Publicité
Publicité: Forum Export 94
Urbanisme | L'haÿ-les-Roses | 16/10
Réagir Par

La refonte du centre de L’Haÿ-les-Roses continue d’agiter la polémique

Publicité

Le réaménagement du centre-ville de L'Haÿ-les-Roses a commencé sa première étape avec la démolition ces derniers jours de maisons dans la rue Wattel. En parallèle, les détracteurs du projet prévoient de manifester ce samedi 20 octobre. Explications du maire et des opposants.

Le projet, qui s’inscrit dans le cadre d’une opération d’aménagement et de programmation (OAP) plus importante qui couvre le centre-ville jusqu’à l’autoroute A6, vise à redynamiser le coeur de la ville, juste devant l’entrée de la Roseraie, en créant une large place pavée donnant sur la rue Wattel. Y sont notamment programmées une brasserie et un supermarché Monoprix ainsi que des commerces et une salle polyvalente. Pour équilibrer financièrement le projet, porté par l’aménageur Citallios, et contribuer aux objectifs en matière d’habitat, des logements sont prévus en deux endroits de la place. Entre la rue Wattel et la roseraie, trois résidences ont été programmées, entrecoupées de passages privés ouvrant la vue sur la roseraie. Une autre résidence est prévue pour créer l’arrondi de la place, le long de la rue des Tournelles.  Les bâtiments, dessinés par Marc et Nada Breitman, comporteront trois étages. Au total, ces deux îlots prévoient un peu plus de 6000 m2 de logements et 2000 m2 de commerces. La place, elle, s’étendra sur 5000 m2.

Une manifestation contre le projet, le samedi 20 octobre

Le projet, situé immédiatement face à la roseraie, a suscité des réserves de la part de plusieurs associations, dont les Amis de la Roseraie, exprimées fin 2017. Pour répondre aux inquiétudes sur la vue depuis la roseraie, il est prévu de créer un rideau végétal entre les deux, qui cachera à terme les résidences bordant la place côté roseraie. Au total, une centaine d’arbres doivent être plantés en pleine terre. Le projet continue toutefois de susciter la polémique du côté de l’association Atelier local d’urbanisme et de développement de l’Haÿ-les-Roses (Aludhay), présidée par l’architecte Denis Hochstetter, ancien élu PCF en charge du patrimoine. Ce dernier dénonce la démolition de bâtiments historiques dont la Maison du roman populaire, la destruction d’arbres remarquables centenaires square Allende et s’oppose à la construction de « résidence grand luxe ». Il appelle à manifester contre le projet ce samedi 20 octobre à midi, square Allende, face à la Poste. Alors que l’architecte des bâtiments de France (ABF), Nathalie Barry, avait d’abord rendu un avis défavorable  et exigé le maintien de la cave du 16ème siècle, avant de changer d’avis suite à une visite sur place avec le maire et le préfet, Denis Hochstetter estime qu’elle a subi des pressions et révèle un courrier de l’architecte du patrimoine qui s’est chargée de la réhabilitation de l’église Saint Léonard, Florence Babics, à sa consoeur de l’ABF. Cette dernière, qui avait déjà alertée une première fois l’ABF, s’alarme de la situation, considérant que le projet va « anéantir les vestiges évocateurs du hameau rural de l’ancien château des Tournelles, jusqu’au tracé médiéval de ses rues » et qu’il constitue « une atteinte irréversible à la mémoire historique de la ville. » 

Le maire dénonce un combat personnel

Maire LR de L’Haÿ-les-Roses, Vincent Jeanbrun dénonce pour sa part un combat personnel de l’ancien élu et des tentatives de manipulation. « Il a alerté toute la planète, de l’association des amis de la roseraie à l’architecte des bâtiments de France. Cette dernière, lorsqu’elle s’est rendue sur place, a réalisé qu’elle avait été manipulée et nous avons rapidement obtenu le permis de démolir. Les maisons dont il est question, dont celle du roman populaire, étaient dans un état complètement dégradé. Le projet a été présenté aux habitants, fait l’objet de plusieurs réunions publiques, et il est plébiscité par les L’Haÿssiens. Je suis démocrate et reconnais le droit de manifester comme un droit fondamental, mais j’invite les habitants qui soutiennent le projet à l’exprimer également », réagit l’édile qui ajoute avoir répondu aux attentes concernant le maintien du patrimoine existant en rachetant la maison Hof en pierre meulière, qui n’était pas prévue initialement dans le projet. « Nous allons acheter cette maison et y entreprendre de lourds travaux de réhabilitation car l’ensemble du dernier étage s’est effondré. Nous y installerons des services publics. »

Horizon 2023

Le projet est entré dans sa phase active à la rentrée avec la démolition des premiers bâtiments de la rue Wattel, dont la Maison du roman populaire, en place desquels doit être construit un parking provisoire. Le permis de construire doit par ailleurs être déposé prochainement mais fera certainement l’objet de recours. L’objectif de la commune est désormais de finaliser cette refonte urbaine à l’horizon 2023.

A lire aussi :

Aménagement face à la Roseraie: des associations s’inquiètent à L’Haÿ

 

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement
et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

56 commentaires pour La refonte du centre de L’Haÿ-les-Roses continue d’agiter la polémique
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *