Publicité
Publicité: Entrepreneur#Leader CCI Ile-de-France
Politique locale | Saint-Mandé | 27/03
Réagir Par

Recomposition municipale pré-2020 à Saint-Mandé

Publicité

Petit jeu de mécano entre les groupes politiques ce mardi 26 mars au Conseil municipal de Saint-Mandé. Les derniers élus de la liste qu'avait menée Claire Pallière, l'ancienne première adjointe, aux municipales de 2014 se sont répartis entre la majorité et le groupe d'opposition centriste.

Rénald Bejaoui et Joëlle Aich ont ainsi décidé de dissoudre le reste du groupe qui comptait trois élus avec Jean Bokobza, après la démission de ce dernier pour des raisons personnelles, et ont rejoint la majorité. Dans le même temps, Arielle Attias, nouvellement élue en place de Jean Bokobza, a décidé de rejoindre le groupe centriste formé par Luc Alonso et Lucile Robinet, issus de la liste de Jean Eroukhmanoff et rejoints dès juin 2016 par Gaël Turban (de la liste de Claire Pallière). Pour rappel, Claire Pallière et Jean Eroukhmanoff, tous deux anciens adjoints de Patrick Beaudouin avant 2014, avaient chacun fait sécession, dans un timing différent, avant les municipales et constitué leurs propres listes. Depuis, Claire Pallière a démissionné du Conseil dès le début de la mandature. Jean Eroukhmanoff est toujours élu isolé mais ne siège pas.

« Cette décision est mûrement réfléchie. Trop mûrement réfléchie, quand on y repense, car nous aurions sans doute pu la prendre il y a un an quand nous avions voté en faveur du budget. Notre démarche a toujours été de contribuer de façon constructive au débat saint-mandéen ; nous l’avons fait ces quatre dernières années et le ferons, au sein de la majorité, ces deux prochaines. Je souhaite à Arielle Attias, depuis son nouveau siège, de contribuer de façon tout aussi constructive, de façon tout aussi positive à ce conseil municipal et je ne doute pas qu’elle saura y apporter sa jeunesse, son dynamisme et un regard nouveau« , a motivé Rénald Bejaoui. « Pour nous, les élections municipales sont les plus proches des citoyens avec une proximité accrue lorsque l’on vit et travaille dans la commune depuis toujours. Cet engagement politique nous l’avons pris, avec Rénald et Jean, au sein d’un groupe qui répondait à nos convictions politiques. Nous nous sommes très vite aperçus que cette opposition dans laquelle nous nous trouvions, un peu malgré nous, était pour beaucoup une opposition de personnes dans laquelle nous ne nous reconnaissions pas et lors des conseils municipaux, nos votes correspondent largement aux orientations que prend la ville. Aujourd’hui s’offre à nous la possibilité d’être au plus près des engagements que prend la ville avec un sentiment de vraiment servir nos concitoyens« , a expliqué de son côté Joëlle Aich.  « Ce-sont de nouvelles compétences pour la ville, se félicite le maire LR de Saint-Mandé, Patrick Beaudouin. Nous nous réunissons et c’est tant mieux, nous corrigeons les blessures qui avaient fait du mal à Saint-Mandé. »

Même enthousiasme au  sein du groupe d’opposition centriste, qui sort également renforcé de la fin du groupe Pallière. « Arielle Attias veut être fidèle au mandat qui lui a été confié par les Saint-Mandéens de siéger dans une opposition constructive« , se réjouit ainsi Luc Alonso, président du groupe qui compte désormais quatre élus.

Et les municipales de 2020 ?

Pressenti par son ami Jean-Patrick Bénigni, président du groupe Modem et fondateur du mouvement local La Relève de Saint-Mandé, pour représenter le centra aux municipales de 2020, Luc Alonso temporise. « Nous nous appliquons déjà à travailler au sein du Conseil municipal. Il y a encore beaucoup de décisions et de dossiers sur lesquelles nous positionner d’ici à 2020. Travailler les dossiers est aussi une façon de construire une vision pour la ville. Mais j’espère que nous saurons rassembler au moment venu« , indique l’intéressé. « Le climat politique aujourd’hui ne peut que faire attendre pour réfléchir. Pour l’instant nous  travaillons, les municipales, c’est encore dans longtemps! », réagit de même Patrick Beaudouin, citant les projets en cours de bureaux à l’IGN, la pointe Paul Bert, les logements sociaux avec Paris Habitat sur la plaine Galliéni, la réforme de l’espace urbain ou encore la dématérialisation. Au sein du Conseil municipal, la recomposition qui s’est opérée ce mardi soir a toutefois clairement positionné les forces en présence, entre le groupe socialiste de Geneviève Touati, le groupe centriste de Luc Alonso et le groupe LR et apparentés de Patrick Beaudouin. Reste à savoir comment se positionnera En Marche.

A lire aussi :

 

 

Le Modem de Saint-Mandé se prépare aux municipales de 2020

 

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

4 commentaires pour Recomposition municipale pré-2020 à Saint-Mandé
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi