Education | Maisons-Alfort | 04/09/2018
Réagir Par

Ouvertures de classes à Marolles et Maisons-Alfort – 200 élèves sans bahut

Ouvertures de classes à Marolles et Maisons-Alfort – 200 élèves sans bahut © FB
Publicité

Pas de répit pour les mobilisations en vue d'obtenir des ouvertures de classe. Dès ce lundi 3 septembre, les parents d'élèves de la maternelle les Buissons de Marolles-en-Brie se sont rassemblés pour réclamer l’ouverture d'une 5ème classe, 

obtenue dans la soirée. A Maisons-Alfort, la  maternelle Péguy a également obtenu une ouverture. Pour l’heure, les comptages de rentrée se poursuivent en vue des ajustements du CTSD du jeudi 6 septembre. Un CTSD sous tension avec déjà un préavis de grève du SNUDI-FO 94 et un rassemblement prévu devant l’Inspection à 14 heures. Le syndicat demande des ouvertures à  l’élémentaire Arles de Bonneuil-sur-Marne, la maternelle Belle Image de Cachan, les elémentaires Jaurès de Champigny-sur-Marne, Pasteur de Chevilly-Larue, Les Blondeaux  de L’Haÿ-les-Roses, Ferry et  Le Nôtre Jules à Ormesson-sur-Marne,  Georges Sand et Wallon à Villejuif,  Jules Verne et Jean Moulin à Vitry-sur-Seine et encore les maternelles Les Bruyeres et Fosse rouge à Sucy-en-Brie. Des craintes émergent par ailleurs de fermetures de classe sur constat de rentrée.

Snudi-Fo s’inquiète également des conséquences  de la nouvelle organisation des remplaçants, désormais gérés d’une manière moins segmentée pour faciliter les répartitions, signant un premier couac à l’école Jean Macé d’Arcueil où la directrice, absente pour maladie, n’était pas remplacée sur sa classe et dans laquelle le complément de décharge de direction n’a pas encore été affecté. « Les élèves d’une classe de CE2 de cette école ont dû faire leur rentrée en étant répartis dans d’autres classes pendant toute la journée du 3 septembre, alors que la collègue qui assure la direction par intérim a sollicité, à plusieurs reprises l’inspection et que plusieurs remplaçants des écoles de la commune n’avaient aucune affectation« , s’agace le syndicat.

Dans le second degré, ce-sont quelques 200 élèves de collège et de lycée qui ont fait la queue devant l’Inspection académique ce lundi 3 septembre, jour de rentrée des classes, pour tenter de trouver une affectation. Déménagements durant l’été, changement d’établissement depuis le privé, difficulté de trouver l’option de son choix, ou loupés malgré des inscriptions en bonne et due forme en juin… Le service SOS rentrée, lancé par le département pour venir en aide aux élèves sans affectation, a ainsi repris du service et était sur place devant l’Inspection ce mardi. « Cela fait trois ans que je suis ce dispositif en tant qu’élue et je n’avais jamais vu une queue aussi importante devant l’inspection », témoigne Fatiha Aggoune. Ce 3 septembre,  197 jeunes avaient sollicité le dispositif SOS Rentrée dans le Val-de-Marne, dont 21 situations ont été réglées. Sur ces 21, 16 concernaient le collège et le lycée et 5 concernaient Parcousup. « A ce jour, nous avons encore 176 jeunes sans affectation dont 70 concernant le Post-Bac (Parcoursup) et 106 le collège et le lycée, dont 37 ont moins de 16 ans. A la même époque l’an dernier, il n’y avait que 47 élèves de collège et lycée dont 14 de moins de 16 ans », détaille Fatiha Aggoune, précisant qu’il ne s’agit que des jeunes qui ont fait la démarche de recourir au dispositif SOS Rentrée.

 

 

 

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi