Société | Val de Marne | 20/04
Réagir Par

Une semaine de mobilisation pour le droit à mourir dans la dignité

Euthanasie, sédation profonde…  Le sujet est un peu plombant mais l’Association pour le droit à mourir dans la dignité (ADMD) n’a pas hésité à provoquer le débat, qui organisait toute cette semaine une opération sensibilisation dans les villes du Val-de-Marne.

Ce mercredi après-midi, deux adhérents avaient ainsi porté leurs pas dans la ville de Cachan, postés près de la rue piétonne. Si certains habitants ne se sont jamais posé la question, peu pressés de se projeter dans la fin de vie, d’autres témoignent. «Un ami à moi avait le HIV (virus du Sida), il a choisi lui même de s’en aller, contre l’avis du médecin», confie une passante. Une autre garde toujours un papier sur elle signifiant qu’elle ne veut pas être maintenue en vie sous traitement médicamenteux. Philippe, l’un des deux adhérents de l’ADMD 94 présent ce jour-là  lui donne alors un document à remplir pour son médecin.

«C’est le même combat que pour l’avortement !» aime rappeler Catherine Ruault habitante de Créteil et déléguée départementale de l’association. Elle l’a rejointe il y a cinq ans, suite à la maladie de sa mère. «Ça a été l’horreur, ma mère avait Alzheimer et je n’ai pas retrouvé ses directives anticipées. Je me suis longuement battue contre le chef de service qui a fini par accepter. C’est cette épreuve qui m’a faite m’engager dans l’association. Cela parait toujours très loin… sauf quand tu y es vraiment confronté!»

Chaque année l’ADMD organise une semaine de mobilisation afin d’informer et de militer pour la mise en place d’une loi pour le droit à mourir dans la dignité. Créée il y a 38 ans, elle comporte environ 69 000 membres dans toute la France dont 1600 dans le Val-de-Marne. Un sondage Ifop commandé récemment par l’association montre que 90% des Français sont favorables ou plutôt favorables «au recours au suicide assisté en présence du médecin pour les personnes souffrant de maladies insupportables et incurables», une pratique autorisé dans certains pays comme la Belgique, le Luxembourg ou la Suisse. «Aujourd’hui les personnes qui en ont les moyens vont en Suisse, je connais plusieurs personnes qui l’ont fait, notamment dans l’association» témoigne Catherine Ruault.

L’association a également entrepris d’aller voir tous les parlementaires du département alors que le débat sur la fin de vie est à l’agenda dans le cadre de la révision de la loi sur la bioéthique.

L’association sera présente ce samedi 21 avril au marché de Villejuif  puis ce dimanche 22 avril à  partir de 10h30 à Créteil ainsi qu’au marché du Kremlin-Bicêtre.

Merci de votre lecture !

Nous mettons nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez contribuer à notre développement et notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

4 commentaires pour Une semaine de mobilisation pour le droit à mourir dans la dignité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *