Publicité
Publicité: Forum Export 94
Environnement | Chennevières-sur-Marne | 17/01
Réagir Par

Comment Raymond a délivré les bords de Marne

Comment Raymond a délivré les bords de Marne © Fb
Publicité

La voie est libre sur les bords de Marne à Chennevières-sur-Marne. Deux ans après avoir découvert des grilles posées par des particuliers fermant l'accès à la berge, Raymond Douville, un retraité qui, lorsqu'il ne conduit pas sa Citroën AMI 6 break, aime à se promener en le long de la rivière, a été informé par les Voies navigables de France du rétablissement de la servitude de marche-pied. 

Il ne reste plus aux promeneurs qu’à se réapproprier ce sentier même si la berge, impraticable par endroits du fait de l’érosion, doit être réaménagée.

Pendant de nombreuses années, Raymond Douville a emprunté le même itinéraire reliant la Varenne à Noisiel, sur la rive droite de la Marne. Il y a un peu plus de deux ans, alors qu’il décide de faire entorse à ses habitudes, il traverse la rivière et découvre à Chennevières-sur-Marne que la berge est inaccessible, barrée par des sens interdits et des grilles. « J’étais très agacé et une fois de retour chez moi, je me suis renseigné pour savoir si c’était légal. Je ne suis pas quelqu’un d’aigri et de procédurier mais seulement convaincu qu’une démarche citoyenne à toutes les chances d’aboutir. » Pour rappel en effet, l’article L-2131-2 du CGPP (Code général de la propriété des personnes publiques) fait obligation aux propriétaires riverains d’un cours d’eau ou d’un lac domanial de laisser libre sur chaque rive une bande de 3,25 mètres. Le retraité interpelle dans un premier temps la mairie. Sans réponse, il envoie un courrier au Conseil départemental et au Conseil régional qui lui confirment que cela n’est pas légal mais l’informent que l’autorité compétente en la matière était Voies navigables de France (VNF). Ne se décourageant pas, le promeneur sollicite alors VNF mais restera un moment sans réponse. Interrogée par 94 Citoyens, l’autorité confirme toutefois que ses agents procèdent au recensement des points de rupture et vont agir auprès des propriétaires et de la commune.

A lire : Victoire d’un promeneur pour déprivatiser les bords de Marne

Pour appuyer sa demande, le promeneur lance une pétition tandis que les propriétaires riverains, eux, apprécient moyennement (voir notre reportage). « Elle a recueilli 200 signatures en trois jours. J’ai reçu le soutien de l’association SET – Sucy Environnement et Tradition, qui s’occupe entre autre de la réhabilitation des chemins de Sucy-en-Brie, ainsi que d’une dame qui anime une association de randonnée sur Saint-Maur. C’est important d’être entouré pour montrer que ce n’est pas la démarche d’un hurluberlu qui passe son temps à harceler les pouvoirs publics! » Au-delà de Chennevières, la question de l’accès se pose aussi en d’autres points de la rivière, à l’instar de Nogent-sur-Marne, où une élue décide aussi de réagir.

A lire: Après Chennevières, ça bouge à Nogent

La voie est libre, promenez-vous!

Ce mois de janvier 2018, l’année a bien démarré pour Raymond Douville. Il a reçu un courrier de VNF  l’informant que la servitude de marche-pied était à présent respectée. « J’y suis retourné, les grilles ont été ouvertes mais elles ne demandent qu’à se refermer si les propriétaires constatent que personne ne vient se promener. Il faut que les gens découvrent ce sentier et l’empruntent. Malheureusement, il y a encore des travaux d’aménagement à réaliser pour assurer la continuité de la berge. Le Conseil régional, contacté par courrier il y a plus d’un an, m’avait répondu qu’il s’engageait à renaturer les bords de Marne à Chennevières dès lors qu’elles seraient déprivatisées. Il faut donc attendre encore quelque temps », tempère le promeneur qui ne désespère pas de pouvoir un jour marcher le long de la rive gauche de la boucle de la Marne, de Joinville à Bonneuil.

Dernière étape : le démontage symbolique d’un panneau obsolète

Dans sa correspondance avec les VNF, le promeneur avait également signalé la présence d’un panneau métallique en limite de Chennevières et Sucy-en-Brie. La signalisation, basée sur un arrêté municipal du 08 septembre 1986, limitait l’accès le long des berges de Chennevières aux seuls pêcheurs, usagers de la navigation, et personnel chargé de l’entretien. « Les voies navigables de France m’ont confirmé que le panneau était obsolète. Nous allons demander à la mairie de Chennevières de l’enlever. Avec l’association SET – Sucy Environnement et Tradition, nous pensons que cela pourrait donner lieu à une petite fête autour de cet acte symbolique. Ce serait aussi l’occasion de faire connaître davantage cette rive de la Marne », enjoint-il.

 

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

55 commentaires pour Comment Raymond a délivré les bords de Marne
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi