Politique | Val de Marne | 01/10
Réagir Par

Luc Carvounas défend le caractère novateur de sa Gauche arc-en-ciel

50 nuances de gauche… à rassembler. Tel est le projet qu’a entrepris le député PS Luc Carvounas ce weekend avec le lancement de ce que l’ancien maire d’Alfortville se refuse à appeler un courant, un club ou un parti mais qu’il préfère qualifier de « méthode » :  la « Gauche arc-en-ciel ».  Coup de fil. 

Enjeu de ce véhicule politique : rassembler société civile, sympathisants de gauche de toute tendance et, bien sûr, les partis politique, en inventant une manière vraiment participative de faire remonter les propositions, les constats, les remarques. Difficile pour l’observateur de ne pas voir là une manière, pour celui qui n’a pas été élu à la tête du PS, de se positionner autrement en embrassant au-delà de son propre parti, comme l’ont réussi dans leur genre Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon, qui avaient chacun largement travaillé et communiqué autour de plates-formes de réflexion participatives. Difficile de ne pas penser non plus à la gauche plurielle ou à la démocratie participative de Ségolène Royal.

Une méthode « va et vient »

Si l’élu reconnaît s’inscrire dans une certaine continuité, il estime en revanche que ces démarches n’ont pas trouvé de « logiciel durable ».  « Je prône un état plate-forme pour que ceux qui portent les politiques publiques puissent confluer avec la société civile afin d’ajuster l’action de manière efficace » défend le député, joint au téléphone, qui revendique un vrai « va et vient » entre ceux qui expérimentent sur le terrain, qu’il s’agisse d’associatifs ou de politiques, et ceux qui prennent les décisions au plus haut niveau. « Il faut aussi pouvoir corriger ensemble et pas seulement inclure la société civile parce que cela fait bon teint avant de retomber dans les habitudes de la 5ème (République) avec des dirigeants qui dirigent seuls avec une administration technostructure« , martèle l’élu,  lequel prône aussi une ouverture de ce va et vient aux administrations. « Je ne vais pas mettre en ligne un site Internet pour me gargariser du nombre de personnes qui ont participé. Je propose une approche structurelle pour travailler ensemble. Même au niveau local, on ne peut pas attendre six ans pour que les citoyens s’expriment à nouveau. Les conseils citoyens ne suffisent pas. Souvent, on assiste plus à des présentations des élus en place qu’à des co-constructions« , détaille le parlementaire.

Pour ce séminaire de lancement qui avait choisi pour thématique les migrations, les personnalités à l’honneur étaient donc des présidents d’associations reconnues comme Pierre Henry, président de France Terre d’Asile ou Philippe de Botton, président de Médecins du monde.

Dialogue inter-partis

Côté PS, étaient notamment de la partie Samia Ghali, sénatrice des Bouches du Rhône, Rachid Temal, sénateur du Val d’Oise et coordinateur du PS avant l’élection d’Olivier Faure, Marie-Pierre de la Gontrie, sénatrice de Paris ou encore  François Kalfon, conseiller régional. Pas encore d’affichage d’élus non PS en revanche. « Je dialogue avec les responsables des autres partis sans aucune difficulté, ce-sont des amis. La difficulté tient au calendrier », confie l’élu, citant notamment le congrès du PCF en novembre. Concernant les étiquettes politiques, l’initiateur de la Gauche arc-en-Ciel milite pour le rassemblement des différents partis de gauche, s’agaçant du souhait de Ian Brossat, tête de liste PCF aux prochaines Européennes, de vouloir rassembler hors PS, ou de Jean-Luc Mélenchon qui veut « tuer le PCF et le PS« .  Si le parlementaire se réjouit d’un sondage récent dans lequel le PS remonte de 7 points, il ne se fait pas d’illusion sur l’aura retrouvée du parti à la rose, résigné à l’idée que le parti ne soit plus la force incontournable de la gauche.

Localement ?

Val-de-Marnais, c’est à Marseille que l’élu a lancé sa « méthode », la ville même où il avait entamé son tour de France des fédérations il y a un an. Au-delà de ce clin d’oeil, Luc Carvounas voulait du soleil. « Je n’avais pas envie d’être dans un endroit qui sente la naphtaline! » motive-t-il.  Et dans le Val-de-Marne ? L’élu indique qu’il va essayer de réunir les différentes composantes de la société civile et de la gauche locale.

 

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement
et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Cet article est publié dans avec comme tags Alfortville, , , , , Ségolène Royal
2 commentaires pour Luc Carvounas défend le caractère novateur de sa Gauche arc-en-ciel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *