Politique locale | Le Kremlin-Bicêtre | 23/05
Réagir Par

Jérôme Giblin rejoint les non-inscrits au Kremlin-Bicêtre

A ce rythme, le banc des non-inscrits sera bientôt majoritaire au Kremlin-Bicêtre. Après Vincent Rousseau et Saïd Hassani, qui ont respectivement démissionné du MRC et du Modem en même temps que de leur groupe, 

c’est au tour de Jérôme Giblin de démissionner du PS, dont il était membre depuis près de 30 ans… et du groupe socialiste, pour siéger en non-inscrit. L’élu municipal a par ailleurs décidé de rendre ses délégations.

« En conséquence des événements concernant la municipalité du Kremlin-Bicêtre depuis Mai 2017 – date des premières perquisitions – et prenant acte de la volonté de Jean-Marc Nicolle de se maintenir comme premier magistrat de la ville, malgré ses soucis judiciaires et de santé, j’ai décidé de démissionner de ma délégation Santé-Handicap avec effet immédiat. Non que je n’appelle pas au plein respect de la présomption d’innocence, mais il me semble que Jean-Marc Nicolle devrait s’appliquer ce qui est devenu l’usage pour les ministres : démission en cas de mise en examen. Je demande également à siéger au prochain conseil municipal du jeudi 31 mai comme simple conseiller municipal non-inscrit. Je quitte donc dès aujourd’hui le groupe « Elus socialistes du Kremlin-Bicêtre » et le Parti Socialiste, auquel j’ai adhéré pour la première fois à l’âge de 15 ans, il y a 29 années. Dans la situation politique locale actuelle, je constate que les tractations entre partis n’ont pas permis de dégager une solution. Une voie de dialogue par-delà ces appareils peut permettre de rechercher, autrement, la résolution de la crise« , explique l’élu.

« Je ne renie rien de mes engagements d’homme de gauche. Je regrette profondément que soit entachée l’œuvre méritoire et bénéfique pour les Kremlinois, menée par l’union de la Gauche depuis 1995 : investissements dans l’éducation, la culture, le sport et tant d’autres domaines. Les finances de la commune ont été redressées, tout en maîtrisant la fiscalité, malgré le manque de solidarité entre les territoires, toujours refusée par la droite. Je ne renie rien non plus de mes amitiés politiques, même si des chemins se séparent. Je ne suis personne pour juger qui que ce soit et je sais trop ce que la politique exige de sacrifices, souvent au-delà du raisonnable et de la résistance humaine, pour retirer mon respect, mon estime, voire mon admiration à des femmes et des hommes qui ont tant donné à la collectivité. Je m’efforcerai de continuer de mon mieux à œuvrer pour les Kremlinois au sein du conseil municipal, si cela y est possible« , poursuit l’élu dans un communiqué.

Merci de votre lecture !

Nous mettons nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez contribuer à notre développement et notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *