Politique | Saint-Maurice | 09/02
Réagir Par

Castaner mobilise les troupes En Marche en Val-de-Marne

Castaner mobilise les troupes En Marche en Val-de-Marne © Fb

Neuf mois après l’élection d’Emmanuel Macron, le mouvement présidentiel veut s’imposer au plan local. Ce jeudi à Saint-Maurice, près de 250 militants et sympathisants à la République en marche du Val-de-Marne se sont retrouvés pour accueillir Christophe Castaner, patron du mouvement et secrétaire d’Etat, venu mobiliser les troupes à l’approche des élections européennes et municipales.

L’enthousiasme de la campagne est resté intact pour la majorité des présents. Un militant de la première heure, habitant Sucy-en-Brie, garde encore des étoiles dans les yeux lorsqu’il parle de sa rencontre avec Emmanuel Macron. Il est convaincu que la base des marcheurs a maintenant un rôle déterminant à jouer dans l’exercice du pouvoir du président et de son mouvement. « Il va falloir que nous fassions notre auto-critique, évaluer ce qui ne fonctionne pas. Puis, bien évidemment, prendre part à la vie politique dans sa commune, sur son territoire ». Parmi les participants, se trouvent également des citoyens plus indécis venus en curieux. « Je n’ai pas voté pour Macron ou LREM aux législatives, j’attends de voir ce qu’ils proposent de faire maintenant. Je pense qu’ils ont créé un espace politique assez large pour faire de bons scores notamment dans des villes communistes », considère un habitant de Vitry-sur-Seine.

« Nous faisons confiance à notre parti, mais le parti fait-il confiance à ses adhérents ? »

La voix des déçus, elle, a été portée par un adhérent de Saint-Maur-des-Fossés. Visiblement ému, il a préparé un texte avant de venir pour confier son amertume et ses doutes. « Si j’avais du voter dimanche dernier, je ne sais si j’aurais voté LREM, et pourtant j’ai distribué et je continue à distribuer. Aujourd’hui je constate que l’on applique le programme. Mais qui aurait voté pour une loi sur le travail qui fragilise les salariés? Ce n’est pas ce que j’espérais de cette réforme. Que penser aussi des consultations citoyenne lorsque l’on apprend que la proposition de loi est déjà pratiquement finalisée? Pour l’instant, nous faisons confiance à notre parti, mais le parti fait-il confiance à ses adhérents ? Nous voulons des moyens pour fonctionner, une communication franche, honnête et sans ombre, un vrai débat« .

Projets citoyens, formation, consultation, ateliers législatifs…

Tous les parlementaires LREM du Val-de-Marne, à l’exception de Jean-Jacques Bridey, ont pris part à ce grand rassemblement départemental. Les responsables locaux sont aussi au grand complet et présentent les actions entamées et les initiatives à venir pour faire rayonner LREM dans le département. Projets citoyens portés par des militants contre le gaspillage alimentaire, soutien intergénérationnel au numérique, rencontres entre femmes avec notamment un flash mob le 8 mars prochain à la base de loisir de Créteil, événements autour du handicap… On fait le tour des initiatives. Il est question de formation aussi,  grâce à des modules de cours en ligne. Les députés rendent compte de leur travail, leurs ateliers législatifs notamment. La consultation des citoyens, l’un des arguments de  LREM, figure aussi parmi les priorités pour mobiliser les troupes avec prochainement une grande consultation baptisée « j’écoute » pour évaluer l’impact de l’exécutif auprès d’un large spectre de citoyens. « Il faut sortir de l’entre-soi, sinon, nous n’aurons que l’opinion de marcheurs et ce n’est pas le but. En Val-de-Marne, nous nous fixons un objectif de 100 questionnaires recueillis par semaine pour avoir un échantillon représentatif », détaille le référent local du projet. Enfin, les marcheurs vont mener une campagne d’inscription sur les listes électorales toute l’année. « Ce qui m’a causé le plus de préjudice pendant ma campagne des législatives, ce n’est pas le mauvais accueil que m’ont réservé des électeurs acquis à d’autres partis mais le fait que dans notre camp, certains n’étaient même pas en capacité de voter parce qu’ils n’avaient pas fait les démarches« , a regretté Jennifer Douieb Nahon, candidate aux législatives dans la 8eme circonscription.

Un rassemblement ouvert par Igor Sémo

Ce rassemblement départemental a démarré par une prise de parole du maire LR de Saint-Maurice, Igor Sémo, soucieux d’adresser un salut républicain à « une grande formation politique ». « Bienvenue à Saint-Maurice. Petit clin d’œil historique teinté d’actualité, il s’agissait d’un centurion romain venu d’Égypte, qui refusa d’obéir à sa hiérarchie pour tuer des innocents. Un immigré devenu un saint, à méditer (…) », a raconté le maire, qui, avant de partir, a rappelé qu’il avait appelé dans l’entre-deux-tours de la présidentielle à voter pour Emmanuel Macron.

© PAP

Igor Semo, maire LR de Saint-Maurice, et Nabil Benbouha, référent 94 de LREM

Christophe Castaner, secrétaire d’État aux relations avec le Parlement et directeur général de la République en marche, s’est ensuite longuement exprimé, notamment sur les prochains défis du mouvement qu’il préside. « Nous sommes rejoints tous les jours par 100 à 150 nouveaux militants. Ils viennent tous pour différentes raisons, plus ou moins opportunistes, tout ce que je demande, c’est qu’ils se rendent utiles. Je souhaite que LREM soit au service de l’adhérent. Avec La France Insoumise, nous sommes les seuls à faire le pari de la formation, ne soyons pas plus mauvais qu’eux. Il s’agira du premier budget du mouvement en 2018. Ceux qui auront fait la démonstration qu’ils sont capables de porter des projets citoyens seront aussi de bons représentants pour la République en Marche lors des élections municipales. D’ailleurs, si un maire sortant, élu sous un étiquette différente a fait le job, a fait vivre une vrai démocratie locale, il pourra bénéficier de notre soutien s’il adhère à nos valeurs ».

Christophe Castaner : « « Je paye un verre à celui qui me dit à quoi sert la métropole »

Un adhérant de Villiers-sur-Marne aborde la réforme territoriale. « Nous sommes interrogés tous les jours à ce sujet. Ici, les gens ont peur que l’on revienne aux années 50. Les départements vont-ils disparaître ?« . Et le ministre de botter en touche. « Je n’en sais rien, et si je le savais, je ne vous le dirai pas. La consultation est toujours en cours. Il faut être réaliste, est-ce qu’à l’heure actuelle, ça marche, ou pas ? Prenons le cas des transports, Paris ne peut pas prendre des décisions unilatérales qui s’imposent au-delà du périphérique. Cela ne peut pas fonctionner de cette façon et il nous faut un meilleur échelon« . Également interrogé sur le « mille-feuille territorial » accentué par la métropole du Grand Paris, le directeur général se fait plus direct : « Je paye un verre à celui qui me dit à quoi sert la métropole ».

 

Merci de votre lecture !

Nous mettons nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez contribuer à notre développement et notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

41 commentaires pour Castaner mobilise les troupes En Marche en Val-de-Marne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *