Transports | Val de Marne | 17/04
Réagir Par

Le Val-de-Marne veut soigner ses coupures urbaines

Le Val-de-Marne veut soigner ses coupures urbaines © Fb

Sur les 136 millions d’euros de budget dédiés en 2018 à la voirie en Val-de-Marne, le département a décidé de donner la priorité à la réparation des coupures urbaines.

« Nous avons identifié un certain nombre de points noirs qui compliquent la circulation des piétons, cyclistes et véhicules. Il s’agit essentiellement de franchissement de faisceaux ferrés, de cours d’eau ou de routes », explique Pierre Garzon, vice-président du Conseil départemental en charge des transports.

Une nouvelle passerelle piétonne au pont de Choisy-le-Roi

Le projet d’élargissement du pont de Choisy, avec la création d’une passerelle piétonne, est représentatif d’une superposition de contraintes rendant les déplacements difficiles. Alors qu’il y a peu de franchissements de la Seine dans le département, le pont de Choisy est emprunté chaque jours par 32 000 véhicules, 3000 piétons et 400 vélos, à la croisée du Tvm et du bus 183 qui transportent chacun plus de 20 millions de passagers annuels. Le pont relie non seulement les deux berges de la Seine mais enjambe également la ligne de RER C.

Jusqu’à présent, cyclistes et piétons devaient cohabiter sur l’étroit trottoir de cet axe stratégique. Depuis mars 2018, la première phase du chantier de création de passerelle piétonne est en cours et d’ici le mois de juin, trois premières piles doivent être coulées pour permettre le franchissement de la voie ferrée. « Ce sera une étape délicate qui va nécessiter de travailler parfois la nuit pour éviter de perturber le trafic du Rer C. Nous avons établi il y a plusieurs années déjà un calendrier d’interruption temporaire de la circulation avec la Sncf, mais la crue de la Seine a légèrement retardé le lancement des travaux. Il va falloir recalibrer les échéances mais nous devrions respecter la date de livraison à savoir, janvier 2019 », expose Patrick Baillon, le maître d’ouvrage.

© Degouy

La passerelle vient élargir le pont en reposant sur ses propres piles

De mars à novembre 2018, trois autres piles seront coulées dans la Seine, à plus de 20 mètres de profondeur, solidement fixées sur la roche calcaire. Ensuite, les 205 mètres de passerelles actuellement en cours de fabrication seront positionnés sur les 6 piliers. En parallèle, ce chantier va s’accompagner d’un certain nombre de réaménagements dont le changement des éclairages du pont, remplacés par des lampes à Led, la reconstruction de deux escaliers ainsi que le réaménagement de l’espace du square du 19 mars 1962. Cet été, la circulation pourra être partiellement coupée sur le pont pour permettre la réalisation des travaux.

Ponts de Vitry-Alfortville, Maisons-Alfort-Joinville, Bry

Cet été, le département doit aussi procéder au renouvellement complet de l’éclairage de mise en valeur du pont du port à l’anglais, avec le soutien financier de Vitry et d’Alfortville, achevant des travaux de rénovation entamés en mars 2016 pour un montant total de 4,7 millions d’euros.

Le pont Mandela, qui relie Charenton-le-Pont et Vitry-sur-Seine, continuera aussi à être réaménagé pour assurer la continuité cyclable entre les deux villes.

A Maisons-Alfort, les travaux de rénovation menés de janvier à octobre 2017 ont révélé d’importantes dégradations de la structure. Les échafaudages font donc leur retour ce mois-ci pour permettre le remplacement de poutres abîmées.

Enfin, des travaux de rénovation du pont de Bry viennent également de débuter pour une durée prévisionnelle d’un an. La chaussée, les trottoirs et l’éclairage public seront rénovés et des réparations importantes effectuées sur la structure du pont. Une rénovation estimée à 2,3 millions d’euros.

Routes départementales

Sur les routes, l’un des grands chantiers est celui  du carrefour Saint-Siméon à Chennevières-sur-Marne, au croisement des routes départementales 123 et 233. Près de 25 000 véhicules empruntent ce carrefour au quotidien. Ces travaux doivent permettre de sécuriser les cheminements piétons et de fluidifier la circulation. Ce chantier doit se terminer au mois d’août est estimé à 1,2 million d’euros.

Le réaménagement de la RD7 à Villejuif est aussi sur le point d’être achevé avec la réalisation de la deuxième tranche de réalisation des rampes sur les voies basses et hautes en direction de Paris. La livraison est prévue en décembre 2018. Au total, ce réaménagement aura coûté 5 millions d’euros cofinancés par le département et Île-de-France mobilité.

Enfin, à Chevilly-Larue, le département réalise le réaménagement de l’avenue du président Franklin Roosevelt en cœur de ville avec la réalisation de 550 mètres de piste cyclable à double sens, 4 nouvelles traversées piétonnes, des places de stationnement, des arbres et de nouveaux éclairages à LED. Ce chantier débuté en janvier doit être terminé à la fin de l’année.

A lire aussi :

Le pont de Choisy-le-Roi s’étoffe d’une passerelle piétonne

Merci de votre lecture !

Nous mettons nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez contribuer à notre développement et notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

2 commentaires pour Le Val-de-Marne veut soigner ses coupures urbaines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *