Education | Alfortville | 28/03
Réagir Par

Le recteur vient défendre les maternelles à Alfortville

Alors que se tenaient les assises nationales des maternelles et qu’Edouard Philippe annonçait l’instauration prochaine de la scolarité obligatoire à partir de 3 ans, le recteur de Créteil, Daniel Auverlot, illustrait le propos lors d’un déplacement à la maternelle Denis Forestier d’Alfortville, où il a également répondu sur les fermetures de classes prévues à la rentrée 2018.

«L’objectif de la maternelle est de contribuer à l’égalité des chances en passant notamment par le développement du langage. A 4 ans, un enfant défavorisé a entendu, en moyenne, 30 millions de mots de moins qu’un enfant de famille aisée» , motive le recteur, venu à la rencontre de cette petite école de 5 classes qui accueille 126 élèves.

Ici, de nombreux ateliers sont mis à la disposition des élèves pour leur permettre de développer leurs compétences personnelles, des arts plastiques à la chorale. «Le chant est un exercice de concentration et de mémorisation. Il y a tout un travail sur la lecture syntaxique parce que le but du jeu pour des enfants de cet âge  est de pouvoir enregistrer de manière consciente ou inconsciente une série de lecture syntaxique qu’ils vont ensuite réinvestir dans leur parcours d’élève», vante le recteur. «Au travers de toutes ces activités, nous essayons de leur apporter une culture commune», résume Laurena Chabenes, directrice de l’école.

Interrogé sur la fermeture de 95 classes en maternelle et de 73 fermetures en élémentaire dans le Val-de-Marne, le recteur a défendu sa carte scolaire. «Au total, ce sont 176 postes qui vont être créés en plus à la rentrée prochaine dans le Val-de-Marne avec pour objectifs d’accompagner la démographie, de mettre en place les dédoublements en éducation prioritaire, de renforcer l’accueil des enfants handicapés et des remplacements», insiste Daniel Auverlot.

Merci de votre lecture !

Nous mettons nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez contribuer à notre développement et notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *