Politique locale | Le Kremlin-Bicêtre | 05/06
Réagir Par

Au Kremlin-Bicêtre, J-M Nicolle perd sa majorité municipale

«11 voix pour, 19 contre, 2 abstention», voilà comment résumer le Conseil municipal du Kremlin-Bicêtre de ce lundi 4 juin qui s’est déroulé sous étroite surveillance policière. Mis en examen pour abus de confiance,  favoritisme, trafic d’influence et corruption active, le maire a perdu sa majorité municipale et n’a pu faire voter aucune délibération.

Il fallait montrer patte blanche ce lundi soir pour entrer en salle du Conseil. En raison des tensions de jeudi dernier, date à laquelle se tenait la premier Conseil municipal depuis le retour en mairie de Jean-Marc Nicolle, hospitalisé plusieurs semaines après sa garde à vue et sa mise en examen, la majorité des personnes venues assister à la séance ont du se contenter de rester dans le hall, derrière un écran TV.  En salle du conseil, le message de l’ex-majorité municipale qui ne soutient plus le maire a été clair. attaques contre Jean-Louis Nicolle se succèdent.  «Le j’y suis, j’y reste n’est pas une politique pour la ville, mais une posture. Les Kremlinois valent mieux que cela», résume Esteban Piard, adjoint MRC. Geneviève El Malki, adjointe PS, ne veut pas «d’une politique de la chaise vide» mais appelle aussi à «voter contre toutes les délibérations». Idem au PCF. « La majorité c’est vous qui l’avez quittée. Votre fuite en avant pour conserver à tout prix le pouvoir, vous conduit dans une impasse dont vous tentez de sortir par des petites manipulations politicienne« , a ainsi déclaré le groupe communiste. Vincent Rousseau, ex-MRC qui siège désormais dans les non-inscrits, annonce qu’il s’abstiendra et qu’il souhaite rendre sa délégation à l’Education au 1er juillet, une fois la rentrée préparée.

De la mise en place d’un nouveau skatepark au positionnement de la ville comme partie civile dans l’affaire qui touche le maire, toutes les propositions sont retoquées avec le même score sans appel, au grand dam des dix élus qui soutiennent encore le maire au sein de l’ancienne majorité municipale, et du principal intéressé. «Les élus placent notre collectivité dans une situation de paralysie. Il faut accepter d’aller aux élections anticipées ou bien coopérer», conclut Jean-Marc Nicolle de la situation. Avant de contre-attaquer : «J’ai décidé avec mon avocat de déposer plainte en citation directe contre Jean-Luc Laurent, pour des propos diffamatoires qu’il a répété et mis sur les réseaux sociaux».

«On se bat pour qu’au niveau local, la politique ne prenne pas le dessus. Cette alliance se fait au détriment des Kremlinois, certaines décisions concernaient la sécurité publique, le bien être des gens, l’humanisme, et elles ont toutes été rejetées», regrette Philippe, parmi les happy few qui ont pu pénétrer dans la salle du conseil.

Dans le hall, on interprète la situation différemment. «Je ne pense pas que le Conseil bloque les citoyens, je pense plutôt que c’est le maire qui les bloque, témoigne Isabelle. Il n’est pas du genre à renoncer, il s’est battu 30 ans pour sa ville. Mais maintenant, il se bat pour lui-même», regrette l’habitante. «Une autre solution serait qu’ils démissionnent tous», exprime Denis.

 

 

 

Merci de votre lecture !

Nous mettons nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez contribuer à notre développement et notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

5 commentaires pour Au Kremlin-Bicêtre, J-M Nicolle perd sa majorité municipale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *