Education | Le Plessis-Trévise | 13/09
Réagir Par

Au Plessis-Trévise, le collège Camus veut retrouver sa CPE

Publicité

Après une grève des enseignants mardi, une délégation et de parents et enseignants du collège Camus était reçue à l'Inspection académique ce mercredi. Ces derniers veulent retrouver la CPE (Conseillère principale d'éducation) contractuelle qui travaille dans le collège depuis deux ans. Explications.

Avec 750 élèves, le collège Albert Camus du Plessis-Trévise fait partie des gros établissements du département et il dispose d’un deuxième poste de CPE depuis 2011. Sur les deux postes, l’un des titulaires et absent depuis de nombreuses années et remplacé régulièrement par des contractuels qui ne restent pas souvent très longtemps. Depuis deux ans toutefois, la même personne était en poste, appréciée de l’équipe. « Elle connaît bien l’établissement et les élèves. Elle assure le suivi de deux des quatre niveaux du collège et s’occupe des classes relais », motive un enseignant, insistant sur l’importance de s’appuyer sur une équipe stable et qui fonctionne bien ensemble. En cette pré-rentrée 2018, la CPE contractuelle a préparé sa rentrée comme les autres années, mais le jour de la rentrée, elle a été affectée dans un autre collège du département, Chérioux à Vitry-sur-Seine. « Elle a été prévenue au dernier moment, et nous nous sommes retrouvés sans deuxième CPE jusqu’au 6 septembre », déplore l’enseignant. En colère, l’équipe enseignante a déposé un préavis de grève et fait grève le mardi 11 septembre avant qu’une délégation ne soit reçue ce 12 septembre à l’Inspection académique de Créteil. « On nous a écoutés mais sans nous donner aucune explication. Ce n’est pas acceptable », reprend l’enseignant. Une AG doit se tenir dans la journée.

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi