Education | Fontenay-sous-Bois | 11/04
Réagir Par

La mobilisation monte en puissance au collège Jean Macé de Fontenay

En colère contre la suppression d’une classe de 5ème au collège Jean Macé de Fontenay-sous-Bois, situé au coeur du quartier des Larris, profs et parents en colère, craignant des effectifs au-dessus de 25 élèves, intensifient leur mobilisation.

Après l’occupation du poste du principal, la création d’une page Facebook et le lancement d’une pétition, ils organisaient ce mercredi 11 avril une journée collège mort très suivie puisque seuls quelques élèves se sont rendus en cours. Dehors, une trentaine de parents étaient au rendez-vous.  Alors que les vacances scolaires arrivent en fin de semaine, ils ont d’ores et déjà programmé une nouvelle opération “collège mort” la semaine de la rentrée. « Nous allons nous retrouver à 26-27 élèves alors que nous étions cette année à 20-21 élèves. Le problème est que nous avons cette année des élèves de sixième très difficiles, cela sera ingérable en cinquième dans ces conditions!« , pointe un enseignant.

Conseillers départementaux et maire ont également écrit à la directrice académique.

« On dédouble les CP et on supprime les classes au collège, dans le même quartier prioritaire! Où est la cohérence? » questionne Jean-Philippe Gautrais, maire FG de la ville, passé le matin apporter son soutien aux manifestants.

« Ils ont été reçus en audience le 21 mars pour exposer leur situation mais la structure prévisionnelle correspond aux effectifs prévus, qui sont en baisse. Il pourrait y avoir des ajustements en juin si les effectifs variaient de façon significative », indique-t-on à la Direction académique départementale.

A lire aussi :

Les parents bloquent le bureau du principal au collège Jean Macé

Merci de votre lecture !

Nous mettons nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez contribuer à notre développement et notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *