Environnement | Nogent-Sur-Marne | 11/03
Réagir Par

Marc Arazi obtient les mesures détaillées d’émission énergétique des téléphones

Marc Arazi obtient les mesures détaillées d’émission énergétique des téléphones © vipman4

Voilà des mois que Marc Arazi, ancien conseiller municipal de Nogent-sur-Marne particulièrement impliqué sur la question de l’émission énergétique des téléphones mobiles attendait ce jour,

après plusieurs recours à la Cada (Commission d’accès aux documents administratifs) et au Tribunal administratif de Melun. Ce jeudi 8 mars, l’Agence nationale des fréquence radio (Anfr) de Maisons-Alfort, a annoncé la publication sur son site des rapports intégraux des contrôles réalisés sur 442 téléphones portables testés entre 2012 et 2017.

Une victoire pour l’ancien élu qui planche depuis des mois sur le dossier des mesures réelles des Das des téléphones lorsqu’ils sont en contact direct avec le corps et non à plusieurs centimètres d’écart. Pour précision, le Das (Débit d’absorption spécifique calculé en watt par kilogramme) correspond à la quantité d’énergie absorbée par le corps au contact d’un appareil radio-électrique. Alors que la norme est de 2 Watts/Kg maximum au contact du corps, un rapport de l’Anses, publié à l’été 2016 et faisant référence à une étude de la l’ANFR, indiquait en effet que 89%  des téléphones mesurés au contact y présentent un Das supérieur à 2 W/kg (norme européenne en vigueur au niveau du tronc).  La raison : des conditions d’utilisation officielles qui autorisaient alors les constructeurs à évaluer le Das à une distance maximale de 25 mm entre l’appareil et le corps, alors même que de nombreux usagers ont tendance à coller le téléphone à leur oreille. Depuis avril 2016, la norme s’est toutefois durcie et cette distance a été ramenée à 5 mm. Suite à cette information parue dans le rapport de l’Anses, le docteur Arazi a engagé un bras de fer avec l’ANFR pour obtenir toutes les données correspondant à ces études,  qui a abouti en partie fin 2017.  Voir article de l’époque. A cette date toutefois, manquait l’intégralité des rapports concernant chaque mesure.

Ce 8 mars,  l’ANFR a publié ces données manquantes, en parallèle de la publication de nouvelles mesures effectuées depuis avril 2016 sur la base des nouvelles normes. L’agence précise que tous les appareils évalués aux nouvelles conditions, c’est à dire à une distance maximale de 5 mm au lieu de 25 mm auparavant, se sont révélés conformes aux normes. « Pour les nouvelles mesures réalisées : la valeur moyenne des « DAS tronc » mesurés est de 1,3 W/kg, les niveaux variant de 0,8 à 2 W/kg ; la valeur moyenne des « DAS tête » mesurés est de 0,4 W/kg, les niveaux variant de 0,2 à 0,65 W/kg », indique l’agence.

Tout en se réjouissant de cette publication, Marc Arazi pointe pour sa part que « les versions publiées des rapports ne sont pas les éditions initiales mais des versions portant l’indice -A et ayant fait l’objet d’une « mise en forme pour publication » », et s’interroge sur la nature de cette mise en forme, précisant maintenir son action au fond devant le tribunal administratif de Melun « pour obtenir l’ensemble des originaux signés et fournis dans leur intégralité ».

Ci-dessous les données par téléphone, mises en ligne par l’ANFR

A lire aussi

Marc Arazi, le lanceur d’alerte du phonegate

Merci de votre lecture !

Nous mettons nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez contribuer à notre développement et notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *