Sécurité | Val de Marne | 03/07/2018
Réagir Par

Les maires unis contre une mutualisation des officiers de police judiciaire

Les maires unis contre une mutualisation des officiers de police judiciaire © pap
Publicité

Alors que la mutualisation des commissariats de nuit ne semble plus imminente, en raison notamment des investissements techniques préalables,  le nouveau sujet concerne désormais la mutualisation des services de l’accueil et de l’investigation de proximité (SAIP) lors des weekends de permanence.

Deux districts seraient concernés par cette expérimentation, dès le 8 septembre prochain,  celui de Maisons-Alfort/Charenton/Alfortville (D1) et celui de Nogent-sur-Marne/Vincennes/Fontenay-sous-Bois (D4). De quoi mettre à nouveau en colère les édiles. Les maires d’Alfortville, Michel Gerchinovitz, de Charenton-le-Pont, Hervé Gicquel, de Maisons-Alfort, Olivier Capitanio et de Saint-Maurice, Igor Semo ainsi que les députés Michel Herbillon et Luc Carvounas, viennent ainsi d’écrire au préfet du Val-de- Marne pour s’inquiéter de la situation.

« Si demain, le nombre d’Officiers de Police Judiciaire (OPJ) était effectivement revu à la baisse et que deux SAIP sur trois étaient fermés à tour de rôle les week-ends, les moyens d’agir des commissariats de police de leurs territoires seraient alors considérablement diminués et les concitoyens seraient les premiers à en payer le prix. Enfin, il est à nouveau très regrettable de constater que d’autres évolutions concernant la présence territoriale des forces de police nationale sont en cours de réflexion sans même que les élus locaux en soient tenus informés. Ceci est d’autant plus fâcheux que les commissariats d’Alfortville, Charenton/Saint-Maurice et de Maisons-Alfort seraient, d’après leurs informations, de nouveau visés », indiquent les élus.

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi