Emploi | Val de Marne | 21/12/2018
Réagir Par

Rifseep : les informaticiens du Conseil départemental du Val-de-Marne s’inquiètent

Publicité

Alors que le Rifseep, un nouveau régime indemnitaire de la fonction publique qui tient compte des fonctions, des sujétions, de l'expertise et de l'engagement professionnel, était voté en Conseil départemental du Val-de-Marne ce lundi 17 décembre, une délégation des métiers de l'informatique a manifesté son inquiétude avant la séance plénière, soutenue par la CGT. Une situation qui n'est pas spécifique au département. Explications.

La qualité des compétences informatiques constitue un enjeu crucial pour nombre d’organisations depuis longtemps et c’est dans ce contexte qu’une prime de fonction informatique (PFI) a été instaurée dès 1971 pour attirer les professionnels dans la fonction publique en palliant en partie la disparité des salaires qui prévalaient sur ces métiers entre l’administration et le secteur privé. Pour bénéficier de cette prime, les agents doivent passer un examen spécifiques ou le concours spécialité informatique.  Lancé en 2014 et mis en place progressivement, le Rifseep intègre cette prime avec d’autres paramètres dans le cadre d’une indemnité globale, l’Ifse (indemnité fonctions, sujétions et expertise) qui comprend aussi l’IAT (Indemnité d’administration et de technicité) ou l’IFTS (Indemnité forfaitaire pour travaux supplémentaires). Dans le Val-de-Marne, le Conseil départemental a délibéré sur l’instauration de ce Rifseep ce lundi 17 décembre.

Problème : la nouvelle Ifse ne compense pas la somme des primes précédentes. Par exemple, un agent de maîtrise principal qui percevait une IAT de 289 € et une PFI de 300 € (soit au total 589 euros), va se retrouver avec une IFSE de 439 euros. Pour combler ce manque à gagner, il percevra toutefois un maintien de salaire à titre personnel, comme le prévoit l’article 6 du décret d’instauration du Rifseep. Pour les agents actuellement employés aux fonctions informatiques, le changement ne devrait donc pas occasionner de baisse de salaire. « Mais ce maintien de salaire prévu par l’article 6 peut disparaître au bout de quelques années et les nouveaux agents n’y auront pas droit, ce qui va rendre les fonctions informatiques beaucoup moins attractives », dénonce une agente départementale. « Moi par exemple, je n’ai pas encore passé l’examen informatique, et je ne pourrai donc pas y prétendre », témoigne un jeune agent. « Il y a déjà 13 postes vacants sur 130 à la direction des services informatiques, cela va empirer la situation. Et si nous devons externaliser, cela coûtera plus cher! », pointe un autre. Dans son tract, la CGT réclame que la PFI soit intégrée en totalité dans la nouvelle IFSE. Une délégation devait être reçue cette semaine par la direction des ressources humaines.

Du côté du département, on confirme qu’il n’y aura aucune perte de rémunération pour les agents qui étaient en poste avant le 1er septembre 2018 mais que les agents recrutés après cette date ne peuvent bénéficier de ce maintien et auront le montant de l’IFSE de base prévue par la délibération votée ce lundi. Le département indique par ailleurs que le choix a été fait de reproduire le régime indemnitaire existant compte tenu de l’urgence à mettre en place le Rifseep en 2018 mais que le chantier va se poursuivre pour formaliser des critères professionnels tenant compte de l’expertise et de certaines sujétions. « Il conviendra donc dans ce cadre de déterminer le niveau de reconnaissance de l’expertise informatique », promet le département.

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Cet article est publié dans avec comme tags CGT, Conseil départemental du Val de Marne, Informatique, ressources humaines
7 commentaires pour Rifseep : les informaticiens du Conseil départemental du Val-de-Marne s’inquiètent
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi