Culture | Saint-Maur-des-Fossés | 05/06
Réagir Par

Pour ses dix ans, Saint-Maur en poche doit faire mieux avec moins

Tel le petit chat de l’affiche du festival, Saint-Maur en poche sort les griffes. Devenu incontournable, le salon international du livre de poche a mobilisé cette année la générosité d’éditeurs, d’auteurs et de son public fidèle pour fêter dignement ses dix ans ces 23 et 24 juin, malgré le désengagement partiel de la municipalité, co-organisatrice de l’événement. 

Chaque année, le festival Saint-Maur en poche met la barre un peu plus haute. D’une quarantaine d’auteurs et 8000 visiteurs pour sa première édition en 2009, le 1er salon international du livre de poche a attiré en 2017 près de 30 000 amateurs de littérature venus rencontrer quelques 250 auteurs. Alors, lorsque Sylvain Berrios, maire de Saint-Maur est venu rappeler en clôture du festival l’année dernière qu’il faudrait à l’avenir « trouver un nouvel équilibre financier et faire appel à de nouveaux partenaires financiers afin de pérenniser la manifestation », la librairie La Griffe noire, à l’initiative de l’événement a pris un sacré coup derrière la tête.

Lire : Le modèle économique du festival Saint-Maur en poche remis en question

« C’est un moment qui a été difficile pour nous parce que la baisse d’implication de mairie tombait au plus mauvais moment, pour nos 10 ans, et c’était soudain, donc nous n’avions plus beaucoup de temps pour nous retourner. Nous nous sommes posés la question de savoir si nous continuions ou pas, en sachant que si nous repartions, nous allions devoir assumer énormément de choses nous-mêmes. Alors nous avons commencé à chercher des solutions alternatives », explique Marie Hudelot Verdel, coordinatrice générale du festival.

Tout a commencé avec la création de l’association les Déblogueurs pour permettre à l’équipe de la Griffe noire d’organiser des événements promouvant la culture essentiellement littéraire. C’est depuis son site ainsi que sur les réseaux sociaux que les organisateurs du festival ont lancé un appel à la mobilisation envers l’ensemble des acteurs du livre.

Un appel reçu 5 sur 5, avec notamment du renfort humain. Ainsi le festival va-t-il accueillir pour la première fois une trentaine de bénévoles pour assurer des fonctions support et de logistique.  Gilles Paris,  auteur régulièrement présent sur le festival, a pour sa part offert les services de son agence de communication à prix coûtant. Grâce au soutient du CNL, le centre national du Livre, le festival va pouvoir organiser des tables rondes, débats et pourra même proposer la captation audiovisuelle de tous les cafés littéraires, ces moments privilégiés de dialogue avec les auteurs. Les éditeurs partenaires de l’événement ont également accepté d’augmenter leur participation aux frais de l’organisation.

Une campagne de financement participatif pour remobiliser

L’association Les déblogueurs a aussi lancé une campagne de financement participatif  sur le site ainsi que sur le site de crowdfunding Leetchi, et déjà récolté plus de 6000€. Pour récompenser les généreux donateurs, les organisateurs de la campagne proposent par tirage au sort d’offrir à dix d’entre eux une soirée VIP avec cocktail dans la maison d’édition Calmann-Levy, avec Gérard Collard, le patron de la griffe noire, et une grande plume amie du festival. « Grâce à ces soutiens et à la réorganisation du festival, nous sommes parvenus à faire baisser le budget tout en étant capable de programmer la venue d’environ 300 auteurs et de réserver de belles surprises au public pour nos dix ans. Les réflexions sont encore en cours pour savoir comment nous allons nous organiser les années suivantes. Nous pensons déjà à d’autres leviers de financement comme le sponsoring ou le mécénat, le but étant de perpétuer cet événement qui contribue à mettre le livre dans les mains de tout le monde », se projette Marie Hudelot Verdel.

Si la ville de Saint-Maur a réduit son implication, elle reste co-organisatrice de l’événement. « Cet événement annuel auquel la ville a consacré plus d’un million d’euros depuis dix ans est désormais ancré dans la vie culturelle saint-maurienne, rappelle Sylvain Berrios, le maire de Saint-Maur. En ce dixième anniversaire, je souhaite que la fantaisie, la créativité et l’esprit de liberté, qui sont la signature de Saint-Maur, continuent de régner sur le salon, et que cette édition exceptionnelle soit un feu d’artifice de talents. » 

Quoi de neuf pour la dixième édition de Saint-Maur en poche ?

Cette année, 294 auteurs sont attendus sur la place des Marronniers (record à nouveau battu) et le festival sera parrainé par Camille Grebe, romancière suédoise auteure de polars dont Le Journal de ma disparition chez Calmann-Lévy,  et Guillaume Musso, auteur de « thrillers intimes », qui après 16 romans, revient en 2018 avec La Jeune Fille et la Nuit également publié chez Calmann-Lévy.

A l’image de la librairie La Griffe Noire, le festival propose cette année encore un programme éclectique avec des auteurs de best-sellers tels que Katherine Pancol, Aurélie Valognes, Laetitia Colombani, Raphaëlle Giordano ou Romain Puertolas dont l’adaptation du Fakir est actuellement dans les salles de cinéma, des auteurs internationaux comme l’italien Lucas di Fulvio, prix Saint Maur en poche 2017, les anglais Catherine Banner, Jackie Coppleton, R.J. Ellory, le néozélandais Paul Cleave et l’écossais İan Levison et le polonais Zygmunt Miloszewski. Enfin, plusieurs personnalités médiatiques sont attendues telles que Valérie Trierweiler, l’acteur Henri Garcin, Isabelle Mergault, Jean Michel Aphatie, Tristane Banon, Philippe Charlier, nouveau co-présentateur du Magazine de la santé de France 5 ou le chanteur Cerrone.

Retrouvez l’intégralité du programme St Maur en Poche 2018

Lire aussi :

30 000 lecteurs ont le fait le plein de livres d’été à Saint-Maur en poche

Merci de votre lecture !

Nous mettons nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez contribuer à notre développement et notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *