Société | Créteil | 23/10/2018
Réagir Par

A Créteil, les parents se mobilisent après les violences aux lycées Branly et Blum

A Créteil, les parents se mobilisent après les violences aux lycées Branly et Blum © Fb
Publicité

"Nous, parents, avons un vrai pouvoir. Nous devons intervenir lorsque nous assistons à des rixes. Les jeunes ne touchent pas aux daronnes !", pose Nassira, maman de trois filles.

Une « daronne » qui n’hésite plus à s’interposer dès qu’elle assiste à des bagarres.

Après la rixe devant le lycée Léon Blum et la menace armée d’un élève en vers sa prof au lycée Branly la semaine dernières, une vingtaine de parents d’élèves de Créteil se sont retrouvés ce lundi soir,  à l’initiative du collectif Unirsco (Unis pour la réussite scolaire.)

Plusieurs d’entre eux n’en sont pas à leur première réaction. Il y a quelques semaines, c’est justement Nassira qui a désamorcé le conflit opposant deux bandes d’une trentaine d’adolescents prêts à en découdre. « Ils avaient des regards noirs mais il a suffit de parler avec eux pour qu’ils se calment. Il faut que les parents sortent de chez eux et agissent », insiste cette représentante des parents d’élèves au lycée Saint Exupéry à Créteil et au collège Eugénie Cotton à Bonneuil.

 

 

Pour les parents, il y urgence. Le degré de violence atteint ces derniers jours a sonné tout le monde.  Jeudi dernier, devant le lycée Léon Blum, un lycéen d’une quinzaine d’année s’est fait poignarder parce qu’il venait d’un quartier rival. « La police m’a téléphoné jeudi soir pour me dire que mon fils avait été blessé. J’ai ensuite appris que l’un de ses poumons avait été perforé et qu’il était en train d’être opéré. Il aurait pu mourir, je ne veux pas que l’on pleure des morts. Il faut lancer des messages d’apaisement », implore la maman présente ce lundi.

Les parents s’accordent sur un même constat, la violence se banalise dans notre société et devient même un jeu puisqu’elle peut être filmée, partagée et commentée. Tous ont en tête la vidéo ahurissante de ce lycéen braquant son enseignante avec un pistolet à bille au lycée Edouard Branly, dont la diffusion virale sur les réseaux sociaux a donné leur heure de gloire aux ados fanfaronnant sur les images tandis quelle anéantissait un peu plus la professeure. « L’acte est condamnable en soi mais il a pris une énorme proportion », commente Ouarda, représentante de parent d’élèves au lycée Branly, tout en réclament « plus d’ordre » dans l’école. « Nous ne voulons pas mettre des flics dans nos écoles ou que les profs fassent la police. Ce n’est pas en mettant des coups de pression aux élèves que l’on parviendra à rétablir l’ordre. Tout ce que nos enfants demandent, c’est de pouvoir réussir leur scolarité pour trouver leur place dans la société », réagit pour sa part Lelo, un papa du quartier du Palais.

Impliquer les parents

Choqués d’avoir entendu certains parents d’élèves traiter le comportement de l’enseignante braquée de laxiste, et après de vives altercations sur les réseaux sociaux, les enseignants, eux, n’ont pas souhaité participer à la soirée. « C’est une occasion manquée parce que nous demandons à travailler main dans la main avec eux. Nous sommes prêts à discuter avec les profs. D’ailleurs, dans les conseils d’administration des établissements scolaires, nous faisons souvent équipe contre leur hiérarchie. Les parents d’élèves sont prêts à s’investir mais en pratique, personne ne souhaite leur ouvrir les établissements », déplore une mère élue. Ouvrir davantage l’école aux parents : une demande régulièrement relayée par les deux fédérations de parents d’élèves, la Fcpe et la Peep. Des parents d’élèves souhaiteraient notamment intervenir dans les classes pour sensibiliser les élèves sur les bagarres entre quartiers. « Une fois que toutes ces actions auront été mises en place, nous pourrons nous consacrer véritablement à des actions de terrain pour créer du lien social entre toutes les générations », enjoint Ouarda.

Une marche citoyenne et des maraudes préventives

Dans l’immédiat, le collectif a décidé d’initier plusieurs actions de mobilisation, à commencer par une marche citoyenne dès la rentrée scolaire, pour permettre à des habitants de différentes villes et quartiers de se rencontrer. Les parents envisagent par ailleurs d’organiser des maraudes lorsqu’ils pressentent des soirées de violences.

A lire aussi :

Créteil: réactions locales et nationales après la menace armée d’un élève envers sa prof

Télécharger l'article au format PDF :
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Cet article est publié dans avec comme tags Créteil, Jeunes, Lycée, Parents d'élève, Rixe,
11 commentaires pour A Créteil, les parents se mobilisent après les violences aux lycées Branly et Blum
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi