Finances locales | Vitry-sur-Seine | 02/07
Réagir Par

Vitry-sur-Seine signe le pacte de Cahors avec l’Etat

(Mise à jour 18h30 avec communiqué du maire) Vitry-sur-Seine a finalement accepté de contractualiser avec l’Etat et signé son contrat ce vendredi 29 juin, annonce la préfecture du Val-de-Marne.

Dans un communiqué d’explication, le maire PCF Jean-Claude Kennedy dénonce une « mise sous tutelle » et indique que les négociations se sont poursuivies jusqu’au jour de la signature. Finalement, la ville a ainsi obtenu l’autorisation d’augmenter ses dépenses de fonctionnement 2018 d’1,275% par rapport à 2017. Le maire indique avoir ainsi réussi à réduire l’impact négatif des sanctions et préserver les services publics locaux.

« Ainsi, la municipalité dans une démarche de gestionnaire offensif, sera exigeante lors de la négociation annuelle du périmètre des actions des services publics pris en compte. C’est ici une condition nécessaire pour accompagner les projets engagés. La démarche offensive de la municipalité préserve ici son ambition de valoriser l’emploi local et faire bénéficier aux Vitriots des projets engagés avec de nombreux partenaires de l’État : (Société du Grand Paris, Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine, Etablissement Public d’Aménagement Orly-Rungis-Seine-Amont), Ecocampus, mais aussi RATP. Ce dynamisme se caractérise par les projets, construits durant de longues années parmi lesquels l’Opération d’Intéret National sur les Ardoines, le déménagement des dépots pétroliers, l’avenir des terrains industriels, la construction et l’amélioration de ligne de transports, la nouvelle opération de renouvellement urbain pour améliorer les aménagements des années 70. La ville de Vitry sera ainsi exigeante envers l’État, le conseil régional d’Ile-de-France, le conseil départemental, pour maintenir le niveau des projets en cours », détaille le maire.

Au total, ce-sont donc 4 villes qui ont signé le pacte de Cahors avec l’Etat dans le Val-de-Marne: Saint-Maur-des-Fossés, Villejuif, Vincennes et Vitry-sur-Seine. Créteil, Fontenay-sous-Bois, Choisy-le-Roi, Ivry-sur-Seine et Champigny-sur-Marne ont en revanche refusé de signer, tout comme le Conseil départemental.

Pour rappel, ces collectivités étaient concernées par la contractualisation car leurs dépense de fonctionnement dépassent les 60 millions d’euros par an. Le pacte de Cahors leur impose de ne pas dépasser les 2% d’augmentation par an (un peu plus ou un peu moins en fonction de différents paramètres). Ne pas signer n’empêche pas d’être obligé de respecter cette nouvelle règle mais signer permet d’avoir une ristourne sur l’amende en cas de dépassement. En effet, tout dépassement de cette progression entraîne une réduction de la dotation de l’Etat d’un montant similaire l’année suivante. Les collectivités qui signent bénéficient de 25% de réduction sur cette amende.

A lire aussi  :

Saint-Maur-des-Fossés et Vincennes signent l’encadrement de leurs dépenses

Villejuif rabotera son budget pour honorer la contractualisation

Le Val-de-Marne vote son compte administratif 2017 et refuse la contractualisation 2018

Les maires se révoltent contre l’encadrement des dépenses de fonctionnement

Merci de votre lecture !

Nous mettons nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez contribuer à notre développement et notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Cet article est publié dans avec comme tags Finances municipales, Vitry-sur-Seine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *