressent à Mondor
Publicité

(Article mis à jour le 21 septembre 15h30 avec la position de l'AP-HP) "Le nombre de médecins anesthésistes présent en septembre à l’hôpital Henri Mondor ne permet plus d’assurer un programme opératoire normal. De très nombreuses interventions vont être annulées", s'inquiète le syndicat Sud Santé. L'AP-HP explique la difficulté à recruter cette profession et annonce qu'un nouveau chef de service a pris ses fonctions.

« Il manque actuellement 13 médecins anesthésistes réanimateurs, sur un effectif de 60, 6 autres quittent le navire entre septembre et octobre, sans compter 3 futurs retraités d’ici le premier semestre 2019. A cela s’ajoutent les médecins anesthésistes, présents tout l’été, en vacances en septembre. C’est la première année qu’une telle situation se produit à l’hôpital Mondor« , s’inquiète le syndicat qui note que cet été, plus de 300 rendez-vous pré-opératoires ont dû être reportés faute de médecins en effectif suffisant. « Concernant les interventions prévues en septembre, on parle déjà, au minium, de plus d’un tiers d’annulation, les patients ne seront prévenus que quelques jours avant. Sur quels critères seront « sélectionnées » les opérations à effectuer et celles à reporter ? Les prises en charge d’un cancer du sein, comme celle d’un cancer de la prostate, ne peuvent attendre. Une personne dans l’attente d’une prothèse de hanche qui souffre au quotidien peut- elle, elle, se permettre d’attendre ?« , questionne le syndicat qui dénonce un manque d’anticipation.

Position de l’AP-HP

Mise à jour du vendredi 21 septembre. « Les difficultés de recrutement de médecins anesthésistes réanimateurs concernent aujourd’hui l’ensemble des hôpitaux publics y compris désormais les CHU. Au niveau national, le nombre d’internes en formation dans la discipline a progressé mais ses effets ne se feront sentir que progressivement. L’hôpital Henri Mondor rencontre des difficultés ponctuelles conduisant à des reports d’interventions non urgentes représentant une trentaine d’interventions sur les 800 programmées (sur le mois de septembre 2018) et l’ensemble des missions sont assurées.
Un nouveau chef de service a pris ses fonctions le 1er septembre 2018 et plusieurs arrivées d’anesthésistes sont programmées, le service bénéficie par ailleurs d’une équipe d’infirmièr(e)s anesthésiste au complet. Des mesures sont engagées pour renforcer les salles du bloc opératoire : recrutement en cours médical et paramédical et déplafonnement des heures supplémentaires IBODE », indique-t-on à l’AP-HP.

Télécharger l'article au format PDF :
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Cet article est publié dans avec comme tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi