Publicité
Publicité: Entrepreneur#Leader CCI Ile-de-France
Gouvernance | Grand Paris | 04/12
Réagir Par

Le gouvernement abandonne la suppression des départements du Grand Paris

Le gouvernement abandonne la suppression des départements du Grand Paris © FB
Publicité

Dans un communiqué commun, les présidents des sept départements d'Ile-de-France (hors Paris) se réjouissent de l'abandon du gouvernement de procéder à la suppression des départements de la couronne parisienne dans le cadre de l'instauration de la Métropole du Grand Paris. 

Les élus indiquent s’être faits confirmer l’information de vive voix par Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires, qui aurait dit « Nous ne voulons pas supprimer les départements », à l’occasion d’une réunion entre les représentants des sept départements franciliens, de la ville de Paris, du préfet de région Michel Cadot, de Jacqueline Gourault et d’Elisabeth Borne, ministre des Transports, organisée vendredi 30 novembre.

Une « information capitale après plus d’une année d’incertitudes quant au devenir des services publics départementaux », se réjouissent les présidents des conseils départementaux pour qui cet « abandon » résulte « de la mobilisation des habitants, des maires, des agents départementaux et des élus des sept départements franciliens. »

Cette information n’a pour l’heure pas encore été confirmée directement par le gouvernement sous forme de communiqué officiel.

Les départements, qui se sont fortement rapprochés depuis 2017 malgré leurs divergences politiques, confirment dans le même communiqué la naissance de leur fonds de solidarité et d’investissement interdépartemental de 150 millions d’euros, dès le 1er janvier 2019, sous forme d’établissement public interdépartemental, pour lutter contre les inégalités « sans injonction de l’Etat, ni usine à gaz. »

Les départements s’inquiètent en revanche des contraintes budgétaires auxquelles ils sont soumis et font état d’une proposition qui leur a été adressée de contribuer au financement du Grand Paris Express via une ponction sur les DMTO (les droits de mutations) qui avoisinerait la trentaine de millions d’euros sur l’ensemble de la région. « Unanimement, les huit départements franciliens ont rejeté cette proposition« , indiquent les élus qui prévoient de formuler des propositions alternatives, encore en discussion entre eux, mais qui pourraient consister en un toilettage de la taxe sur les parkings des surfaces commerciales de plus de 2500 m2, ce qui pourrait rapporter plusieurs dizaines de millions d’euros ou encore une taxe additionnelle de séjour dans les palaces et hôtels de grand luxe.

 

 

A lire sur ce sujet : Gilles Carrez a fait voter une rallonge pour financer le Grand Paris Express.

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

31 commentaires pour Le gouvernement abandonne la suppression des départements du Grand Paris
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi