Justice | Noiseau | 10/12/2018
Réagir Par

Réunion au ministère de la Justice sur le projet de prison à Noiseau

Publicité

C'est ce lundi 10 décembre que se tient la réunion au ministère de la Justice sur le projet de prison à Noiseau. Il y a quelques jours, la Garde des Sceaux a également rencontré le sénateur Christian Cambon à ce sujet, lui promettant de venir sur place.

Maud Petit, députée Modem de la 4ème circonscription, à l’initiative du rendez-vous, le maire LR de Noiseau Yvan Femel et le président du territoire Grand Paris Sud Est Avenir Laurent Cathala, étaient attendus ce lundi 10 décembre au ministère de la Justice pour expliquer tout le mal qu’ils pensent de l’installation du prison de 700 places à Noiseau, à l’emplacement où doit s’ériger un agro-quartier.

Il y a dix jours, la garde des Sceaux, Nicolle Belloubet, avait également rencontré le sénateur LR Christian Cambon dans son bureau, pour évoquer la question. « La ministre n’avait pas pris la mesure de l’absence de transports », confie le sénateur qui indique avoir également évoqué l’incompatibilité du projet avec le Sdrif et rappelé que le Val-de-Marne était déjà un important contributeur en termes de places de prison avec Fresnes où la Maison d’arrêt nécessite un investissement d’urgence de 300 millions à 400 millions d’euros pour sa réhabilitation. « La ministre m’a promis qu’elle viendrait sur place pour se rendre compte de la situation », indique le sénateur. Dans le cadre d’une réponse à une question écrite du sénateur UDI Laurent Lafon, la ministre avait en revanche confirmé le projet.

A lire aussi :

La garde des Sceaux confirme la prison à Noiseau au sénateur Lafon

 

 

Manifestation massive contre la prison à Noiseau et RDV avec la garde des Sceaux

Noiseau : l’agro-quartier économique télescopé par le projet de prison

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi