Politique locale | Le Kremlin-Bicêtre | 27/06
Réagir Par

Réunion publique animée et tract qui met le feu aux poudres au Kremlin-Bicêtre

A l’avant-veille du prochain Conseil municipal du Kremlin-Bicêtre, en pleine crise de gouvernance suite à la mise en examen pour corruption du maire Jean-Marc Nicolle, plus d’une centaine d’habitants se sont rendus à la réunion publique qu’organisaient les anciens alliés de gauche du maire, élus PS, PCF et MRC, pour évoquer la situation.

Pour rappel du dernier épisode, la majorité de l’ancienne majorité municipale a voté contre l’ensemble des délibérations, aux côtés des élus d’opposition, lors du dernier Conseil municipal, afin de bloquer le fonctionnement et d’inviter le maire à démissionner. Les élus communistes ont par ailleurs rendu leurs délégations. Ce jeudi 28 juin, un nouveau Conseil municipal est convoqué, avec un ordre du jour long encore plus épais.

«Nous avons appelé à se réunir ici pour que vous puissiez vous exprimer, alors allez-y, n’hésitez pas !» invite Ibrahima Traoré, ancien maire adjoint à l’environnement. Après une introduction des élus, des prises de paroles d’habitants se succèdent dans une ambiance parfois animée. On parle d’abord de l’affaire Nicolle. «Il ne s’agit pas d’une affaire de justice. Nous laissons la justice faire son travail. Mais de valeurs, de morale, et de responsabilité politique. Le maire ne peut continuer à rester à la tête de la mairie dans ces conditions», résume un  habitant.

Le tract qui met de l’huile sur le feu

Alors que l’ambiance est déjà tendue, un tract a circulé ces derniers jours, envoyé par mail aux associations, achève de mettre tout le monde en ébullition. Ce tract accuse la politique de blocage municipal des élus. «TOUTES les délibérations ont été rejetées, y compris des subventions qui auraient permis à des étudiants du CHU de Bicêtre de financer un projet humanitaire au Togo, une dotation pour la Croix-Rouge ( !! ) ou encore d’autres subventions pour diverses associations kremlinoises», peut-on y lire. Ou encore : «Voter contre la recette de 660 000 € au prochain Conseil, c’est pousser à l’annulation de la Fête la Ville, notre rendez-vous traditionnel de partage et de convivialité». Voir le tract.

«Nous avons reçu ce mail anonyme il y a trois jours, repoussant la faute sur les élus. Après demande de notre part, il s’est avéré que c’était M…, un des derniers soutiens du maire, qui l’avait envoyé, prétextant une erreur informatique de signature. C’était un moment pathétique», exprime un ancien du Kremlin-Bicêtre.  «Il faut savoir que le blocage ne remet pas en cause la fête de la ville qui est déjà intégrée au budget 2018», défend pour sa part Esteban Piard, élu MRC «De plus, nous nous sommes renseignés au sujet de de la subvention CAF, et elle ne sera pas remise en cause si nous ne la votons qu’en septembre», ajoute Fabien Guillaud-Bataille, élu PCF. «Mais nous voulions être devant vous aujourd’hui pour nous assurer que cette politique de blocage est approuvée, car certains habitants nous ont manifesté leur mécontentement», poursuit le secrétaire départemental du PCF.

Des élections anticipées ?

Dans la salle, des voix s’élèvent pour demander des élections anticipées. «C’est une question que l’on se pose à chaque séance, témoigne Fabien Guillaud-Bataille. Mais pour aboutir à ce que le Conseil municipal soit dissous, il faut qu’un tiers (13) des sièges soient non pourvu. Pour cela, il faut que les présents démissionnent ainsi que les suppléants.» L’élu invite toutefois à répondre « chiche » au maire, si la question de la démission et reposée. D’autres habitants s’enquièrent d’une intervention du préfet. «La dissolution du Conseil municipal est prévue par la loi et doit être prise en Conseil des ministres, prévenu en amont par le préfet du département concerné», détaille Jean-Luc Laurent ancien député-maire MRC. «Mais depuis 1945, moins d’une dizaine de décisions de ce type on été prises», poursuit-il.

Un nouveau blocage en perspective

C’est donc vers un renouvellement du blocage que semblent se diriger les élus à la veille du nouveau Conseil municipal. «Pour continuer de bloquer le conseil, il faut que les élus de l’opposition continuent dans ce sens aussi, nous sommes en discussion avec eux. Ils sont en train d’y réfléchir en ce moment même» explique Fabien Guillaud-Bataille. Pour Gilles Valet, membre du forum citoyen, cette situation de pourrissement ne peut durer.   «Il y a une urgence politique. Nous avons demandé de notre côté au préfet d’intervenir et nous travaillons en lien avec l’association Anticor. Je vous demande, monsieur Laurent, d’intervenir auprès du préfet et de faire le maximum, vous en avez le devoir», exhorte-t-il.

A lire aussi

Au Kremlin-Bicêtre, J-M Nicolle perd sa majorité municipale

Voir tout notre dossier sur l’affaire Nicolle et la crise politique kremlinoise

Merci de votre lecture !

Nous mettons nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez contribuer à notre développement et notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *