Initiative | Accueil Val de Marne (94) Rungis | 29/03/2018
Réagir Par

EcoReso Autonomie recycle fauteuils roulants et accessoires médicaux

EcoReso Autonomie recycle fauteuils roulants et accessoires médicaux © Fb

Fauteuils roulants, déambulateurs, lits médicalisés sont de précieux outils de maintien de l’autonomie des personnes à mobilité réduite. EcoReso Autonomie propose la collecte de ce matériel, son nettoyage et sa remise aux normes avant de le redistribuer aux personnes handicapées et/ou âgées.

Mal remboursées et trop peu informées, de nombreuses personnes à mobilité réduite renoncent à s’équiper en matériel médical adapté à leur environnement. « Les gens parviennent à trouver des astuces et des gestes pour continuer à vivre malgré les difficultés qu’ils éprouvent à se mouvoir et c’est quelque chose à encourager. En revanche, nous devons impérativement accompagner ces personnes pour aller vers plus de confort et éliminer la pénibilité gestuelle afin qu’ils conservent leur énergie pour le loisir ou la famille », explique Béatrice Koch, ergothérapeute d’EcoReso Autonomie dans le Val-de-Marne.

Cette société coopérative d’intérêt collectif a été créée à la suite d’un appel à projets lancé par la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (Cnsa) afin de lutter contre le gaspillage de matériel médical dont les propriétaires et leurs familles se débarrassent trop systématiquement alors qu’ils ont été peu utilisés. « La durée de vie de ces aides techniques est de deux ans alors qu’elle pourrait être bien plus longue », explique Claude Dumas, président et cofondateur de la société.

Les équipes de techniciens se déplacent chez les particuliers et dans les associations pour récupérer le matériel. De retour dans leur local de Rungis, les dispositifs techniques passent par un sas d’hygiène où ils sont désinfectés avant d’être envoyés à l’atelier pour être inspectés. « A l’atelier, nous effectuons d’abord des constations visuelles pour voir s’il ne manque aucune pièce. Nous nous basons sur des fiches émises par les fabricants. Lorsque c’est nécessaire, nous remettons les équipements aux normes. Nous vérifions également la programmation des dispositifs électroniques comme sur certains fauteuils roulants », explique Thierry Wu, le responsable technique. Sur le matériel non réemployable, les techniciens vont prélever des pièces détachées qui peuvent encore faire des merveilles. « Pour boucler la boucle, il faudrait que nous puissions recycler ce que nous n’utilisons pas, mais c’est toute une filière à créer », se désole Claude Dumas.

Après le passage en atelier, le matériel peut être vendu, loué ou prêté en fonction des ressources. « L’ergothérapeute se rend au domicile de la personne qui souhaite par exemple un fauteuil, ou un siège de douche. Ainsi, nous pouvons prendre en compte des contraintes et proposer des produits adéquats. La personne à mobilité réduite fait part de son choix. Puis nous procédons à l’installation chez elle », décrit Béatrice Koch.

La nouvelle ressourcerie compte également proposer des ateliers de présentation et d’essai d’équipements pour le maintien de l’autonomie.

La société, également implantée en Normandie, devrait essaimer dans les autres départements d’Île-de-France d’ici la fin de l’année. Le site de Rungis a été financé à hauteur de 100 000 euros par la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie, la conférence des financeurs de la prévention et de la perte d’autonomie, l’Agence régionale de Santé, le conseil départemental du Val-de-Marne, la caisse régionale de l’assurance retraite. EcoReso a complété le reste par des prêts bancaires. « Lors de l’appel à projet de la Cnsa, le centre d’expertise spécialisé sur les questions de mobilité, le Cerema, avait conclu à la faisabilité économique de cette initiative. Selon nos calculs, nous devrions être à l’équilibre d’ici trois ans d’activité », indique le président et cofondateur d’EcoReso Autonomie.

 

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Cet article est publié dans avec comme tags Accès handicapés, Accès Personnes à mobilité réduite, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi