Environnement | Créteil | 30/05
Réagir Par

Sortie du glyphosate : Bridey et Mbaye renoncent à légiférer

Drôle d’ambiance dans l’hémicycle clairsemé de l’Assemblée nationale ce mardi. Après avoir introduit un amendement à la loi agriculture et alimentation pour fixer une interdiction totale du glyphosate en 2021, les députés de la majorité, dont nos parlementaires Jean-Jacques Bridey et Jean François Mbaye, se sont finalement retractés.

L’article 14 du projet de loi agriculture et alimentation visant à interdire toute incitation commerciale conduisant à l’utilisation inappropriée de produits phytopharmaceutiques devait concrétiser l’engagement présidentiel d’interdire d’ici trois ans l’utilisation du glyphosate en France. Pour mémoire, il s’agit d’un herbicide développé par le laboratoire Monsanto et commercialisé sous le nom de Round Up. Ce produit est fréquemment employé par les agriculteurs qui y voient un moyen simple et peu coûteux à la fois de lutter contre les mauvaises herbes. L’un des arguments commerciaux des promoteurs du glyphosate consiste à vanter sa faible toxicité tandis que des études témoignent d’effets cancérigènes.

En novembre dernier, Emmanuel Macron avait décidé que « l’utilisation du glyphosate [serait] interdite en France dès que des alternatives [auraient] été trouvées, et au plus tard dans trois ans ». Le chef de l’Etat s’était fermement exprimé après la prolongation par la Commission Européenne de la licence d’exploitation de l’herbicide alors qu’il avait été classé comme « cancérigène probable » par l’Organisation mondiale de la Santé.

Le 16 mai dernier, Laurence Maillart-Méhaignerie, députée LaRem d’Ille-et-Vilaine a déposé un amendement au nom de la majorité demandant l’inscription dans le projet de loi examiné de la mention suivante : « l’utilisation des produits phytopharmaceutiques contenant la substance active du glyphosate est interdite sur le territoire national à compter du 1er juillet 2021 ». Entre temps, le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert a exprimé son désaccord au principe d’une interdiction légale. C’est ainsi que 69 députés LaRem et Modem, dont les élus Jean-Jacques Bridey et Jean François Mbaye ont voté le retrait de leur propre amendement ce mardi en début de soirée.

« On légifère dans l’intérêt de tous et non pour envoyer des signaux politiques »

Le député de la 2e circonscription du Val-de-Marne a expliqué son vote dans un billet sur son site Internet et rappelé que la sortie du glyphosate dans un délai de trois ans restait une priorité absolue du gouvernement et de la majorité. « Afin d’être à la hauteur de l’enjeu, nous devons être en mesure de proposer des solutions alternatives qui ne mettraient pas plus en péril la situation déjà précaire de nos agriculteurs. C’est pourquoi, en l’état actuel, il me semble contre-productif d’inscrire cette interdiction dans la loi. Lorsqu’on légifère c’est dans l’intérêt de tous et non pour envoyer des signaux politiques. C’est pourquoi je salue l’initiative responsable du ministre Stéphane Travert qui a pris l’engagement devant la représentation nationale de former un groupe de réflexion composé de l’ensemble de la classe politique pour travailler à une sortie responsable du glyphosate. La promesse du Président n’est ni abandonnée ni remise en cause par notre majorité ».

Une quarantaine d’élus seulement, dont une poignée de députés de la majorité, ont voté en faveur de cet amendement. Avec seulement 84 votants, certains députés absents de la séance ont tenu à faire part de leur position. C’est le cas de la députée LFI de la 10e circonscription du Val-de-Marne, Mathilde Panot, qui a partagé sur les réseaux sociaux un texte de son groupe parlementaire où il est dit que le débat a été volontairement prolongé tard dans la nuit pour un vote « en catimini », mais que le groupe se bat pour l’interdiction du glyphosate.

 

Merci de votre lecture !

Nous mettons nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez contribuer à notre développement et notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

10 commentaires pour Sortie du glyphosate : Bridey et Mbaye renoncent à légiférer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *